Culture victimaire et bataille mémorielle autour de Napoléon, par Philippe Conrad

Culture victimaire et bataille mémorielle autour de Napoléon, par Philippe Conrad

Déjà en 2005, la France – alors présidée par Jacques Chirac – avait brillé par son absence aux commémorations de la bataille d‘Austerlitz, l’une des plus éclatantes victoires de Napoléon. Les autorités de l’époque avaient en effet cédé aux exigences d’un « historiquement correct » qui continue, depuis, à faire les dégâts que l’on sait. Au moment où s’imposent chez les Anglo-Saxons la cancel culture et l’idéologie woke, il n’est guère surprenant de voir la perspective du bicentenaire de la mort du prisonnier de Sainte-Hélène ranimer le débat autour de sa mémoire.

Alors qu’il fut longtemps considéré comme l’un des héros de notre histoire nationale, il ne trouve plus grâce aujourd’hui auprès des « déconstructeurs » décidés à en finir avec un récit national dont il était l’une des plus brillantes figures. D’interprétations abusives en anachronismes grossiers, la relecture des deux décennies qui ont vu l’ascension fulgurante d’un jeune général victorieux – devenu empereur et fondateur à de nombreux égards de notre France contemporaine – vise à le présenter comme un conquérant criminel, esclavagiste et misogyne en laissant de côté les « masses de granit » sur lesquelles il a fondé durablement une France tout juste sortie du chaos révolutionnaire.

Une figure incontournable du « récit national »

Portée initialement par la « légende impériale » qui s’est imposée au cours du XIXe siècle, l’image du grand homme est devenue ensuite un élément à part entière de la conscience nationale. Bien au-delà des campagnes victorieuses et de la gloire qui a entouré le vainqueur de l’Europe, Napoléon a été perçu comme le bâtisseur de la France contemporaine et, pour l’essentiel, bon nombre des créations qui furent les siennes se sont avérées pérennes depuis deux siècles, du Code civil à l’administration préfectorale, d’un  système fiscal rigoureux et efficace à une organisation judiciaire renouvelée, des lycées à l’Université, d’un État fort à une armée capable de tenir tête à l’Europe d’Ancien Régime coalisée contre la France.

Certes, les libéraux, puis les républicains dénonceront le caractère autoritaire d’un régime auquel les monarchies contemporaines n’avaient cependant rien à envier en ce domaine. Au sortir d’une crise révolutionnaire qui avait profondément divisé le pays, Napoléon s’est efforcé de réconcilier les deux France qui s’étaient alors affrontées, tout en maintenant l’essentiel de l’héritage révolutionnaire et la pertinence de ses choix est confirmée par la décision de Louis XVIII d’entériner également cet héritage au moment de la Restauration.

Jusqu’à une époque relativement récente, le bilan glorieux de l’épopée napoléonienne – qui fascina autant à l’étranger qu’en France même – n’a guère été remis en cause et les festivités qui accompagnèrent en 1969 le bicentenaire de la naissance de l’empereur témoignèrent d’un très large consensus dans l’opinion, quelles que fussent les attaches partisanes d’alors. Tous les Français voyaient dans l’aventure exceptionnelle du jeune Corse porté au sommet à la faveur de la Révolution la marque de « l’énergie nationale » telle que l’avait définie Barrès à la fin du XIXe siècle à l’époque où les Français recherchaient dans cette époque glorieuse les repères et les modèles grâce auxquels ils entendaient surmonter les conséquences de la défaite de 1870.

Le tragique dans l’histoire

Le pacifisme et l’antimilitarisme du XXe siècle mirent tout d’abord en cause le chef avide de conquêtes, bien peu soucieux de la vie de ses soldats, l’artisan de guerres toujours recommencées au nom d’une vaine gloire. Ils oubliaient simplement que les guerres dites « napoléoniennes » n‘étaient que les conséquences inéluctables de l’affrontement engendré en Europe à partir de 1792 par une Révolution française bien décidée à exporter partout sa « lutte contre les tyrans » ; le résultat aussi de la volonté farouche de l’Angleterre d’empêcher par tous les moyens l’établissement de l’hégémonie française sur le continent.

