Alexandre Douguine: et s’il n’y a pas de guerre demain…

S’il n’y a pas de guerre demain…

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/esli-zavtra-ne-budet-voyny

Il y a clairement eu une escalade dans les relations américano-russes ces derniers temps. C’est le deuxième épisode depuis le printemps 2021, lorsque le mondialiste Biden, soutenu par les néoconservateurs, était largement censé avoir donné le feu vert à Kiev pour une offensive dans le Donbass. Mais elle s’est limitée à la visite risible de Zelensky dans la zone ATO et aux manœuvres convaincantes des forces armées russes sur le territoire russe. C’était suffisant. 

Ensuite, Washington a tenté de faire dérailler le lancement de Nord Stream 2, mais a échoué une nouvelle fois, car les partenaires européens ont tout simplement rejeté cette politique.

Biden a ensuite mis l’accent sur le retrait des forces américaines et de leurs complices d’Afghanistan et sur la création d’une coalition anglo-saxonne (AUKUS) contre la Chine, ainsi que sur le bloc quadripartite QUAD, où les Etats-Unis incluent le Japon et l’Inde. Une fois de plus, tout s’est joué contre la Chine.

En retirant les troupes d’Afghanistan et en commençant à retirer les troupes de Syrie (jusqu’à présent elles se retirent en Irak), Biden a signalé son pacifisme, mais les alliances AUKUS et QUAD sont plutôt une concession aux néo-cons et aux faucons. Cependant, le retrait des troupes est un fait, et les coalitions créées ne sont jusqu’à présent qu’une simple possibilité, une menace, un swing, pas une frappe.

Apparemment, cela a sérieusement déplu aux néo-conservateurs et ils ont exigé des mesures décisives de la part d’un président qui glisse de plus en plus vers la démence sénile.

Cela s’est traduit par une escalade des relations – non pas avec la Chine cette fois, mais avec la Russie, comme nous le voyons aujourd’hui. Les tensions sont montées d’un cran dans tout le périmètre autour de la Russie. Trois zones de conflit croissant sont clairement visibles ici.

Le Belarus et la crise des migrants à la frontière polonaise.

 La logique du comportement de Loukachenko est ici tout à fait rationnelle, lui qui accepte calmement les migrants dans son pays, désireux d’adhérer à l’Union européenne, ignorant la Pologne, qui, à son tour, après les élections de Minsk et les manifestations libérales de masse, a refusé de nouer des relations constructives avec Loukachenko. Les tensions à la frontière et le retrait des troupes polonaises ont créé un foyer de tension entre le Belarus, allié de la Russie, et les États-Unis, l’UE et l’OTAN. Mais Lukashenko n’a rien à voir avec cela, il ne fait que répondre symétriquement à la grossièreté de l’OTAN et à la tentative des mondialistes de changer la situation.

Parallèlement à cela, le mouvement de l’AFU dans le Donbass a commencé. Les accords de Minsk ont, en fait, été complètement ignorés par Kiev. Les forces répressives ont commencé à saisir les colonies situées sur le territoire de la République populaire de Donetsk. Les discours de certains politiciens ukrainiens, qui demandent à leurs partenaires américains d’intervenir dans la situation, de soutenir la restauration du contrôle de Kiev sur le Donbass et, si nécessaire, de s’engager dans une confrontation militaire directe avec la Russie, sont révélateurs à cet égard. Cette confrontation est inévitable, car il est désormais clair pour tous que si Kiev lance une opération militaire de grande envergure, Moscou n’abandonnera pas à leur sort ses citoyens de la DNR et de la LNR, qui ont reçu des passeports russes en masse il y a longtemps. Une fois de plus, la situation s’envenime, et Washington fait clairement savoir que, cette fois, il est déterminé et prêt à soutenir Kiev.

