La légende d’Ungern, le dernier général Blanc 2/2

Wrangel (célèbre général de l’armée blanche, commandant en chef des armées du Sud), qui l’eut sous ses ordres durant la Guerre mondiale, a dit de lui : « Les hommes de sa trempe sont inappréciables en temps de guerre et impossibles en temps de paix ». Pour le baron Ungern, c’est toujours la guerre. Cadet du tsar, mercenaire en Mongolie, officier de cosaques en compagnie du futur ataman (chef des cosaques) Séménov en 1914, petit, malingre, il possède une santé de fer et une énergie farouche, mais son style n’est pas celui d’un officier traditionnel. « Débraillé, sale — dit Wrangel —, il dort sur le plancher parmi les cosaques, mange à la gamelle. Des contrastes singuliers se rencontraient en lui : un esprit original, perspicace, et, en même temps, un manque étonnant de culture, un horizon borné à l’extrême, une timidité sauvage, une furie sans frein, une prodigalité sans bornes et un manque de besoins exceptionnel ».

Le gouvernement de Pékin et celui de l’amiral Koltchak (chef suprême des armées blanches de novembre 1918 à sa mort en 1920, qui instaura un gouvernement militaire en Sibérie) sont hostiles à cette initiative et font pression sur le bogd (prince royal) d’Ourga qui finit par se récuser.

En novembre 1919, un seigneur de la guerre chinois, le général Hsü, arrivé à Ourga avec 10.000 hommes comme « pacificateur de la Mongolie ». Il abolit l’autonomie mongole et signifie aux indigènes qu’ils sont désormais soumis à l’autorité de Pékin. Ce coup de force déchaîne par réaction un grand mouvement de nationalisme mongol. Quelques jeunes gens dirigés par un certain Soukhé Bator, qui ont constitué une société secrète, prennent contact avec les bolchéviks qui les assurent de leur appui.

Entre-temps, la Sibérie blanche de l’amiral Koltchak s’est effondrée sous les coups de l’armée rouge et de ses propres contradictions. Ignominieusement abandonné par les Alliés (principalement les Français et les Britanniques), l’amiral est fusillé le 7 février 1920. Les rescapés de son armée se sont dispersés en Mandchourie. Certains rejoindront Vladivostok et l’Europe, d’autres resteront en Mandchourie et iront même en Chine. Quelques-uns se joindront aux bandes de Séménov.

Placée sous l’attention vigilante des Japonais, la Transbaïkalie échappe en partie à l’autorité de Moscou qui accepte en avril 1920 la création d’un « État-tampon », la République d’extrême-Orient. Les Japonais tentent de mettre Séménov à sa tête. Mais les partisans rouges qui forment des bandes puissantes passent à l’offensive. L’ataman est contraint de fuir Tchita vers la Mandchourie à l’automne 1920.

C’est à ce moment qu’Ungern, prévoyant que son camarade ne pourra tenir face aux Rouges, a pris le parti de s’enfoncer en direction de la Mongolie à la tête de ses troupes personnelles, cette « Division de cavalerie asiatique » initialement créée avec l’appui des Japonais. On lui impute d’avoir exterminé en cours de route la population de plusieurs villages réputés « rouges ». Mais les confins de la Sibérie, à cette époque, ne sont pas à un massacre près. En mars 1920, par exemple, la garnison japonaise de Nikolaevsk, à l’embouchure de l’Amour, et une bonne partie des civils ont été massacrés par les partisans rouges. Il y eut 700 morts parmi les Japonais et plus de 6.000 hommes, femmes et enfants parmi les civils, abattus sur ordre de Triapitsyne, le chef des partisans.

« L’un de ses ordres prescrivait de tuer tout les enfants de plus de cinq ans, qui, autrement, pourraient garder des souvenirs et nourrir des idées de vengeance. Le chef d’état-major de Triapitsyne, qui était aussi sa maîtresse, Nina Lebedeva, une communiste de 25 ans, était censée veiller à ce que les partisans de Nikolaevsk agissent conformément à la politique soviétique ; caracolant sur son cheval, armée jusqu’aux dents et généralement habillée de cuir rouge, c’était un personnage de mélodrame. Quand une expédition punitive japonaise apparut sur les lieux, Triapitsyne rasa Nikolaevsk et se retira à l’intérieur du pays, où ses partisans, écœurés, bien qu’un peu tard, par ses cruautés, l’arrêtèrent. Lui, Nina et quelques-uns de ses acolytes les plus vils furent exécutés, après un jugement sommaire ».

Dès qu’ils apprennent qu’Ungern est entré en Mongolie, les bolchéviks accentuent leur soutien aux jeunes révolutionnaires mongols de Soukhé Bator (le « petit Staline ») qui reçoivent une instruction politique et militaire à Irkoutsk. Ils seront bientôt envoyés à la frontière mongole avec des armes et des conseillers soviétiques.

Ungern lui-même est accueilli en libérateur. De nombreux princes mongols voient en lui celui qui peut libérer le pays de l’occupation chinoise. L’un d’eux, Tsevenn devient même le commandant en chef des troupes mongoles d’Ungern. Celui-ci semble être partout. On signale sa présence simultanément en plusieurs points éloignés du territoire.

À la fin du mois d’octobre 1920, il lance une première offensive sur Ourga pour en chasser les Chinois. Il dispose alors, semble-t-il, de 2.000 hommes de toutes origines, dont 800 cosaques. Les forces chinoises sont cinq fois plus nombreuses et l’attaque est repoussée. Mettant l’hiver à profit pour renforcer ses troupes, il s’empare aussi de la personne du bogd, par un coup d’audace, et l’emmène sous bonne escorte au monastère de la Montagne Sacrée.

