Avortement : le Sénat aura-t-il le courage de ne pas remettre ce texte aberrant à son ordre du jour ?

L’Assemblée nationale a adopté hier en deuxième lecture la proposition de loi pour allonger le délai pour un avortement de douze à quatorze semaines de grossesse. L’article 2 de la proposition, qui visait à supprimer la clause de conscience spécifique pour les médecins ne souhaitant pas pratiquer un avortement, a suscité davantage d’opposition. La clause de conscience a finalement été maintenue par un amendement vidant la mesure de sa substance. Quelques membres de la majorité se sont en effet joints à LR dans un vote à main levée que l’opposition de gauche a vivement déploré, évoquant le poids du “lobby des médecins”.

Le détail du vote final est accessible ici. 454 députés étaient absents.

Le député Marie-France Lohro écrit :

Hier soir, sans surprise, l’Assemblée adoptait la proposition de loi Gaillot visant à étendre l’avortement à quatorze semaines. Une proposition de loi qui fera date, tant le déshonneur de l’assemblée y fut remarquable : ce sont donc 79 députés qui ont décidé du sort de milliers de familles, condamnant mères et enfants à un destin funeste. « Un enfant à naître n’est pas un « droit », c’est un enfant. A trois mois, il pèse 100 grammes. Il mesure 14 centimètres », ai-je rappelé aux rapporteurs à l’occasion de cette discussion. J’ai voté contre ce texte inique, comme 35 de mes collègues.

L’acharnement avec lequel certains ont décidé, au nom du respect d’un « droit des femmes » factice, à octroyer la possibilité de mettre un terme à une vie de trois mois suscite une incompréhension mêlée d’effroi. Faut-il rappeler le caractère macabre de l’opération que le législateur a autorisé ? Faut-il rappeler qu’il s’agit de dilacérer un petit être de trois mois, littéralement de le mettre en pièces ? Un acte que refusent de pratiquer 72 % des médecins, se rappelant peut-être d’un serment d’Hippocrate qui dispose « Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. » Un acte dont les sages-femmes, dont ce n’est pas le rôle, ne veulent pas davantage entendre parler.

Les rapporteurs, dont l’imagination mortifère n’a désormais plus de limites, ne se sont appuyés sur aucune source sérieuse ; elles ne remplissent que leur cahier des charges, aspirant à violer les derniers remparts des défenseurs de la vie plus qu’à satisfaire des droits supposés de femmes qui demeureront à jamais traumatisées par la nature de l’acte subi. A l’heure où la France compte en moyenne plus de 220 000 avortements par an, à l’heure où elle constitue l’un des premiers pays européens en la matière, il est urgent de résorber et non d’étendre encore un peu plus ce qui constitue un drame irréparable.

Avec l’avortement à 14 semaines, les rapporteurs ont réassuré leur volonté de ne matérialiser la vie de l’enfant à naître que par le projet parental qu’il représenterait pour ses géniteurs. Il n’y a désormais plus de limites : si demain, une mère décide que son enfant ne constitue plus un projet viable, va-t-elle pouvoir mettre un terme à sa vie jusqu’à la veille de sa naissance ? Cette extension misérable mérite d’être condamnée et il faut maintenant espérer que le Sénat aura le courage de ne pas remettre ce texte aberrant à son ordre du jour.

Et ce matin, le quotidien La Croix s’en prenait honteusement aux militants pro-vie américains :

On comprend que La Croix n’apprécie pas qu’un Etat américain lutte contre l’avortement.

https://www.lesalonbeige.fr/avortement-le-senat-aura-t-il-le-courage-de-ne-pas-remettre-ce-texte-aberrant-a-son-ordre-du-jour/

Une réflexion sur “Avortement : le Sénat aura-t-il le courage de ne pas remettre ce texte aberrant à son ordre du jour ?

  1. M. Jean-Paul Benoist

    Mes chers Amis,

    Il y a beaucoup de gens sans couilles!

    Pardon pour la vulgarité, mais il faut bien appeler les choses par leur nom!

    Mon Dieu, dire que la plupart sont baptisés!

    France, qu’a-tu fait de ton baptême?

    Fatima: le Saint Rosaire à outrance, c’est la seule solution!

    Pénitence, jeûne, prier, méditer, contempler en action de grâce perpétuelle devant la patience

    de Dieu et de Sa Sainte Mère!

    « Finalement, Mon Coeur Immaculé trimphera »!

    Que d’épreuves à venir!

    Confiance, ô nos âmes, Dieu aura toujours le ndernier mot!

    En union de prières avec vous tous,

    Le pauvre pécheur que je sais être.

    Ora pro nobis, Sancta Dei Genitrix, ut digni ,efficiamur promissionibus Christi.

    C’est à pleurer.

    O Crux ave, Spes unica!

    Veillez et priez, il est minuit moins presquen rien: nul ne sait ni le jour ni l’heure!

    O Jesu, bleibeit meine freunde!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s