Durban : le réchauffement climatique démasqué

On n’a pas tout dit, loin de là, sur le Sommet de Durban consacré au Changement Climatique. Les principaux producteurs de CO₂ continuant à garder leurs distances, rejoints même par le Canada et le Japon tandis que les pays les plus pauvres glapissent qu’ils attendent toujours les pactoles qu’on leur avait fait miroiter à Stockholm. Il leur fut bien promis quelques rallonges, ça ira mieux en 2015 ! On s’engagea cependant à limiter à 2 degrés l’augmentation de chaleur due aux activités humaines. Sur proposition de l’Europe une nouvelle structure juridique obligatoire encadrant les gaz à effets de serre serait signée en 2015 et s’imposerait à tous les pays en 2020. Promesses, promesses… On se sera surtout mis d’accord pour ne pas souffler mot du milliard d’habitants supplémentaires à venir.

Pourtant, certains se posent d’autres questions. Lord Christopher Monckton, par exemple, l’ancien conseiller Conservateur pour le climat de Margaret Thatcher, actuellement dirigeant de l’UKIP, le parti très eurosceptique du flamboyant député européen Nigel Farage. Journaliste et éditorialiste à l’Evening Standard et au défunt Today, Monckton appartient à une des grandes lignées nobiliaires anglaises et n’a cessé depuis trente ans de mener de furieuses croisades contre la culture moderniste pourrissant de l’intérieur l’Union Européenne.

Le réchauffement étant devenu son nouveau cheval de bataille, il sillonne le monde occidental de conférences en symposiums ou en congrès, ne ratant aucun sommet sur le réchauffement ou le CO₂ De sorte qu’à force de s’introduire partout où il n’est pas invité, il a fini par posséder une connaissance rare des mécanismes occultes qui s’ordonnancent derrière cette véritable idéologie, invraisemblable, dénoncée par les meilleurs scientifiques et que les faits eux-mêmes ne cessent de démentir. Ne restant en effet plus à ses partisans qu’à tenter de faire croire que tout événement climatique, de quelque intensité, de quelque nature et en quelque lieu qu’il survienne, serait la conséquence du réchauffement climatique anthropique.

Monckton ne s’étonne donc pas qu’à Durban Rajendra Pachaury, ingénieur en chemins de fer, et président du GIECC, à l’issue du récent sommet, ait observé qu’au cours de ces quinze jours personne n’avait parlé de science climatique. Pour le sceptique anglais « Cela n’est nullement surprenant, étant donné qu’il n’y a pas eu de véritable réchauffement climatique au cours des deux dernières décennies, pas de récente élévation du niveau des mers, pas de nouveau record de fonte des glaces Arctiques, moins de cyclone qu’il n’y en a jamais eu en 30 ans, aucun atoll du Pacifique submergé par les vagues ».

Qu’est-ce à dire en somme sinon que depuis une dizaine d’années une gigantesque imposture organisée à des fins strictement idéologiques d’unification politique et administrative du monde sous la direction de l’Organisation des Nations Unies se met en place ? Depuis le Sommet de la Terre à Rio en 1992 où a été défini l’Agenda 21 – programme coercitif de réorganisation du monde – avec pour mot d’ordre le Développement Durable, oxymore orwellien qui, comme une traînée de poudre, en quelques années, a envahi la terre entière.

Pour Monckton le Sommet de Durban, s’il n’a rien apporté de nouveau concernant le Protocole de Kyoto, a en revanche fait faire un pas de géant – sans aucune consultation des peuples – à ce qu’on appelle désormais la gouvernance mondiale. Un super-gouvernement, avec de super-ministères, élus par personne, à l’image de son super-Parlement, l’Assemblée générale des Nations Unies.

