Les prolégomènes de l’attaque allemande contre l’URSS (22 juin 1941) 5/6

Mis à part ces exemples ou d’autres faits de même nature, nous devons formuler une objection de principe : les historiens ne devraient pas croire aveuglément, sans émettre de critiques, que les affirmations de nature idéologique de tel ou tel individu ou de telle ou telle formation politique sont automatiquement transposées dans la réalité dès que l’occasion se présente. Tous les systèmes marqués par une idéologie — et le système marxiste offre sur ce chapitre suffisamment d’exemples — ont pour caractéristique que, dès qu’ils se hissent au pouvoir, ils se transforment sous la pression du réel et finissent par présenter un visage purement pragmatique. Pourquoi dès lors Hitler constituerait-il une exception ?

Les historiens devraient se garder, de prendre des formules de nature idéologique pour des éléments de preuve, qui plus est, de preuves définitives, pour expliquer que tel acte positif ou tel acte condamnable ont été commis en leur nom. En premier lieu, il faut avancer les faits que prouvent les sources, pour pouvoir juger d’un événement historique.

En 1982, une controverse scientifique a eu lieu sur cette question de méthode dans les colonnes de la revue Geschichte in Wissenschaft und Unterricht (n°4, 1982).

Hillgruber, une fois de plus, y a réitéré sa thèse habituelle : Hitler aurait toujours voulu la guerre contre l’URSS pour des raisons d’ordre idéologique. Mais l’historien militaire Stegemann s’est opposé à cette interprétation ; pour lui, ce sont, en première instance, des considérations d’ordre stratégique qui ont conduit Hitler à attaquer l’Union Soviétique. Pour preuve, Stegemann évoque la politique de Staline pendant l’été 1940, que nous venons d’exposer ; cette politique menaçait dangereusement les intérêts allemands et Hitler a fini par considérer l’URSS comme un allié potentiel de l’Angleterre (24). Ensuite, Stegemann a avancé d’autres arguments : dès juin 1940, alors que l’armistice n’avait pas encore été signé avec la France et que des combats se déroulaient encore entre Français et Allemands, Hitler a ordonné que l’on réduise les effectifs de l’armée de terre de 155 à 120 divisions et que l’industrie militaire devait concentrer ses efforts sur l’aviation et la marine (25). Ce sont là des mesures qui montrent à l’évidence que le Reich ne préparait pas une guerre de conquête à l’Est.

Hitler a évoqué pour la première fois l’idée d’en découdre militairement avec l’URSS à la date du 22 juillet 1940. Halder a consigné ses dires dans son journal. Et les motivations qui animaient le Führer étaient essentiellement d’ordre stratégique. Hitler, ensuite, a fait part de sa décision à Jodl, Brauchitsch et Halder, en la justifiant sur un plan stratégique. C’était le 31 juillet 1940. L’attaque contre l’Union Soviétique aurait servi de dérivatif pour obliger l’Angleterre à accepter la paix. Mais cette “décision” n’a rien eu de définitif, car Hitler s’est efforcé de trouver d’autres solutions. Du 31 juillet au 5 décembre 1940, on ne trouve plus une seule trace d’un tel projet ; Hitler ne montre plus le moindre intérêt pour une campagne à l’Est. Ce n’est que le 18 décembre 1940, un peu plus de quatre semaines après la visite de Molotov à Berlin, que Hitler a donné l’ordre, fatidique, de préparer l’“Opération Barbarossa”.

Hitler juge incorrectement le potentiel de l’Armée Rouge

En prenant en considération la défaite allemande de 1945 et la puissance militaire soviétique actuelle, on a trop rapidement tendance à juger l’acte de Hitler comme totalement insensé. En effet, beaucoup de nos contemporains pensent que c’est un acte dément d’avoir osé attaquer, sans motif impérieux, un pays aussi puissant que la Russie soviétique. Qui plus est, en envahissant l’URSS, Hitler s’obligeait à mener une guerre sur 2 fronts, dont l’issue ne pouvait être qu’une défaite inéluctable. Mais pour juger correctement de cette décision de Hitler, il faut tenir compte de l’état des connaissances de l’époque ; seule une telle prise en compte permet un jugement historique solide. L’Armée Rouge avait alors dans le monde entier une très mauvaise réputation. Fin mai 1941, par ex., le Foreign Office britannique conclut que l’URSS capitulerait rapidement, avant ou après la menace d’une attaque allemande. Si les choses en arrivaient là, les Britanniques bombarderaient Bakou, le centre pétrolier soviétique, de façon à ce que les Allemands ne puissent pas s’emparer de cette matière première indispensable à la poursuite de la guerre (26). Hitler, ses conseillers militaires et bon nombre d’autres experts militaires étrangers estimaient que le sort de l’URSS aurait été réglé en une campagne d’été de 9 à 18 semaines (27).

Cette mésestimation des capacités de l’Armée Rouge et de la résistance du peuple russe abonde plutôt dans le sens de Stegemann et de ceux qui disent que Hitler a été essentiellement motivé par des raisons stratégiques. Hitler a cru qu’il était possible, concrètement, d’éliminer l’URSS par une Blitzkrieg, après avoir épuisé toutes les possibilités de coopération avec le partenaire soviétique en automne 1940.

Hitler pouvait espérer se débarrasser du maître-chanteur qui le menaçait sur son flanc oriental, ôter à l’Angleterre la possibilité de manœuvrer contre lui un “allié continental” et montrer aux États-Unis que toute intervention directe dans la guerre européenne était désormais impossible puisque le Reich contrôlait à son profit toute la puissance économique russe. Nous constatons donc que Hitler — tout en restant dans le cadre de sa stratégie globale — avançait toujours des motifs plausibles et réalisables pour justifier sa décision d’attaquer l’URSS.

Pourquoi les Allemands ont-ils si mal évaluer le potentiel de l’Armée Rouge ? Il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, cette mésestimation remonte à la jonction entre unités de la Wehrmacht et unités de l’Armée Rouge en Pologne en septembre 1939. Les militaires allemands ont eu une mauvaise impression de l’Armée Rouge. Leurs rapports mentionnent une discipline qui laissait à désirer et une disparité dans les uniformes. Enfin, les équipements, signalaient ces rapports, étaient totalement obsolètes et, souvent, les obusiers étaient encore tirés par des tracteurs (28).

Cette mauvaise impression des militaires allemands, Staline l’a-t-elle délibérément provoquée ? On doit prendre ce soupçon en compte. Même si au cours de la guerre de l’hiver 39/40 contre la Finlande, les Soviétiques s’étaient également servi d’armes obsolètes. Sur cette guerre, les militaires soviétiques ont même fait tourner un film de propagande, dont le titre était En perçant la ligne Mannerheim. Ce film est tombé entre les mains des services secrets allemands, qui l’ont montré à l’état-major. On y voyait effectivement des mitrailleuses d’un autre âge, ce qui a convaincu l’état-major général allemand que l’Armée Rouge n’avait qu’une faible valeur combative, incapable, qui plus est, de venir rapidement à bout des Finlandais (29).

Vraisemblablement, ce film a été délibérément fourni aux Allemands, sinon Staline aurait verrouillé son territoire sans laisser la moindre faille pour que l’étranger ne prenne pas connaissance de la véritable valeur combative du soldat soviétique. En toute apparence, le dictateur géorgien voulait montrer piètre figure afin de suggérer aux Allemands qu’aucun danger ne les guettait de l’Est.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s