L’idéologie du gender divise la gauche

L’idéologie du gender divise la gauche

Un pro-LGBT qui ne serait pas favorable aux transgenres est traité comme un pestiféré. J.K. Rowling, l’auteur de Harry Potter, en a fait l’amère expérience :

La série de films Harry Potter a 20 ans ce mois-ci. Pour célébrer l’anniversaire de l’une des franchises cinématographiques les plus populaires de tous les temps, HBO diffusera le 1er janvier 2022 une émission spéciale de retrouvailles à laquelle participeront de nombreux acteurs et autres personnes impliquées dans les huit films Harry Potter. Mais une personne clé (et même la plus importante) n’a pas été invitée à participer à cette réunion spéciale. J.K Rowling, l’auteur même de la série de livres, avait été auparavant très impliquée dans le processus de production de chaque film. Pourquoi n’a-t-elle pas été invitée à la prochaine réunion ? C’est parce que – bien qu’étant socialement libéral sur la plupart des questions – Rowling avait osé contrarier le lobby radical des transgenres.

Les attaques contre Rowling par des militants transgenres radicaux ont commencé en décembre 2019 lorsqu’elle a exprimé son soutien à une femme qui a perdu son emploi en raison de tweets “transphobes” sur le fait que le sexe est déterminé par la biologie. Dans son tweet sur le sujet, Rowling a déclaré :

“Habille-toi comme tu veux. Appelle-toi comme tu veux. Couche avec n’importe quel adulte consentant qui le veut bien. Vis ta meilleure vie en paix et en sécurité. Mais obliger les femmes à quitter leur emploi pour avoir déclaré que le sexe est réel ?”

Quelques mois plus tard, Rowling a commis le “péché” de suivre sur Twitter une féministe lesbienne qui croyait elle aussi à l’importance du sexe biologique et déclarait que les lesbiennes ne devaient pas être traitées de bigotes pour ne pas vouloir sortir avec des femmes transgenres (des hommes biologiques qui prétendent être des femmes).

Mais les attaques transgenres radicales contre Rowling ont commencé pour de bon le 6 juin 2020. En réponse à un article intitulé

“Créer un monde plus égalitaire pour les personnes qui ont leurs règles”, Rowland a tweeté : “Les personnes qui ont leurs règles, je suis sûre qu’il y avait un mot pour ces personnes. Que quelqu’un m’aide. Wumben ? Wimpund ? Woomud ?”

Plus tard dans la journée, elle a fait suivre ce tweet avec deux autres. Dans le premier, elle dit :

“Je connais et j’aime les personnes trans, mais effacer le concept de sexe enlève à beaucoup la capacité de discuter de leur vie de manière significative. Ce n’est pas de la haine que de dire la vérité.”

Dans le second, elle a tweeté :

“Je respecte le droit de chaque personne transgenre à vivre de la manière qui lui semble authentique et confortable. Je marcherais avec vous si vous étiez victime de discrimination en raison de votre transidentité. En même temps, ma vie a été façonnée par le fait d’être une femme. Je ne crois pas qu’il soit haineux de le dire.”

Même avec ces réserves concernant les transgenres, Rowland a été attaqué comme jamais auparavant par les militants LGBT radicaux. Elle a été traitée de transphobe. On l’appelait une TERF (Trans-Exclusionary Radical Feminist). Elle a été accusée d’invalider la communauté transgenre. Elle a même été attaquée par les personnes mêmes qu’elle a rendues millionnaires grâce à ses livres. […] Rowling, cependant, s’en est tenue à la vérité et a refusé de reculer devant l’assaut des activistes transgenres radicaux. Dans un essai écrit le 10 juin 2020, intitulé “J.K. Rowling écrit sur ses raisons de s’exprimer sur le sexe et le genre“, elle a déclaré avec audace :

Je refuse de m’incliner devant un mouvement qui, selon moi, fait des dégâts manifestes en cherchant à éroder la “femme” en tant que classe politique et biologique et en offrant une couverture aux prédateurs comme peu l’ont fait avant lui…

Je veux que les femmes transgenres soient en sécurité. En même temps, je ne veux pas que les filles et les femmes biologiques le soient moins. Lorsque vous ouvrez les portes des salles de bain et des vestiaires à tout homme qui croit ou a le sentiment d’être une femme – et comme je l’ai dit, les certificats de confirmation de genre peuvent désormais être accordés sans qu’il soit nécessaire de recourir à la chirurgie ou aux hormones – vous ouvrez la porte à tous les hommes qui souhaitent entrer. C’est la simple vérité…

Je suis préoccupée par l’énorme explosion du nombre de jeunes femmes souhaitant effectuer une transition, ainsi que par le nombre croissant de celles qui semblent se détransitionner (retourner à leur sexe d’origine), parce qu’elles regrettent d’avoir pris des mesures qui ont, dans certains cas, modifié leur corps de manière irrévocable, et leur ont enlevé leur fertilité… Je veux être très claire ici : Je sais que la transition sera une solution pour certaines personnes souffrant de dysphorie de genre, mais je sais aussi, grâce à des recherches approfondies, que les études ont toujours montré qu’entre 60 et 90 % des adolescents souffrant de dysphorie de genre se débarrassent de leur dysphorie en grandissant…

J’ai lu tous les arguments selon lesquels la féminité ne réside pas dans le corps sexué, et les affirmations selon lesquelles les femmes biologiques n’ont pas d’expériences communes, et je les trouve, eux aussi, profondément misogynes et régressifs. Il est également clair que l’un des objectifs de la négation de l’importance du sexe est d’éroder ce que certains semblent considérer comme l’idée cruellement ségrégationniste que les femmes ont leurs propres réalités biologiques ou – tout aussi menaçant – des réalités unificatrices qui font d’elles une classe politique cohésive. Les centaines de courriels que j’ai reçus ces derniers jours prouvent que cette érosion concerne beaucoup d’autres personnes. Il ne suffit pas que les femmes soient des alliées des trans. Les femmes doivent accepter et admettre qu’il n’y a pas de différence matérielle entre les femmes trans et elles-mêmes.

En outre, le langage “inclusif”, qui désigne les femmes comme des “personnes ayant leurs règles” et des “personnes ayant une vulve”, est considéré par de nombreuses femmes comme déshumanisant et dégradant. Je comprends pourquoi les militants transgenres considèrent ce langage comme approprié et gentil, mais pour ceux d’entre nous qui se sont fait cracher des insultes dégradantes par des hommes violents, ce n’est pas neutre, c’est hostile et aliénant.”

[…]

https://www.lesalonbeige.fr/lideologie-du-gender-divise-la-gauche/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s