Enfin, les exercices militaires de l’OTAN en mer Noire et l’escale des navires de guerre de la sixième flotte américaine dans le port de Batoumi visent à démontrer que les États-Unis sont bien conscients de l’urgence et sont prêts à soutenir l’Ukraine dans un éventuel conflit avec la Russie. Le bassin de la mer Noire – Washington le dit clairement – serait alors utilisé pour attaquer la Russie – ou du moins pour la contenir. 

Pour soutenir la stratégie globale des États-Unis, l’ancien président Mikheil Saakashvili, un provocateur professionnel dans les domaines de la géopolitique et de la politique, a récemment été introduit clandestinement en Géorgie dans l’intérêt des mondialistes – avant tout George Soros et ses réseaux.  La force dirigeante neutre de la Géorgie, Rêve géorgien, n’est pas prête à s’engager dans une nouvelle aventure – pour cela, il fallait Saakashvili, qui a été arrêté en toute sécurité par les autorités. Mais une mine terrestre a été posée.

Ainsi, pour la deuxième fois sous la présidence de M. Biden, les relations entre la Russie et les États-Unis ont atteint un point critique. Cela peut expliquer le dialogue direct du président russe Vladimir Poutine avec le directeur de la CIA William Burns, qui est arrivé récemment à Moscou. Un tel dialogue asymétrique ne se déroule que dans des conditions extrêmes. 

En d’autres termes, nous sommes au bord de la guerre, et elle peut commencer dans l’une des trois zones d’escalade suivantes :

    – à la frontière biélorusse-polonaise, 
    – dans le Donbass ou 
    – dans la mer Noire. 

Ou bien cela peut se produire simultanément dans les trois régions.

Le prétexte au premier coup de feu dans une telle situation est assez facile à deviner: le statut juridique de la Crimée russe ou du Donbass indépendant, ainsi que la reconnaissance de l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie, sont des problèmes dont les points de vue  sont diamétralement opposés pour la Russie, d’une part, et pour l’Occident, d’autre part. Ce que Moscou percevrait comme un acte d’agression directe (et ce sont les « lignes rouges » de Poutine), pour les États-Unis, leurs alliés et leurs satellites, pourrait bien ressembler à une « opération légitime visant à rétablir le contrôle des territoires nationaux » ou à une action visant à « imposer la paix à un dictateur » (dans le cas de Loukachenko et de la fantomatique opposition biélorusse incarnée par Tikhanovskaya). 

La guerre est plus probable que jamais

Toutefois, un certain nombre d’arguments permettent d’espérer que, cette fois encore, tout rentrera dans l’ordre et que le statu quo sera rétabli.

L’argument le plus important expliquant pourquoi une guerre est peu probable est que Biden n’a pas de mandat pour le faire. Sa cote de popularité est en baisse, tout le monde est mécontent de lui – pas seulement les partisans de Trump et les républicains, mais ses propres camarades de parti et ses électeurs. Biden ne peut rien faire. Tout lui tombe des mains, il oublie des mots, dit bonjour à un fantôme, s’endort partout où il peut. Pour entrer en guerre contre la Russie nucléaire, militairement et psychologiquement très en éveil sous Poutine – bien que partiellement aux mains d’autres personnes – il faut une légitimité à toute épreuve. Cela doit être justifié car cela met l’humanité entière au bord de l’anéantissement. Les armes nucléaires sont justement des armes nucléaires. Et ici, la parité est toujours inconditionnelle. 

Personne au monde ne doute de la détermination de M. Poutine à défendre jusqu’au bout la liberté et l’indépendance de la Russie. Et imaginez un peu: dans une telle situation, un grand-père presque complètement fou donne des ordres: « allez-y, attaquez !, suivez-nous… »… et qu’est-ce qu’il y a derrière nous? Soros, le mouvement LGBT+, la gay pride, l’intelligence artificielle remplaçant l’humanité, la censure et la surveillance du web mondial, Zuckerberg qui a perdu la tête et pense qu’il vit déjà dans un film fantastique… Et pour ça il faut combattre Poutine ?

