Émigration blanche, fascisme, stalinisme : approches nouvelles après la chute du communisme 1/2

La généalogie des droites russes chez Walter Laqueur

L’impact des fascismes ouest-européens et du national-socialisme allemand a été important dans les cercles d’émigrés blancs pendant l’entre-deux-guerres. Le fascisme séduisait parce qu’il promettait des solutions rapides aux problèmes de l’époque, alors que les parlements, qui soumettaient tout à d’interminables discussions, étaient accusés de laisser “pourrir les situations”. Ce culte de la “décision rapide”, très présent dans les débats allemands de l’époque et dans les discours tonitruants de Mussolini, débordait les cercles restreints des fascistes russes purs et durs et séduisait des conservateurs, dont Struve, et des modérés, dont Timachev.

Les “Jeunes Russes”

Pour propager ce double culte de l’autorité et de la vitesse de décision, plusieurs groupes ont vu le jour dans les années 20. Ils étaient surtout constitués de jeunes gens enthousiastes. Le plus petit de ces groupes était le Mouvement des Jeunes Russes (Mladorossitsy), dirigé par Alexandre Kassem Bek, issu d’une famille aristocratique d’origine persane, russifiée au cours du XIXe siècle. Emigré à Paris, Kassem Bek prend dès l’âge de 21 ans la tête d’un groupe d’étudiants blancs, réclamant l’avènement d’une monarchie totalitaire de type nouveau. Reprenant à leur compte tous les éléments du decorum fasciste, ainsi que la discipline qui caractérisait cette mouvance, les adeptes de K. Bek estimaient, nous explique Laqueur, que l’ancien régime ne pouvait plus être restauré, car il avait été rongé de l’intérieur par la décadence, le “bourgeoisisme” et le “philistinisme”. L’effondrement de ce régime sous les coups des Bolcheviks était donc une punition largement méritée. L’apocalypse de 1917 et l’horreur de la guerre civile auraient donc eu des vertus purgatives, selon les partisans de K. Bek. Propos qui n’ont guère choqué les conservateurs comme Struve (qui ouvre aux Jeunes Russes les colonnes de sa revue) ni Cyrille, le prétendant au trône des Romanovs. Deux grands-princes adhèrent au mouvement.

Au culte de Mussolini et de Hitler, s’ajoute, curieusement, le culte de Staline. Ce dernier, affirmaient K. Bek et ses Jeunes Russes, avait mis un terme à l’anarchie révolutionnaire, avait rétabli l’autorité de l’exécutif (concentrée entre ses mains) et donné congé à l’internationalisme. Kassem Bek plaidait dès lors pour une symbiose entre l’ordre ancien et l’ordre nouveau, pour une monarchie incarnée par le Grand-Prince Cyrille mais reposant sur les nouvelles institutions soviétiques : bref, pour une monarchie bolchévique !

Après une tentative de collaboration avec les nationaux-socialistes allemands, qui téléguidaient le ROND (un parti nazi russe établi à Berlin), le rapprochement tourna court : les Allemands reprochant aux Russes d’être des “nationaux-bolchévistes” et non d’authentiques “nationaux-socialistes”. Xénophobes (mais pas officiellement antisémites ; en pratique, pourtant, ils l’étaient), les Jeunes Russes reprenaient aux Eurasiens l’idée que la mission réelle de la Russie est en Asie, et que Moscou doit constituer un glacis pour la race blanche contre le “péril jaune”. Mais K. Bek se méfiait des projets concoctés par les Allemands en Europe orientale : en 1939, il demande aux Jeunes Russes de soutenir la cause des alliés occidentaux et quitte l’Europe pour les États-Unis. En 1956, il revient à Moscou, y devient le secrétaire du Patriarche et meurt en 1977. Il aurait été un agent soviétique tout au long de sa carrière. Laqueur souligne (pp. 111-112) que les Soviétiques ont recruté bon nombre d’agents dans tous les milieux politiques de l’exil russe, y compris chez les Mencheviks, mais que seuls les Blancs fascisants ont été autorisés à rentrer au pays.

