Les prolégomènes de l’attaque allemande contre l’URSS (22 juin 1941) 1/6

Plus d’une génération après la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’historiographie souffre encore et toujours de la mise au secret des archives de guerre alliées. Ce sont surtout les archives de Moscou qui demeurent inaccessibles aux historiens. Malgré cela, les historiens ont pu, au cours des dernières décennies, réfuter pour l’essentiel la thèse des vainqueurs : celle d’une attaque-surprise de Hitler contre une “Union Soviétique qui ne voulait que la paix”. Un historien diplômé, qui s’est spécialisé dans ces questions, nous donne un survol des opinions sur cet épisode de la Seconde Guerre mondiale et dresse le bilan de l’historiographie allemande sur ce sujet.

Les accords secrets du 23 août 1939

La politique étrangère de Hitler a été telle qu’en 1939 les Polonais se sont sentis très menacés. Hitler, comme chacun le sait, demandait aux Polonais de négocier à propos du Corridor et de la Ville Libre de Dantzig, créations du Traité de Versailles. Les Polonais ont pu se montrer intransigeants — au contraire des Tchèques pendant l’automne 1938 — parce qu’ils jouissaient depuis le 31 mars 1939 d’une garantie britannique, qui, chose étonnante, s’étendait très loin. La Grande-Bretagne avait promis de venir en aide à la Pologne en cas de guerre. Ce pacte d’assistance anglo-polonais, auquel la France s’est jointe rapidement, ne pouvait fonctionner sur le plan militaire que si une autre grande puissance continentale y adhérait. Or seule l’Union Soviétique pouvait entrer en ligne de compte dans cette optique.

Les États capitalistes, France et Angleterre, courtisèrent assidûment l’URSS au cours de l’été 1939. Mais les négociations échouèrent parce que les Polonais se méfiaient des Russes. Les Polonais refusèrent que les Russes obtiennent le droit de traverser leur territoire pour aller garnir l’hypothétique front occidental de la Pologne. Varsovie craignait que les Russes ne profitent de l’occasion pour régler un vieux contentieux et pour demeurer en Pologne orientale, territoire qu’ils réclamaient depuis longtemps.

Ce fut la grande chance de Hitler. Dans n’importe quel livre scolaire, on mentionne la surprise de l’opinion publique internationale quand, le 23 août 1939, l’entrée en vigueur du pacte Hitler-Staline est annoncée officiellement. Le monde pouvait à peine croire que 2 ennemis mortels, sur le plan idéologique, la Russie communiste et le Reich national-socialiste, arrivaient à s’entendre et à régler pacifiquement leurs différends d’un coup et pour dix ans.

Mais les accords secrets qui accompagnaient le pacte sont, à notre avis, bien plus intéressants à étudier et leurs conséquences sont plus importantes. L’opinion publique internationale n’a appris leur existence qu’après la Seconde Guerre mondiale et l’URSS continue à les nier.

Dans ce protocole secret, les signataires avaient prévu un partage de la Pologne : la partie occidentale du pays, avec la Lithuanie, étaient attribués à la sphère des intérêts allemands ; la partie orientale à la sphère des intérêts soviétiques. La Finlande, l’Estonie, la Lettonie et la Bessarabie tombaient également dans l’orbite soviétique.

Une semaine plus tard, le 1er septembre 1939, les Allemands attaquent la Pologne. Hitler a pu attaquer sans trop de risques ; il savait que l’Armée Rouge ne bougerait pas et qu’il n’y aurait pas de guerre sur 2 fronts.

Les Soviétiques en Pologne en 1939

Quel fut le comportement de Staline après le 1er septembre 1939 ? Il a d’abord attendu de voir comment les choses évoluaient ; il pensait que les Anglais et les Français allaient attaquer l’Allemagne immédiatement. Les États capitalistes se seraient affrontés ce qui, conformément à l’idéologie de Staline, n’aurait profité qu’à la seule URSS.

Pour prolonger la guerre entre l’Allemagne et la Pologne, Staline alla même jusqu’à promettre secrètement des armes aux Polonais, pour qu’ils poursuivent leur lutte contre les Allemands. Il n’a pas pu mettre ce projet à exécution, parce que la Wehrmacht a avancé trop rapidement, à la surprise générale, et parce que le Kremlin a été complètement surpris par la rapide victoire allemande, malgré les affirmations contraires de Molotov (1). Quand le sort de la Pologne était presque réglé, les Soviétiques se sont décidés à pénétrer en Pologne le 17 septembre 1939. Le désarroi était tel que certaines unités polonaises ont cru que les Russes volaient à leur secours (2).

Comme ni Moscou ni Varsovie n’avaient déclaré la guerre formellement, les Polonais désarmés ont été considérés par les Russes comme des criminels. Beaucoup d’entre eux aboutirent dans des camps pénitentiaires d’URSS (3).

Dans ce contexte, on connaît généralement le massacre par les Soviétiques de quelque 15.000 officiers polonais, prisonniers de l’Armée Rouge. « On en a acquis la certitude ultérieurement, les officiers polonais ont été exécuté d’une balle dans la nuque au début de l’année 1940 et jetés dans des fosses communes. L’une de ces fosses a été découverte en avril 1943 par des soldats allemands près de Katyn dans les environs de Smolensk. Des représentants de la Croix-Rouge internationale l’ont visitée. Elle contenait environ 4800 cadavres » (4).

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s