Evola et le mystère hyperboréen

par Giovanni Sessa

Ex : https://www.centrostudilaruna.it/evola-e-il-mistero-iperboreo.html

Recueil des écrits du philosophe 1934-1970

Julius Evola était un écrivain prolifique. Outre un nombre considérable de livres, consacrés à des domaines de connaissance très différents, du dadaïsme à la philosophie, de l’hermétisme à la critique de la modernité, il a également écrit un nombre inhabituel d’essais et d’articles, publiés dans des revues et des journaux. Depuis des années, la Fondation Evola rassemble en volumes les différentes contributions du traditionaliste romain.

Le livre du penseur Il mistero dell’Occidente. Scritti su archeologia, preistoria e Indoeuropei 1934-1970, édité par Alberto Lombardo, à qui nous devons également l’intéressante introduction, letout publié par la Fondazione Evola/Pagine, Quaderno n. 53 di testi evoliani (pour les commandes : 06/45468600, pp. 243, euro 18.00). Le livre est enrichi par l’ample postface de Giovanni Monastra, biologiste spécialisé en anthropologie physique, qui offre, comme le rappelle Gianfranco de Turris dans la Note: « un aperçu des études génétiques les plus récentes […] qui ont en partie confirmé, en partie modifié, le tableau de la préhistoire indo-européenne offert par Evola » (p. 7).

Le recueil contient vingt écrits consacrés par le philosophe à l’exploration du thème de l’origine. Ce Cahier est donc résolument plus substantiel que le précédent, publié en 2002, qui contenait une dizaine d’écrits, et permet au lecteur de comprendre ce qu’Evola pensait réellement des origines et de la préhistoire indo-européennes, c’est-à-dire de ce qui est défini à plusieurs reprises dans ces pages comme le mystère hyperboréen ou occidental. Comme le rappelle Lombardo, ce volume est d’autant plus important si l’on tient compte de l’influence exercée par les essais qu’il contient sur les auteurs et les courants de pensée de l’après-guerre. Adriano Romualdi, en effet, dans son étude éclairée sur les Indo-Européens, se réfère explicitement aux recherches d’Evola et tente de les combiner avec les découvertes de Giacomo Devoto. Les numéros spéciaux des revues Nouvelle Ecole et Futuro Presente, consacrés aux origines des peuples européens, témoignent de la pertinence des intuitions d’Evola, tout comme les travaux de Jean Haudry, Felice Vinci ou Jean Mabire.

A partir de ces articles, il est possible d’identifier les auteurs qu’Evola a utilisés pour disséquer le mystère hyperboréen. Tout d’abord, apparaît le nom de Fabre d’Olivet (illustration, ci-dessus), qui fut le premier à soutenir « la lointaine origine nordique-arctique, boréale ou hyperboréenne » de la race blanche (p. 13). Les références à Guénon ne manquent pas, même si, contrairement à l’ésotériste français, Evola utilise aussi des données scientifiques, tout en les subordonnant à la méthode traditionnelle. Dans les années 30, le savant vers lequel le traditionaliste se tournait avec le plus d’intérêt était Herman Wirth, auquel il faut reconnaître une capacité peu commune de lecture synthétique d’une énorme masse de données, prouvant l’origine arctique des Indo-Aryens.  

Depuis l’Arctique, ces peuples, après la dernière grande période glaciaire, se sont déplacés « vers le sud-est, donnant naissance à de nombreuses civilisations préhistoriques » (p. 14), dont les valeurs religieuses étaient centrées sur le monothéisme solaire. Dans ses écrits des années 1950, Evola modère son jugement positif sur Wirth, bien qu’il continue à le considérer comme un auteur de grande profondeur. Pour le Romain, la spiritualité solaire de l’origine était le fruit de civilisations patriarcales et non de civilisations telluriques-matriarcales. Wirth ne pouvait pas partager ce point de vue car, selon le philosophe, il lui manquait une véritable vision traditionnelle de la préhistoire. Le même jugement, note Lombardo, réapparaît également dans les pages de Il mito del sangue. Au contraire, dans Il cammino del cinnabro (Le chemin du cinabre), un jugement global positif de l’œuvre de Wirth se dégage, car il a identifié le point zéro de l’histoire dans la « Tradition primordiale ».

Dans le livre Urgeschichte der Menschheit Wirth est rejoint par Tilak, partisan de l’origine arctique des Vedas. Evola estime que la proto-patrie arctique pourrait également être argumenté en termes biologiques. Dans L’hypothèse hyperboréenne, le traditionaliste soutient que les groupes sanguins 0 et A: « ont une relation étroite […] avec les races aryennes et, en général, indo-germaniques » (p. 17). Les données génétiques sont cependant lues par Evola comme faisant partie d’un ensemble plus vaste d’éléments, dont les traditions mythologiques des différents peuples européens. Pour le savant italien, le cadre ethnique de l’Europe serait composé de trois éléments: un substrat non aryen et autochtone, et deux autres éléments aryens, correspondant à deux mouvements migratoires différents. De plus, un entretien avec l’archéologue Frobenius à Vienne montre que le penseur traditionaliste croyait que le style figuratif qu’il avait observé en Afrique du Nord, en Espagne et en Sardaigne indiquait une même origine nord-atlantique ou arctique-occidentale. Pour Evola, les mythes hyperboréens et atlantes étaient « deux représentations distinctes de migrations, la première étant cependant beaucoup plus éloignée dans le temps que la seconde » (p. 19).

Le document, intitulé La migrazione dorica in Italia, témoigne d’une dette explicite envers le monde idéal de Franz Altheim, qui avait bien compris la proximité spirituelle de Sparte et de Rome. C’est dans ce contexte qu’émerge la lecture particulière qu’Evola fait du matriarcat, en partie déduite de Bachofen, comme une civilisation tellurique, lunaire, qui au niveau juridico-politique aurait été caractérisée par des tendances universalistes de promiscuité sociale. Par opposition, bien sûr, au patriarcat, expression masculine, héroïque, aristocratique et solaire. La lecture des pages de Günther par Evola va également dans le même sens théorique, l’amenant à considérer le matriarcat et le patriarcat comme des « psychologies immuables ». Le recueil montre également que, dès 1934, le philosophe ne pense pas la race en termes de « nature » mais de « culture », se démarquant ainsi de la vision biologico-zoologique qui s’affirme tragiquement en Allemagne dans ces années-là.

Parmi les autres thèmes qui se dégagent du volume, il convient certainement de mentionner l’intérêt d’Evola pour l’idéologie « tripartite » de Dumézil. Evola souligne que celle-ci, en particulier en Inde, a connu une variation « quadripartite », ne pouvant invalider l’intuition de l’historien français des religions, puisque « seules les trois premières castes représentent l’héritage des envahisseurs aryens de l’Inde » (p. 27). En outre, les exégèses des deux chercheurs sur la figure du guerrier sont synonymes. L’intérêt du penseur romain pour Dumézil a peut-être été stimulé par Eliade, comme en témoignent certaines lettres d’Evola.

Un texte vraiment central, Le Mystère de l’Occident, pour ceux qui se soucient de l’exégèse de la production d’Evola.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/11/09/evola-et-le-mystere-hyperboreen.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s