La Kriegsmarine et l’Opération Barbarossa 2/3

La Marine : facteur de décision dans la guerre

La marine de guerre allemande s’est toujours définie dans et par sa lutte contre la flotte britannique. Dans cette optique, l’Allemagne, en s’opposant à l’Angleterre, est logiquement, par la volonté du destin, obligée de devenir une puissance thalassocratique à l’échelle du globe. Cette vision des choses est solidement ancrée dans la marine depuis Tirpitz. Le corps des officiers de marine n’a jamais cessé de penser et d’agir dans le cadre de ces idées claires et compactes ; tous ses objectifs s’inscrivent dans cette logique implacable, même après 1918, année de la défaite que n’admettent pas plus les officiers de marine que ceux de l’armée de terre. Dans son Dienstschrift IX (Note de service IX), rédigé en 1894, Tirpitz avait conçu le rôle des armées de terre — protéger l’État contre l’arbitraire de l’ennemi — comme inférieur à celui, sublime, de la marine : emporter la décision en cas de guerre.

Cet état d’esprit témoigne de la cohésion morale, élitaire et sélective, du corps des officiers de marine allemands ; ces hommes étaient convaincus de l’importance de leur arme et cette conviction, largement partagée, s’est perpétuée et renforcée après 1918 et l’intermède de Weimar. Le vocabulaire lui-même en témoigne : la marine est kriegsentscheidend, elle force la décision, fait la décision, en cas de guerre. Tel est le noyau de la pensée stratégique et opérative de la marine. Ce qui explique la franchise avec laquelle la marine élabore ses plans pour faire de l’Allemagne une Weltmacht. Elle n’est pas victime de l’euphorie qui règne dans le Reich après la victoire sur la France mais s’inscrit plus simplement, plus naturellement, dans la tradition forgée à la fin du XIXe siècle par Tirpitz, tout en espérant, avec les nouveaux acquis territoriaux, rencontrer plus de succès.

Le problème de l’Angleterre

Comme les opérations contre la “forteresse insulaire” britannique s’avèrent lentes et n’emportent aucun succès, et comme l’invasion de l’Angleterre est reportée à l’année 1941, les esprits, en Allemagne, se concentrent sur le “problème anglais”. Si l’Angleterre ne peut être vaincue sur son île métropolitaine, il faudra trouver des points faibles dans l’Empire et y remporter des victoires décisives qui obligeront le gouvernement britannique à composer et à accepter la paix allemande. Cette question, essentielle, préoccupait bien entendu tous les militaires allemands, les chefs de la marine comme l’état-major de la Wehrmacht. Pour résoudre le problème anglais, il y avait plusieurs possibilités :

  • 1) Une guerre contre les sources d’approvisionnement qui s’inscrirait dans le cadre d’une guerre économique de plus vaste envergure.
  • 2) Des attaques ponctuelles contre les points névralgiques de l’Empire, de façon à ce qu’il s’effondre. À portée des Allemands, par ordre d’importance, nous avions, à l’époque : Suez, Gibraltar et Malte.
  • 3) L’acquisition de positions stratégiques navales en Afrique du Nord et de l’Ouest, afin de donner aux opérations dans l’Atlantique l’ampleur souhaitée.
  • 4) Intensifier la guerre des croiseurs. C’est l’idée motrice de Raeder.


La question qui se pose alors : où les chefs de la marine allemande doivent-ils porter le poids de leurs armes, en concentrant toutes leurs forces ? Afin d’obtenir l’effet escompté le plus rapidement possible, avec les meilleures chances de succès ?

