La révolte de Maritz et De Wet en 1914, annonce la revanche des Boers sur l’Angleterre 1/2

Francesco Lamendola

Ex: https://www.centrostudilaruna.it/rivolta-di-maritz-e-de-wet-sudafrica.html

La République d’Afrique du Sud, comme on l’appelle, avait quitté le Commonwealth britannique en 1949 et n’a été réadmise qu’en 1994, après la disparition de l’objet du litige avec le Royaume-Uni, c’est-à-dire après le démantèlement de la législation sur l’apartheid.

C’est la composante boer de la communauté européenne, installée au Cap de Bonne Espérance au 17ème siècle qui, pendant les guerres napoléoniennes (1797), fut repoussée à l’intérieur des terres par les Britanniques et qui a créé au 19ème siècle les deux fières républiques indépendantes du Transvaal et de l’Orange.

La grande migration des Boers au-delà du fleuve Orange, ou Great Trek, comme on l’appelle dans les livres d’histoire sud-africains, a eu lieu à peu près en même temps que l’arrivée des tribus bantoues du nord qui, originaires de la région des lacs d’Afrique orientale, repoussaient à leur tour les Bushmen et les Hottentots. Les Boers, et les Sud-Africains blancs en général, ont toujours nié la validité de l’affirmation selon laquelle une minorité blanche dans leur pays s’était imposée à une majorité noire, arguant au contraire qu’ils avaient atteint et colonisé les régions intérieures avant les Bantous, et non après.

Quoi qu’il en soit, les Boers ont mené deux guerres contre l’impérialisme britannique: une victorieuse en 1880-81, et une beaucoup plus dure en 1899-1902, qui s’est terminée par la défaite complète de la courageuse résistance boer, dirigée par le légendaire président Krüger. Le conflit avait été rendu inévitable non seulement par les projets expansionnistes grandioses de l’impérialisme britannique, incarné en Afrique par des hommes comme le financier Cecil Rhodes et par son célèbre slogan « du Caire au Cap » (de Bonne-Espérance), mais aussi et surtout par la découverte de riches gisements d’or et de mines de diamants sur le territoire des deux républiques boers.

Cette dernière n’était pas une victoire dont l’immense Empire britannique pouvait être fier: il n’a réussi à vaincre la résistance de ces petits paysans tenaces qu’après avoir déployé toutes les ressources humaines, matérielles et financières dont il disposait sur les cinq continents et qu’après que ses commandants aient eu recours à la tactique de la terre brûlée, en détruisant les fermes et les cultures, et surtout en transférant et en internant la population boer dans des camps de concentration, où des milliers de personnes sont mortes de privations et de maladies.

Il est vrai que la paix, signée à Pretoria le 31 mai 1902, et le traité ultérieur de Veereniging, qui sanctionne la souveraineté britannique sur les deux républiques, accordent des conditions relativement douces, voire généreuses, aux vaincus. Le gouvernement britannique a notamment pris en charge la dette de guerre du gouvernement du président Krüger, qui s’élevait à l’époque à 3 millions de livres, et a accordé un statut juridique spécial à la langue néerlandaise, ne reconnaissant pas encore la spécificité de la langue afrikaans.

Il convient de noter que le traité stipulait explicitement que les Noirs ne se verraient pas accorder le droit de vote, à l’exception de ceux résidant dans la colonie du Cap, où les colons britanniques constituaient la majorité blanche; car, dans l’Orange et le Transvaal, les Boers n’auraient jamais accepté une telle éventualité, même à moyen ou long terme.

L’intention du gouvernement britannique était d’intégrer progressivement les Boers dans leur propre culture, en commençant par l’éducation et la langue; mais le projet d’anglicisation des Boers par la scolarisation s’est avéré infructueux et en 1906, avec l’arrivée du parti libéral au gouvernement à Londres, il a été abandonné. De plus, les autorités britanniques ont dû reconnaître l’afrikaans comme une langue distincte du néerlandais, ce qui a constitué un premier pas vers le renversement du rapport de force au sein de la communauté blanche sud-africaine entre les colons d’origine britannique et ceux d’origine boer.

Une autre étape est la naissance, le 31 mai 1910, de l’Union sud-africaine, grâce à l’union des quatre colonies du Cap, du Natal, d’Orange et du Transvaal : Huit ans seulement après la conclusion d’une guerre extraordinairement sanglante et cruelle, caractérisée par des pratiques inhumaines typiquement « modernes », telles que la destruction des cultures, le déplacement forcé de populations entières et leur internement dans de véritables camps, l’Afrique du Sud devient un Dominion autonome au sein de l’Empire britannique, à majorité afrikaner; un processus qui culminera en 1931 avec la conquête de la pleine indépendance, votée par le Parlement de Londres avec le « Statut de Westminster ».

