La Kriegsmarine et l’Opération Barbarossa 3/3

La campagne de Russie

Mais un projet militaire va s’avérer plus déterminant que tous les problèmes soulevés par la stratégie nouvelle, proposée par la marine allemande, plus déterminant aussi que tous les problèmes non résolus et toutes les occasions perdues : celui de lancer une campagne contre la Russie. Ce projet freine définitivement le développement de la stratégie maritime suggéré par Carls. La stratégie maritime dépend désormais de la guerre sur terre.

Pour les chefs de l’armée de terre, la capitulation de la France et l’impossibilité pour la Grande-Bretagne d’entreprendre des opérations sur le continent ont rendu impossible la guerre sur 2 fronts. Du moins dans un premier temps. Mais l’élimination de la France n’a pas donné à la Kriegsmarine la liberté qu’elle souhaitait avoir sur ses arrières. Les forces opérationnelles de la marine allemande étant faibles, ses chefs ne pouvaient considérer l’Opération Barbarossa que comme un fardaud supplémentaire. Mais, mise à part cette objection, la marine n’avait nulle crainte quant au déroulement de la guerre à l’Est : « Les forces militaires qu’aligne l’armée russe doivent être considérées comme très inférieures à nos troupes expérimentées. L’occupation d’un territoire s’étendant du Lac Ladoga à la Crimée en passant par Smolensk est militairement réalisable, de façon à ce qu’en détenant ce territoire, il nous soit possible de dicter les conditions de la paix » (2). Les chefs de la marine partagent la conviction des dirigeants politiques de l’Allemagne : le Reich gagnera la guerre à l’Est sans difficulté. Mais doutent que, par cette victoire, la guerre contre l’Angleterre sera plus rapidement terminée. La marine croit en effet que l’impact d’une victoire allemande à l’Est sera minimal sur le moral de l’ennemi occidental. Les victoires allemandes sur le continent ne contraindront nullement la Grande-Bretagne à composer. Au contraire, l’effort exigé par la campagne de Russie sera tel qu’il favorisera une victoire anglaise dans l’Atlantique et rendra aux Britanniques toutes les positions perdues. Pire : si la Russie ne s’effondre pas immédiatement, l’Allemagne court un danger très grave, dans le sens où les territoires non neutralisés de l’URSS deviendront ipso facto des tremplins pour une attaque américaine. Dans l’esprit des chefs de la marine, le combat principal, c’est-à-dire la guerre contre l’Angleterre, pourrait bien être perdu, même si l’Opération Barbarossa débouche sur une victoire.

La guerre à l’Est soulage l’Angleterre

Les chefs de la marine jugent la sécurité globale de l’Allemagne, en incluant le facteur “Russie” dans des catégories qui justifient l’attaque contre l’URSS : la sécurité de l’Allemagne exige la consolidation, par des moyens militaires, d’un espace qui soit à l’abri de toute attaque extérieure, l’élimination, par des moyens politiques, des petits États peu fiables, et, enfin, la construction, par des moyens économiques, d’une autarcie continentale. Les chefs de la marine, de surcroît, acceptent les projets de colonisation et les dimensions idéologiques inhérents à la guerre contre l’URSS. Sur un plan politique plus général et animés par la conviction que les forces armées soviétiques de terre et de mer constituent un danger pour le Reich, les chefs de la marine s’alignent exactement sur les thèses du gouvernement allemand. Si les objectifs de construire un espace intangible ou une autarcie économique justifiaient dans une certaine mesure la guerre à l’Est, aux yeux du gouvernement, la marine, elle, tire des conclusions opposées. Dans son évaluation de la situation, 3 éléments sont importants : 1) la conviction que l’Allemagne aurait obtenu tout ce qu’elle voulait de la Russie, même sans lui faire la guerre ; 2) le problème anglais restait sans solution ; 3) un éventail de réflexions sur l’industrie militaire.

Pour la marine, l’Angleterre est l’ennemi n°1

Du point de vue de la marine, le gouvernement du Reich surestime la “masse soviétique” et poursuit, vis-à-vis de Moscou, une politique de concessions inutile. Le gouvernement allemand devrait au contraire montrer à l’Union Soviétique, fragile parce que tout un éventail de crises la guette, la puissance politique et militaire du Reich. Les Russes, pour l’état-major de la marine, sont prêts à négocier, ce qui rend toute guerre inutile. Moscou, pensent les officiers supérieurs de la marine allemande, ira au devant de tous les souhaits de l’Allemagne.

La mission première de la marine de guerre est donc d’affronter directement l’Angleterre. Si celle-ci est abattue, le Reich obtiendra presque automatiquement la victoire. Toute campagne militaire à l’Est influencerait négativement la situation stratégique de l’Allemagne sur mer et jouerait en faveur de l’Angleterre, qui serait de fait soulagée. Le Korvettenkapitän Junge, chef du département “marine” auprès de l’état-major général de la Wehrmacht, tire les mêmes conclusions : l’Allemagne ne doit pas entrer en guerre contre la Russie, avant que l’Angleterre ne soit mise hors course.