La deuxième offensive d’Ungern, en janvier 1921, prend les Chinois par surprise. Après quelques jours de combat, Ourga est prise le 2 février dans une orgie de sang. Tout ceux qui sont soupçonnés de sympathie bolchéviques sont exécutés. Le baron rétablit le bogd sur son trône, et se fait accorder les pleins pouvoirs. D’autorité, il recrute les Russes antibolchéviques réfugiés à Ourga dans son armée. Un peu inquiet des débordements de son protecteur, le bogd finira par demander à Pékin d’être libéré du « baron fou ».

Mort du dernier général Blanc

De leur côté, les bolchéviks tentent d’obtenir une intervention chinoise contre Ungern. Un rapport du capitaine japonais Sassaki explique l’inquiétude des bolchéviks :

« Bien que les troupes d’Ungern soient insuffisantes pour renverser la République d’extrême-Orient, leur présence obligerait cette dernière à déployer constamment toute son armée le long de la frontière mongole. Par ailleurs, si un important mouvement antibolchévique venait à naître en Extrême-Orient, Ungern, avec ses troupes, pourrait créer la secousse initiale qui préluderait à l’écroulement de la République et à l’ébranlement des fondations de la Russie soviétique ».

C’est bien ce que craignent Lénine et les dirigeants bolchéviques qui décident d’intervenir en force. Au printemps 1921, les partisans de Soukhé Bator sont moins de 500. C’est suffisant pour s’emparer de Khiagt, une bourgade où ils fondent aussitôt un « gouvernement populaire provisoire de Mongolie ». Suivant un schéma déjà utilisé plusieurs fois en Ukraine et dans les Pays Baltes, ce « gouvernement » fait appel au grand frère soviétique qui expédie ses forces armées sous une apparence légale.

Le 21 mai, Ungern quitte Ourga à la tête de son armée. Son intention est de passer à l’offensive vers le nord en direction de la Transbaïkalie. Il escompte un soulèvement antibolchévique dans l’Oussouri. On signale en effet plusieurs guérillas antibolchéviques dans les provinces maritimes. L’armée réunie par Ungern compte semble-t-il 10.000 hommes. Se lancer à l’assaut de la Sibérie rouge avec une telle force relève pour le moins de la témérité.

Le 12 juin, Ungern attaque Troitskosavsk que défendent des troupes soviétiques beaucoup plus nombreuses. À la suite d’une journée indécise, le baron se replie en Mongolie, ayant essuyé de lourdes pertes. Les troupes soviétiques pénètrent en Mongolie pour lui faire la chasse. L’armée rouge d’Extrême-Orient compte 78.000 hommes. Les troupes d’intervention sont commandées par Rokossovski, un excellent chef militaire. Ungern disperse ses troupes en petits détachements et fait le vide devant l’envahisseur, ne cherchant pas à défendre Ourga qui occupée par l’armée rouge le 11 juillet. Par un vaste mouvement tournant, il vient attaquer les arrières des Rouges. Le 24 juillet, il pénètre en territoire soviétique. Ayant subi un nouveau revers en aôut, il se retire vers le sud, échappant par miracle à l’encerclement, pendant que ses poursuivants s’entretuent…

Il reste insaisissable, toujours bouillonnant d’idées. Mais son escorte est fourbue. Ses hommes sont démoralisés. Une nuit, ses propres cosaques attaquent sa tente. Profitant de l’obscurité, il saute sur un cheval et parvient à fuir. Cette fois, il est seul, ce qui ne l’effraie pas. Il en a vu d’autres. D’ailleurs les Rouges ont perdu sa trace.

Un prince mongol, Sundui, qui lui est resté apparemment fidèle, le rejoint. Le baron est toujours sur ses gardes, la main sur le révolver. Un jour, profitant d’un instant de distraction, les hommes de Sundui le jettent à bas de son cheval et parviennent à le ligoter. Peu après, Sundui le livrera à Rokossovski (1).

Sous bonne garde, Ungern est conduit à Novonikolaïevsk (future Novossibirsk). Condamné d’avance (2), il est fusillé le 17 septembre 1921. Ainsi disparaît le dernier général blanc, ce « baron fou » qui croyait à un axe entre l’Extrême-Orient et l’Extrême-Occident. Ce qui montre que, dans sa « folie », l’audacieux baron était en avance sur son temps.

Dominique Venner, extrait de : Les Blancs et les Rouges : histoire de la guerre civile russe, 1917-1921, Pygmalion, 1997, p. 314-320.

Notes :

1. Le lâche ! Le fourbe !

2. Au cours de la séance du Politburo du 27 août 1921, Lénine fit une proposition aussitôt acceptée : « Mener un procès public à une vitesse maximum et le fusiller aussitôt ».

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/62

Une réflexion sur “La légende d’Ungern, le dernier général Blanc 2/2

  1. M. Jean-Paul Benoist

    Pardon, mes Amis,

    Trop court, insuffisant!

    De plus, c’est de la gnose, un amalgame insupportable!

    Prions pour Dominique Venner: souvenons-nous de sa fin tragique!

    Le desespoir est une sottise absolue et anti-catholique!

    Oui, Dominique avait une âme à sauver lui aussi, comme nous tous!

    Ne jugeons pas, prions le Saint Rosaire: l’âme ne se détache du corps qu’une heure après

    l’arrêt du coeur! Peut-être, si Dieu veut…

    Orate fratres.

    En union de prières avec vous,

    Très humblement vôtre,

    Le pauvre pécheur que je sais être.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s