AU PRÉTEXTÉ DU RÉCHAUFFEMENT UN EMBRYON D’ADMINISTRATION MONDIALE EST EN PLACE

Ce gouvernement, explique-t-il, prend forme à l’écart des micros et caméras. À Durban il fit l’objet d’un document de 138 pages – Groupe de Travail ad hoc sur l’Action Coopérative à long terme dans le cadre de la Convention – prenant comme un fait accompli que « le changement climatique, qui est une menace irréversible pour les sociétés humaines et la planète, exige ainsi qu’il soit de façon urgente imposé par toutes les toutes les parties etc. ». Au cours des 8 prochaines années, sauf menace-t-on, à détruire la planète, les pays blancs devront réduire leurs émissions de CO₂ de 50 %. En l’absence de tout substitut – agro-carburant, hydrogène, photo-voltaïque, éolien, biogaz etc. n’étant que de piètres palliatifs -, il faut tenir cette injonction pour ce qu’elle signifie. Un effondrement économique global dont les premières victimes seront d’abord les vieux ensembles développés. Faut-il encore souligner que le projet élaboré vise à réduire de 100 % des émissions de CO₂ d’ici 2050, date à laquelle nous serons 9 milliards. Ce qui fait dure à Monckton que ce sera au prix « de l’élimination de milliards d’êtres humains, afin de les empêcher d’exhaler plus de carbone encore ».

Afin d’en finir avec le fameux effet de serre, la concentration de CO₂ sera réduite de près de la moitié. Passant de 560 ppmv à 210, si on enlève les 90 ppmv représentés par les autres GES. Or, à cette concentration, les plantes et les arbres qui ont pour vivre besoin de plus de 210 ppmv de CO₂ disparaîtraient. Comment peut-on croire que tous ces scientifiques, ces organismes, ces écolos-béton qui ont, justement, en commun leur idéologie de désintégration de la civilisation occidentale et l’éradication de la race qui l’a conçue, peuvent l’ignorer ?

Seuls les pays blancs sont appelés à payer la note : 100 milliards par an. Alors même que rien n’est demandé aux autres. Ni à la Chine, ni à l’Inde, ni au Brésil, ni à l’Afrique du Sud, ce cloaque nauséabond. Un pactole qu’une fois de plus l’ONU enfournera dans ses caisses sans du tout en justifier l’utilisation.

Pour juger les méfaits des pays occidentaux, « historiquement responsables » des excès de la nature, une Cour Climatique Internationale sera créée l’an prochain afin de s’assurer de l’exécution des programmes de réparation. Le Tiers Monde qui est la victime en sera exempté ainsi qu’il est précisé : « Le niveau de participation des pays non-inscrits à l’annexe 1 (tous les pays en développement) dans l’effort global de lutte contre le changement climatique, sera directement fonction du niveau d’aide fournie par les pays développés ».

Le projet de gouvernement mondial aux pouvoirs de « taxation et d’intervention » illimités que l’ONU tenta en vain d’imposer à Copenhague en 2009 fut heureusement évacué avec l’échec de cette Conférence. Un an plus tard à Cancun pas moins d’un millier de bureaucraties mondialistes furent imposées. Parmi lesquelles un Comité des Finances Permanent, chargé de « mobiliser les moyens financiers » prélevés sur les pays occidentaux. Poussant  ses  tentacules dans tous les recoins du monde, un véritable pouvoir politique, économique, environnemental, sous le prétexte du mythique réchauffement climatique, ne cesse de se renforcer. Il a un sigle : l’UNFCCC. Une désignation : la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique. Créée lors du Sommet de Rio ses « indispensables » fonctions, ainsi qu’il est précisé dans le rapport diffusé à Durban, s’étendent « aux principes communs, modalités et procédures et ainsi qu’aux fonctions de coordination et de contrôle ». Nulle part n’apparaît dans ce processus la moindre intervention démocratique des peuples. Tous ces gens se cooptent.  À partir de 2013/2014 les gouvernements occidentaux seront même tenus de rendre des comptes tous les deux ans à cette super-administration. Tout a été prévu à l’aune du réchauffement climatique anthropique et des mots d’ordre de l’écologie révolutionnaire : la guerre, les traités, la science, les transports maritimes et aériens, une législation mondiale sur les droits à polluer, un Fonds climatique vert, le financement de cette usine à gaz, justement la législation s’appliquant particulièrement aux financiers que sont les contribuables occidentaux, les transferts de technologie de ces pays vers ceux du Tiers-Monde etc.

Rappelons qu’il y en a pour 138 pages. Lesquelles provoquent l’ironie acerbe de Lord Monckton : « La véritable aliénation mentale (qu’est ce rapport) est publiée en tout petits caractères – du 8 ! – à peu près illisible, imprimée sur un papier grossier et recyclé. Jusqu’en son moindre détail, en somme, telle que l’ineptie gauchiste la plus poissarde est capable de le concevoir ».

Certes mais sous cette apparence sordide, c’est tout un monde de haine tyrannique qui enfle.

René BLANC. Rivarol du 6 janvier 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s