Les pertes humaines qui résultèrent de ces conflits furent, certes, considérables mais les chiffres astronomiques parfois avancés ne font guère de cas de la réalité. L’aventure de Napoléon s’inscrit, en tout état de cause, dans une histoire naturellement tragique, une réalité difficile à admettre pour les tenants d’un monde rêvé qui aurait évacué de son horizon les conflits et leurs violences. Ils oublient aussi que c’est la geste napoléonienne qui a favorisé l’éveil des nationalités : celles qui, comme en Espagne, se sont formées contre une présence française perçue comme une agression ou celles qui, comme en Pologne ou en Italie, ont vu dans l’épisode napoléonien la perspective d’une émancipation à venir.

Face aux pollutions idéologiques de l’époque…

Le féminisme radicalisé d’aujourd’hui reproche également à Napoléon sa supposée misogynie, mais c’est faire peu de cas de ce que sont les mentalités et les représentations de l’époque et il convient de rappeler que les « grands ancêtres » révolutionnaires n’avaient guère été meilleurs sur ce point. Faut-il rappeler également que les Françaises devront attendre 1945 pour bénéficier du droit de vote et 1974 pour disposer d’un compte en banque indépendant de celui de leur mari…

L’antiracisme contemporain ne pouvait manquer de pointer le rétablissement de l’esclavage survenu en 1802, en oubliant toutefois l’abolition de la traite décrétée par Napoléon à son retour de l’île d’Elbe. Ce sont des raisons politiques et géopolitiques relatives aux destinées des Antilles et de l’affirmation d’une éventuelle France américaine qui expliquent le choix fait par le premier consul et celui-ci na jamais affirmé une « supériorité » biologique blanche permettant de justifier l’esclavage. Les décisions qu’il a prises alors s’expliquent par sa volonté d’en finir avec le chaos survenu aux Antilles après l’abolition de 1794 et par son souci de tenir tête à l’Anglais dans cette région du monde. Il a suffi de quelques années à un Chateaubriand – qui avait été un farouche opposant à l’Empire – pour reconnaître finalement la grandeur de Napoléon et au fil du temps, ceux qui n‘admiraient pas son régime n’en ont pas moins été séduits par cette figure exceptionnelle alliant génie militaire et vision politique.

Réarmer mentalement les nations soucieuses de leur identité

On peut donc s’interroger sur les raisons qui conduisent aux remises en cause d’aujourd’hui, à la volonté d’effacer des mémoires des générations à venir celui qui incarna, au delà de sa seule aventure personnelle, la grandeur de la France et son effort désespéré pour tenter de s’imposer à l’Europe de son temps.

La tendance en cours s’inscrit dans le vaste mouvement qui affecte aujourd’hui la plupart des pays occidentaux où les héritiers du gauchisme d’hier ont désormais pris pour cibles les diverses histoires nationales – requalifiées abusivement de « romans » – et naturellement vouées à une déconstruction nécessaire, seule en mesure de faire disparaître les situations de domination dont seraient victimes les diverses « minorités », femmes, homosexuels, communautés ethniques issues des anciens territoires colonisés.

La remise en cause de la figure de Napoléon trouve donc toute sa place dans ce vaste mouvement qui, sur fond de repentance obligatoire et de culpabilisation de toute volonté de puissance et de toute fierté nationale, vise à désarmer les nations soucieuses du maintien de leur identité. À ce titre l’histoire et, plus précisément, la mémoire d’un passé glorieux susceptible de cimenter dans les esprits et dans les cœurs une véritable communauté nationale, sont des ennemies qu’il convient de réduire au silence.

Face à la guerre idéologique qui est ainsi sournoisement mise en œuvre, il convient d’engager le combat sur ce front nouveau mais décisif car « l’avenir appartiendra à ceux qui auront la mémoire la plus longue »…

Philippe Conrad

https://institut-iliade.com/cancel-culture-napoleon/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s