Manie Maritz (1876-1940)

Un épisode peu connu du public occidental est celui de la révolte anti-britannique qui a éclaté dans l’Union sud-africaine en 1914, sous la direction des généraux boers Manie Maritz (tableau, ci-dssous) et De Wet, coïncidant avec le début de la Première Guerre mondiale, à laquelle l’Union elle-même a participé aux côtés de la Grande-Bretagne, notamment pour le fort soutien apporté à la cause britannique par des hommes prestigieux de la communauté afrikaner tels que Louis Botha et Jan Smuts.

En effet, toutes les blessures du dernier conflit n’avaient pas été cicatrisées et une partie de la population afrikaner, animée par de forts sentiments nationalistes, n’ignorant pas la sympathie (bien que seulement verbale) manifestée par le Kaiser Wilhelm II Hohenzollern pour la cause boer, pensait que l’heure de la rédemption avait sonné et se désolidarisait du gouvernement de Pretoria, appelant, en effet, à la lutte ouverte contre les Britanniques aux côtés de l’Allemagne.

De l’autre côté du cours inférieur de l’Orange, depuis 1884, la colonie allemande du Sud-Ouest africain (aujourd’hui la Namibie) était établie et les chefs insurgés afrikaners espéraient que de là – ou, plus probablement, d’une victoire rapide des armées allemandes en Europe – viendrait l’aide nécessaire pour vaincre les forces britanniques et hisser le drapeau de l’indépendance boer sur les terres de l’Orange et du Transvaal.

C’est ainsi que l’historien français Bernard Lugan, « Maître de Conférences » à l’Université de Lyon III, spécialiste de l’histoire africaine et professeur pendant dix ans à l’Université du Rwanda, a rappelé cet événement dans son livre Histoire de l’Afrique du Sud de l’Antiquité à nos jours (Paris, Librairie Académique Perrin, 1986 ; traduction italienne par L. A. Martinelli, Milan, Garzanti, 1989, pp. 195-99) :

« Lorsque la guerre éclate le 4 août 1914, l’Union sud-africaine se trouve automatiquement engagée, en tant que dominion britannique, du côté des Britanniques, c’est-à-dire dans le camp de l’Entente. La cohésion entre les deux composantes blanches de la population a été immédiatement affectée. Les anglophones acceptent l’entrée en guerre comme un devoir envers la mère patrie, tandis que les Afrikaners se divisent en deux groupes: le premier, suivant les vues de Botha et Smuts, proclame sa solidarité avec la Grande-Bretagne, le second, mené par Hertzog, propose que l’Union reste neutre jusqu’à une attaque directe. Le fondateur du parti nationaliste a rejeté toute obligation directe, et a affirmé le droit de l’Afrique du Sud à décider librement dans des situations dramatiques comme celle d’aujourd’hui. Lorsque, en septembre 1914, le Parlement du Cap accède à la demande de Londres d’enrôler un corps militaire dans l’Union pour l’occupation du Sud-Ouest africain allemand, une grande partie de l’opinion publique afrikaner réagit violemment. Une insurrection, menée par les anciens généraux boers Manie Maritz et De Wet, se propage rapidement parmi les officiers supérieurs de l’armée sud-africaine : douze mille hommes, principalement originaires d’Orange, prennent les armes contre leur gouvernement. Une guerre civile entre Afrikaners semblait imminente, et le risque était grand car les rebelles avaient proclamé la République sud-africaine :

    « PROCLAMATION DE LA RESTAURATION DE LA RÉPUBLIQUE D’AFRIQUE DU SUD

    Au peuple d’Afrique du Sud :

    Le jour de la libération est arrivé. Le peuple Boer d’Afrique du Sud s’est déjà soulevé et a commencé la guerre contre…

     LA DOMINATION BRITANNIQUE détestée et imposée.

    Les troupes de la Nouvelle République d’Afrique du Sud ont déjà commencé à se battre contre les troupes du gouvernement britannique.

    Le gouvernement de la République d’Afrique du Sud est provisoirement représenté par MM. Général MARITZ, Major DE VILLIERS, Major JAN DE WAAL-CALVINIA

    Le gouvernement rendra au peuple d’Afrique du Sud l’indépendance que l’Angleterre lui a volée il y a douze ans.

    Citoyens, compatriotes, vous tous qui souhaitez voir l’Afrique du Sud libre,

    NE MANQUEZ PAS DE FAIRE VOTRE DEVOIR ENVERS LE BIEN-AIMÉ

    ET BEAU DRAPEAU de quatre couleurs (le « Vierkleur ») !

    Unissez-vous jusqu’au dernier homme pour restaurer votre liberté et votre droit !

    LE GOUVERNEMENT ALLEMAND, DONT LA VICTOIRE EST DÉJÀ ASSURÉE, A RECONNU LE DROIT D’EXISTENCE DE LA RÉPUBLIQUE SUD-AFRICAINE, et a ainsi montré qu’il n’a pas l’intention d’entreprendre la conquête de l’Afrique du Sud comme MM. Botha et Smuts l’ont prétendu au Parlement de l’Union.

    Kakamas, République d’Afrique du Sud, octobre 1914.

    LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’AFRIQUE DU SUD

    (Signé) MARITZ, DE VILLIERS, JAN DE WAAL ».

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s