La campagne à l’Est a-t-elle été une alternative ?

Fricke (Chef de la 1ère Skl.) constatait que les Anglo-Saxons, affaiblis après avoir perdu leur allié continental potentiel, la Russie, ne s’en prendraient plus à la grande puissance continentale que serait devenue l’Allemagne. Mais cette constatation n’a en rien influencé l’élaboration de la stratégie navale allemande, favorable, en gros, à la campagne de Russie. La marine a été incapable de s’opposer avec succès à l’option anti-soviétique du gouvernement allemand. Mais ni Fricke ni les officiers supérieurs de la Kriegsmarine n’ont pu voir dans le projet “Barbarossa” une entreprise qui aurait contribué à abattre l’Angleterre (pour Hitler, ce n’était d’ailleurs pas l’objectif). Les gains territoriaux à l’Est ne compenseront nullement le tonnage que les Allemands, occupés sur le continent, ne pourront couler dans l’Atlantique, théâtre où se décide réellement le sort de la guerre. Les chefs de la marine ne voient ni la nécessité ni l’utilité d’une opération à l’Est, qui éloignerait les Allemands de l’Atlantique. Le Reich, pour les marins, ne perdra ni ne gagnera la guerre en Russie. Le destin de l’Allemagne se joue uniquement dans l’Atlantique.

Si l’option Barbarossa se concrétise, l’industrie de l’armement consacrera tous ses efforts à l’armée de terre et à l’aviation. Si les livraisons russes cessent d’arriver en Allemagne à cause de la guerre germano-soviétique, la marine en essuiera les conséquences et ne pourra plus espérer aucune priorité dans l’octroi de matières premières et de carburants. La guerre à l’Est ôtera à la marine son principal fournisseur de matières premières. Ses chefs ne pensent pas, en conséquence, que les opérations en Russie apporteront une solution au problème des matières premières, domaine où l’Allemagne est dans une situation précaire. Les livraisons de pétrole pour l’Opération Seelöwe ne seront pas nécessairement assurées, une fois l’Opération Barbarossa terminée. En conséquence, la marine estime que la campagne de Russie n’est qu’un élargissement compromettant de la guerre, pire, qu’elle l’étend dans une mauvaise direction et au moment le plus inapproprié.

Appréciation

Avec la victoire sur la France en juin 1940, la marine allemande peut enfin mettre au point sa “grande stratégie”. Mais cette stratégie prend fin avec le débarquement allié en Afrique du Nord de novembre 1942. Pour Raeder, la “grande stratégie navale” est une alternative à l’Opération Seelöwe et, plus tard, à l’Opération Barbarossa, dont il n’a jamais été convaincu de l’utilité. La stratégie maritime n’est pas une stratégie partielle ou complémentaire, qui se déploierait parallèlement à la guerre sur terre. Elle est une stratégie globale qui affecte également les opérations sur le continent. Aujourd’hui, il n’est pas possible de dire comment elle aurait influencé le cours de la guerre, si elle avait été appliquée sans restriction.

Dans les mois qui se sont écoulés entre la fin de la campagne de France et le début de la campagne de Russie, le IIIe Reich a pu choisir entre plusieurs options : 1) Il se tient coi, renonce à entamer toute opération et organise la défensive ; 2) Il poursuit la guerre à l’Ouest jusqu’à la capitulation anglaise et impose sa paix ; 3) Il se tourne vers l’Est, soumet la Russie et se retourne vers l’Ouest avec l’atout complémentaire : un continent uni par la force et inexpugnable. Aucune de ces options n’avait la chance de réussir à 100%. Toutes pouvaient réussir ou échouer. Évidemment, la stratégie consistant à demeurer coi ou la stratégie navale préconisée par les chefs de la marine, qui n’a pas été appliquée, ont le beau rôle dans les querelles entre historiens : personne ne peut dire avec certitude qu’elles étaient erronées, puisqu’elles ne se sont pas traduites dans le concret. Quant à la “solution continentale”, recherchée par Barbarossa, elle a échoué. Mais elle aurait pu réussir.

Ingo Lachnit, Revue d’histoire non conformiste n°3, 1994. (tr. fr. : RS)

Notes :

  • (1) M. SALEWSKI, Die deutsche Seekriegsleitung 1935-1945, 3 t., tomes 1 & 2, Francfort/M., 1970-75. Tome 3 : Denkschriften und Lagebetrachtungen 1938-1944. Pour notre propos : t. 3, pp. 108 et sq.
  • (2) 1/Skl, “Betrachtungen über Russland”, 28 juillet 1940 (Salewski, t. 3, pp. 141 et sq.)   

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/52

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s