La Kriegsmarine et l’Opération Barbarossa 1/3

En conquérant toute la côte atlantique de la France en juin 1940, les armées de Hitler ont dégagé le Reich de l’encerclement maritime que lui avaient imposé les Britanniques et les Français. La victoire allemande à l’Ouest ouvre au Reich les portes du large. À partir de ce moment, la Kriegsmarine ébauche des projets globaux et non plus purement défensifs, limités à la Mer du Nord et à la Baltique. C’est l’Amiral Carls, Commandant en chef du Groupe Est, qui fut le premier à fournir une étude globale, définissant les objectifs de la guerre sur mer (1). Son mémorandum reflète parfaitement l’état d’esprit des chefs de la marine allemande, après que les côtes atlantiques de la France soient tombées aux mains des Allemands.

L’Allemagne : une puissance d’ordre à l’échelon mondial

Carls, dans son mémorandum, parlait un langage clair. Sans circonlocutions, il déclare que l’Allemagne, désormais, doit devenir une puissance mondiale. Il ne craint pas de mener la guerre « contre la moitié ou les deux tiers du monde ». Déjà en 1938, il avait dit que l’Allemagne pouvait envisager de mener un tel combat avec succès. En déclarant que l’Allemagne devait devenir une puissance mondiale, Carls imposait à la marine une ligne de conduite, qui impliquait, à son tour, plusieurs objectifs de guerre : après avoir récupéré les anciennes provinces et territoires du Reich à l’Ouest et réclamé le retour des anciennes colonies africaines, Carls préconisait la constitution d’une confédération des États d’Europe du Nord sous l’égide allemande, regroupant, outre le Reich, une Grande-Flandre, les Pays-Bas, le Danemark et la Norvège, y compris leurs possessions d’outre-mer. Les possessions qu’apporteraient le Danemark et la Norvège dans la nouvelle communauté d’États (Spitzberg, Groenland, Islande, Iles Féroé), garantirait la domination maritime du Reich dans l’Atlantique-Nord, qui serait encore consolidée par l’annexion des Iles anglo-normandes et des Shetlands — la marine considéraient encore l’annexion de ce petit archipel au Nord de l’Écosse comme un but de guerre en 1944. Cette position fortifiée dans le Nord aurait permis à l’Allemagne d’avoir un accès libre aux zones centrales de l’Atlantique, grâce à l’inclusion dans la sphère d’influence du Reich d’une bande littorale ouest-française. Les ports de cette bande littorale auraient servi de tremplin vers le sud, permettant du même coup de se rendre maîtres de la côte ouest-africaine. Sur cette côte, l’Allemagne devra s’assurer quelques territoires, de façon à s’aménager des points d’appui. Ensuite, l’Union Sud-Africaine, y compris la Rhodésie du Sud, deviendraient des États indépendants et se détacheraient de l’Empire britannique, s’empareraient de Madagascar et des îles avoisinantes, de façon a créer une “chaîne” de points d’appui qui s’étendrait de l’Océan Indien au Pacifique, en passant pas les colonies néerlandaises (Indonésie), tombées sous influence allemande grâce à l’inclusion de la Hollande dans la communauté des États du Nord de l’Europe. Cette “chaîne” aboutirait au Bornéo septentrional qui serait, lui aussi, détaché de l’Empire et passerait sous domination allemande.