Une autre fois. C’est ce que pensent non seulement l’adversaire de Biden, l’Américain moyen, mais aussi la plupart de ses partisans. Sauf peut-être les néocons, mais eux aussi ne sont pas des maniaques complets et des suicidaires. Ils étudient la géopolitique et sont (espérons-le) bien conscients des réalités du véritable équilibre des forces.

Il est donc probable que cette escalade du périmètre ne soit rien d’autre que le bluff numéro 2.

Si c’est le cas, l’intimidation de la Russie connaîtra ses limites, une fois la situation revenue à la normale, le ferveur belliciste sera épuisée. Se balancer deux fois et ne jamais frapper ne signifie qu’une chose : l’agresseur n’est pas capable de frapper du tout. C’est-à-dire qu’il n’est pas l’agresseur, mais un pantin.

Le résultat sera ce qu’il était, l’AFU retournera dans ses casernes, les migrants se frayeront un chemin à travers les forêts jusqu’en Allemagne, et les navires de guerre américains navigueront vers leurs emplacements habituels en mer Méditerranée, mais ce ne sera pas comme avant. Biden sera dorénavant traité comme un paillasson. Il ne réagit pas, le vieux sénile. Il pourrait même mourir de honte. Kamala Harris, sur laquelle les mondialistes avaient aussi tant d’espoir, pourrait disparaître car elle s’est révélée n’être qu’une idiote et tout le monde lui a tourné le dos.

Mais malgré tout, lorsqu’une situation est si aiguë, on ne peut pas être totalement sûr que rien ne se passera. La probabilité d’une guerre doit donc être prise au sérieux. Or, c’est exactement ce que démontrent les dirigeants russes – Poutine, Shoigu, Lavrov. D’où nos exercices symétriques, nos réactions vives aux provocations des militaires américains près de nos frontières et les gestes agressifs de Kiev. La Russie est prête pour la guerre. Il est clair que tout sera fait pour l’éviter, mais si ces lignes rouges sont franchies, la Russie acceptera la situation avec courage et dignité. 

Et là, il y a une différence très intéressante: Poutine a un mandat pour une guerre défensive. Le sentiment patriotique dans la société russe est déjà extrêmement élevé, et après le premier coup de feu (que Dieu nous en préserve), il atteindra des sommets. Et Poutine a une légitimité totale en politique intérieure. Et il faut espérer que le potentiel technologique de l’armée russe sera suffisant (bien que personne ne sache quelle est la situation réelle dans le domaine des armements et des nouvelles technologies militaires, et si c’est le cas, il s’agit de secrets d’État, de sorte qu’il est inutile de deviner si nous sommes prêts pour une guerre totale ou non – il semble que nous le soyons).

En résumé, la Russie est dans une meilleure position de départ que les États-Unis dans cette escalade. De plus, Moscou a une chance d’améliorer sa position géopolitique qualitativement et d’un seul coup en cas de conflit direct – et dans les trois directions.

Dans une situation critique =

    – l’unification avec la Biélorussie se fera rapidement,
    – la Novorossia (d’Odessa à Kharkov) sera finalement libérée, puis deux Ukraine émergeront, dont l’une paiera pour tout – du Maidan aux raids punitifs, 
    – et en Géorgie, si Dieu le veut, un régime national neutre sera consolidé, avec lequel les relations pourront être développées positivement.

Oui, le prix est important. Mais toutes les grandes choses sont payées avec du sang.

Et qu’est-ce que les États-Unis obtiennent ? Il est impossible de détruire les Russes directement. La position de Poutine est absolument ferme. Aucune personne saine d’esprit ne peut compter sur une occupation directe de la Russie, et encore moins sur le soutien d’un mandataire incompétent, l’Ukraine.

C’est-à-dire, en un mot : il n’y aura pas de guerre. Pas encore. Pour Moscou, bien sûr, c’est déjà une victoire. Mais pas autant qu’une vraie victoire… 

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/11/16/alexandre-douguine-et-s-il-n-y-a-pas-de-guerre-demain-6349594.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s