Le monarchisme bolchévique de Solonévitch

Parmi les idéologues autoritaires, monarchistes-bolcheviks, une figure sort du lot : celle d’Ivan Loukianovitch Solonévitch (1891-1953). Il a commencé sa carrière dans la presse radicale de droite avant la Révolution. Il quitte l’URSS en 1934, en franchissant clandestinement la frontière finlandaise, puis publie le récit de cette évasion, qui devient un best-seller international. Solonévitch devient alors journaliste dans la presse émigrée libérale et modérée. Puis, brusquement, il opère un virage à droite, qui le rapproche des cénacles conspiratifs animés par d’anciens lieutenants et capitaines de l’armée du Tsar. Il termine sa vie en Argentine. Son ouvrage politique majeur, Narodnaïa Monarkhiia  (La Monarchie Populaire), a été réédité à Moscou en 1991, et inspire quelques néo-monarchistes.

Fascisme russe en Mandchourie

Les partis fascistes russes ont connu une brève existence en Allemagne, en Mandchourie et aux États-Unis dans les années 30. Le groupe le plus significatif était celui de Mandchourie. Il naît dans la faculté de droit de l’université locale, parmi les jeunes Blancs réfugiés là-bas. Le général tsariste Kosmine les soutient. Ils se regroupent d’abord dans l’Organisation Fasciste Russe (OFR), puis dans le Parti Fasciste Russe (PFR), et éditent 2 revues : Nache Poute (Notre Voie) et Natsia (Nation). De 1931 à 1945, année où l’armée rouge pénètre dans Kharbine, capitale de la Mandchourie, ce fut la figure de Konstantin Rodzayevski qui mèna le parti. Enthousiaste, fougueux mais naïf, il adopte fébrilement les colifichets à croix gammées des nationaux-socialistes allemands, donnant à sa formation des allures quelque peu carnavalesques. De plus, il dépend financièrement du bon vouloir des Japonais. Il espère une victoire de l’Axe Berlin-Tokyo, dont les armées, espère-t-il en dépit de son nationalisme russe, occuperont l’Union Soviétique et placeront à la tête de la nouvelle Russie dé-bolchévisée un “gouvernement national”, dirigé évidemment par lui !

Concurrent de Rodzayevski en Mandchourie : l’Ataman Semionov, militaire conservateur, nullement attiré par les imitations du folklore nazi, parie sur la solidarité des Cosaques réfugiés en Extrême-Orient. En 1945, Rodzayevski et Semionov sont tous deux condamnés à mort dans un procès commun, assez expéditif. Et l’activiste du PFR introduit alors une demande pour rentrer au service de Staline, considéré comme “leader fasciste russe”, et propose de réactiver ses réseaux pour en faire une “cinquième colonne” au bénéfice de la politique de Moscou. Sa demande n’a pas été retenue.

Aux États-Unis, un certain Anastase Vozniyatski fonde une Organisation Fasciste Panrusse (OFPR) en 1933, à Windham County dans le Connecticut, avec l’argent de son épouse, une millionaire américaine du nom de Marion Stephens, née Buckingham Ream dans une famille de négociants en bétail et en céréales. Malgré son argent, Vozniyatski n’a pas réussi en politique. La chronique de son mouvement ne révèle rien d’original ni d’extraordinaire.

Le solidarisme du NTS

Pendant les vingt premières années d’exil des Blancs et des anti-bolchéviques de toutes opinions, le mouvement qui, incontestablement, a connu le plus de succès, fut le NTS (in extenso : Fédération Nationale du Travail de la Nouvelle Génération). Ce mouvement d’inspiration solidariste et chrétienne-orthodoxe a tenu son premier congrès en 1930 et élu son président, W. M. Baïdalakov, un Cosaque du Don. Objectif : poursuivre le combat pour “l’idée blanche” sous une autre forme, adaptée aux plus jeunes générations. Le NTS travaillait très sérieusement, contrairement aux Jeunes Russes et aux groupuscules fascistes de Mandchourie. À peu près tous les 2 ans, l’organisation tenait un congrès où l’on décidait des nouvelles orientations et où l’on fixait un nouveau programme. Son idéologie sociale était le solidarisme, un solidarisme qui se distinguait toutefois du solidarisme préconisé par les écoles politiques catholiques d’Europe occidentale. Ce solidarisme reposait sur une triade : idéalisme, nationalisme, activisme. L’idéalisme soulignait l’importance des idées pures et des valeurs, formes permanentes et indépassables dans le monde effervescent de la politique. Le nationalisme indiquait que ces valeurs s’inscrivaient toujours dans un contexte et que ce contexte était la nation, en l’occurrence la nation russe. L’activisme correspondait à la volonté de réaliser l’adéquation de la théorie et de la pratique, un peu comme dans le marxisme.