Cette esquisse des ambitions allemandes, élaborée par Carls, correspondait bel et bien à l’état d’esprit qui régnait dans les états-majors de la marine. Seuls quelques officiers ont émis des revendications plus modérées, mais qui ne portaient que sur les détails, non sur l’essentiel. Ainsi, le Chef du 1er Skl., le Contre-Amiral Fricke, en formulant une ligne de conduite légèrement différente, estimait que l’Allemagne devait en priorité s’affirmer comme puissance européenne dominante. Fricke suggérait de ne pas mettre la charrue avant les bœufs et de ne pas aller trop vite en besogne en voulant faire de l’Allemagne une puissance mondiale. Le Commandant-en-chef de la Marine, le Grand-Amiral Raeder, pour sa part, refusait de s’emballer pour les projets trop audacieux et ne voulait pas perdre de vue l’essentiel : les objectifs à court terme ; l’acquisition de points d’appui insulaires et continentaux le long des côtes africaines ne serait alors qu’un objectif à moyen terme. Dans les détails, les buts déclarés variaient d’une personnalité à l’autre. Mais il n’en demeure pas moins vrai que tous les officiers de l’état-major de la marine de guerre étaient d’accord sur un point : l’Allemagne était devenu une puissance d’ordre et devait s’affirmer en tant que telle sur toute la surface du globe. Aucun officier de marine ne mettait en doute la nécessité de faire du Reich la puissance hégémonique en Europe, la puissance organisatrice d’un “grand espace” économique européen, avec son complément colonial africain. Cette mission devait forcément donner à l’Allemagne une vocation planétaire. Toutes les ébauches de la marine impliquaient une Weltpolitik de grande envergure. Sans la moindre hésitation, les officiers de la marine prévoyaient de bétonner et de consolider les positions du “Reich Grand-Allemand” sur le plan géostratégique, de même que ses intérêts outre-mer, de “façon définitive, sur le fond, pour tous les temps”.

L’objectif à court terme : devenir une puissance coloniale

Les exigences coloniales de la marine allemande, de même que sa volonté d’acquérir des points d’appui, vise en premier lieu à asseoir solidement les revendications allemandes. Carls souhaitait un désarmement de l’Angleterre et de la France et pensait qu’il ne fallait réaccorder l’égalité en droit à ces 2 puissances que lorsqu’elles auraient accepté l’ordre nouveau imposé par le Reich à l’Europe. Leurs empires coloniaux devront être réduit en dimensions, afin qu’ils soient égaux en taille aux possessions allemandes d’outre-mer, mais ne devront en aucun cas être détruits. Les possessions coloniales de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Italie demeureront suffisamment vastes, après que l’Allemagne ait accédé au statut de grande puissance mondiale, “pour leur assurer l’existence et assez de puissance”, toutefois “dans les proportions que nous aurons souhaitées”. L’objectif de devenir “puissance mondiale” ne pourra se concrétiser que dans la mesure où l’Allemagne se montrera capable d’assurer l’équilibre entre les autres puissances. Carls parle en fait d’“auto-limitation” (Selbstbeschränkung) quand il parle du Reich ; il ne perçoit pas celui-ci comme une puissance qui règnerait seule sur le destin de la planète, mais qui serait davantage “régulatrice” de la politique internationale. La notion de “puissance mondiale” (Weltmacht) n’est donc pas synonyme, dans la pensée de Carls”, de “domination (non partagée) sur le monde” (Weltherrschaft). Les objectifs coloniaux énoncés dans le mémorandum ont une connotation nettement restauratrice. Ils se contentent, pour l’essentiel, de rétablir les colonies allemands d’avant 1918, en leur adjoignant quelques possessions françaises et la Rhodésie, qui souderait ses colonies entre elles.

Carls renonce à toute acquisition en Méditerranée et à toute intrusion dans les sphères d’infuence américaine et japonaise. Il tient compte du fait “que le Führer ne veut pas s’installer en Méditerranée, ni s’immiscer dans les sphères d’influence américaine et japonaise”. Carls savait intuitivement quel état d’esprit régnait dans le quartier général du Führer et devinait ce que ce dernier voulait entendre. Il élaborait ses plans non pas dans les limites de son propre domaine mais tenait davantage compte des intentions du commandement suprême que Raeder quand il rédigeait ses rapports. Raeder, lui, n’élaborait de projet que sur base de son domaine spécifique et tentait, envers et contre tout, de l’imposer au commandement suprême.

Ce qui frappe, c’est la mansuétude de Carls à l’égard de l’ennemi principal du Reich, la Grande-Bretagne. Celle-ci, dans la mesure du possible — c’est-à-dire si elle ne s’oppose pas au Reich allemand de manière irrémédiable — conserverait son Empire et demeurerait une puissance thalassocratique. Carls exprime de la sorte, outre une admiration pour l’œuvre coloniale des Britanniques, le point de vue de la marine : l’Empire britannique a eu une fonction stabilisante dans l’équilibre international. Sa chute favoriserait le Japon, puissance qui cherche l’hégémonie à l’échelle du globe, et qui se révèlerait, dans un avenir plus lointain, un nouvel adversaire du Reich allemand.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s