Le tonnage anglais se concentrait dans l’Atlantique. C’est par l’Atlantique et la Méditerranée que passent les axes vitaux qui relient la Grande-Bretagne à ses sources d’énergie venues d’outre-mer. Fragmenter ces axes était la mission des sous-marins. Les chefs de la marine considéraient donc que la guerre anti-tonnage dans l’Atlantique était prioritaire. Mais le commandant en chef de la Marine tenait à la guerre traditionnelle des croiseurs, qu’il voulait mener en 2 endroits : dans l’Atlantique et en Méditerranée (sur ce théâtre en guise de diversion). Mais comme les plus lourdes unités allemandes se trouvent dans l’Atlantique, elles ne peuvent être déployées en Méditerranée. Convaincu du grand impact que pourrait avoir sa stratégie de diversion — laquelle ne pouvait que s’amplifier dès le début de la guerre du Pacifique et prendre des proportions globales — Raeder envoya ses sous-marins en Méditerranée. Il s’est heurté à une critique sévère des sous-mariniers, hostiles à cette stratégie de diversion. Pour Dönitz, la Méditerranée n’avait qu’une importance secondaire. Selon Dönitz, toutes les mesures qui visent à diviser et disperser les forces ennemies sont erronées, car elles ne peuvent que contribuer à prélever des forces allemandes hors de la zone principale des combats, qui est l’Atlantique. Mais, dans l’optique de Raeder, au contraire, la Méditerranée ne revêt pas une importance stratégique qui ne vaudrait que pour la diversion qu’il entend planifier. En lançant une offensive contre Suez, il veut trancher l’“artère principale” de l’organisme qu’est l’Empire britannique et porter ainsi le coup fatal à l’Angleterre. Après la prise de Suez, les résidus de la domination britannique en Méditerranée pourraient facilement être éliminés avec l’aide de la flotte française. Sans nul doute, Raeder exagérait l’importance de la Méditerranée pour les Britanniques mais n’avait pas tort de valoriser l’importance des côtes du nord et de l’ouest de l’Afrique et comptait sur la coopération française dans les opérations navales dans l’Atlantique.

L’Atlantique, l’Afrique du Nord-Ouest et Suez : tels sont les objectifs principaux de la stratégie de la marine allemande.

Y avait-il communauté d’intérêt entre la France et l’Allemagne ?

Au fur et à mesure que les officiers supérieurs de la marine allemande élaborent et peaufinent leur stratégie, la France vaincue acquiert de plus en plus de poids à leurs yeux. Le choc de Mers-el-Kébir et de Dakar du côté français, l’impossibilité de mener à bien l’Opération Seelöwe (le débarquement en Angleterre) du côté allemand, contribuent à un rapprochement franco-allemand, qui devrait se concrétiser par un effort de guerre commun. Et comme les Italiens et les Espagnols n’ont pas réussi à chasser les Britanniques de la Méditerranée, contrairement à ce qu’avaient espéré les Allemands, les chefs de la marine allemande en viennent à estimer que la participation française à la guerre navale contre l’Angleterre est indispensable. Pour que les Français deviennent les adversaires de l’Angleterre, les Allemands doivent leur donner des garanties politiques, qui valent le prix d’une entrée en guerre de Vichy à leurs côtés. Raeder envisage une alliance en bonne et due forme avec les Français et souhaite que Berlin élargisse l’axe tripartite Rome-Berlin-Tokyo à Vichy. L’inclusion de la France dans le nouvel ordre européen a été l’une des exigences de base des chefs de la marine allemande.

Ceux-ci ont trouvé des appuis dans l’état-major de la Wehrmacht. Le Général-Major Warlimont, Chef du L/WFSt, après une visite à Paris, s’est fait l’avocat du rapprochement franco-allemand. L’Afrique du Nord-Ouest et de l’Ouest constitue un flanc stratégique indispensable contre l’Angleterre ainsi qu’un espace économique soustrait au blocus britannique. Le conseiller militaire de Hitler, le Chef de l’état-major général de la Wehrmacht, le Colonel-Général Jodl, partage ce point de vue. La France pourrait aider le IIIe Reich et lui donner la victoire finale, si elle met à la disposition des Allemands ses bases africaines. Si l’Allemagne perd les bases nord-africaines possédées par la France, expliquent les chefs de la marine, il ne sera plus possible de battre l’Angleterre dans la guerre commerciale qui se déroule dans l’Atlantique. Cette formulation est évidemment osée. Mais il n’en demeure pas moins vrai que la masse territoriale nord-africaine et ouest-africaine constitue une barrière importante contre toutes les attaques anglo-saxonnes contre le Sud de l’Europe. En outre, ce territoire peut servir de base pour des attaques de l’aviation allemande contre les États-Unis.

Une alliance franco-allemande constituerait donc un atout complémentaire, qui permettrait au Reich de faire son jeu sur le continent européen. Mais Hitler s’imaginait toujours qu’il allait pouvoir faire la paix avec l’Angleterre. Il laisse le sort de la France dans l’indécision. Après Mers-el-Kébir, l’Allemagne assouplit encore ses mesures de démobilisation, politique qui ne correspond pas du tout aux souhaits de la Marine et de l’état-major de la Wehrmacht, qui, eux, envisageaient de consolider militairement une communauté d’intérêt franco-allemande.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s