Ce solidarisme était bel et bien une idéologie conservatrice, dans le sens où l’harmonie entre les classes qu’il prônait le conduisait à rejeter “l’individualisme libéral excessif” et à imposer des limites à la liberté individuelle ; le solidarisme du NTS refusait également la démocratie pluripartite. Les industries-clefs devaient demeurer sous la houlette de l’État. Le NTS reprenait à son compte une idée centrale dans l’héritage slavophile, l’idée de Sobornost,  telle que l’avait théorisée Khomiakov.

Le NTS ne s’est jamais aligné idéologiquement sur les fascismes européens ou sur le nazisme, car sa dimension religieuse le rapprochait davantage du corporatisme catholique autrichien ou du salazarisme portugais, idéologies éloignées du modernisme industrialiste fasciste-italien ou national-socialiste allemand. Quelques éléments toutefois ont collaboré en Allemagne avec les autorités nationales-socialistes, même si le NTS était interdit et ses adhérants emprisonnés. Cette coopération a eu lieu dans les territoires occupés par l’armée allemande et dans le mouvement du général Vlassov. L’organe de presse de ces militants pro-allemands du NTS était le Novoïé Slovo.

Après la guerre, le NTS adopte une idéologie de “troisième force”, cherchant à dépasser le marxisme et le capitalisme. Les puissances occidentales ont passé l’éponge sur la collaboration des quelques éléments du NTS (Redlich, Poremski, Tenserov, Vergoune, et Kazantsev) et les Américains, logique de la guerre froide oblige, ont soutenu le mouvement et financé sa propagande à l’intérieur du territoire soviétique. Cette double collaboration avec les ennemis de la Russie, l’Allemagne d’abord, les États-Unis ensuite, n’ont pas donné bonne presse au NTS, en dépit de la pureté de ses idéaux, bien ancrés dans la tradition et le mental du peuple russe. Le citoyen soviétique moyen s’en désintéressait.

Selon Laqueur, le principal idéologue du NTS fut le Professeur Ivan Ilyine (1881-1954), qui enseignait la philosophie à l’Université de Moscou avant la Révolution. Cet excellent connaisseur de la pensée de Hegel est expulsé d’URSS en 1922, en même temps que Berdiaev. Il publiait ses écrits dans la revue Russkii Kolokol, proche du NTS sans en épouser toutes les thèses : en effet, Ilyine était monarchiste tandis que les militants du NTS ne se prononçaient pas sur cette question et envisageaient l’éventualité d’une République russe non soviétique. Ilyine se faisait l’avocat d’une “démocratie organique”, qui n’aurait plus été ni formelle ni mécanique à la façon occidentale. Dans son livre Pout’k otchevidnosti (La Voie vers l’évidence), Ilyine définit la “vraie politique” comme un “service”, comme le contraire diamétral de la politique envisagée comme “carrière”. La notion de service implique de servir les intérêts du peuple tout entier et non d’une catégorie sociale ou d’un réseau d’intérêts. Cette volonté de servir une entité collective de vastes dimensions fait de la politique un “art de la volonté”, d’une volonté qui sait d’instinct choisir et promouvoir, dans le flot ininterrompu des faits et des événements, ce qui est bon pour le peuple dans son ensemble, pour l’avenir de l’entité nationale. Or cette volonté doit pouvoir se lover dans le moule d’un idéal et ne pas oublier les vertus du cœur, qui donnent impulsion et sagesse aux potentialités créatives de l’homme politique (pour une approche des idées d’Ilyine, cf. Helmut Dahm, Grundzüge russischen Denkens. Persönlichkeiten und Zeugnisse des 19. und 20. Jahrhunderts, Johannes Berchmans Verlag, München, 1979).

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s