L’islam, les juifs, l’égorgement et le talent arabo-musulman pour la négation du réel

Il y a toujours un déclencheur. Là, ça a été le titre d’un article publié le 15 octobre 2021 par le site oumma.com. « Oumma », cette communauté des musulmans transcendante à toute autre, y compris nationale, comme si parfaitement démontré par cette réponse d’un boucher halal à Drancy, en réponse à l’animateur de CNews M.Morandini qui récemment lui demandait si sa boucherie était une boucherie française : « musulmane » a-t-il répondu.

Le titre de l’article ? « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de shoah en terre d’islam ? »

Attirant pour goûter à l’historiographie musulmane, il est écrit par Malik Bezouh, dont des éléments biographiques indiquent que, ayant quitté les Frères musulmans fréquentés pendant un temps, il est physicien de formation, spécialiste de la question de l’islam de France, président de l’association Mémoire et Renaissance « qui travaille à une meilleure connaissance de l’histoire de France à des fins intégrationnistes ». Il a aussi publié un livre France-Islam : le choc des préjugés, pour mieux comprendre aujourd’hui en France pourquoi l’islam est à ce point un sujet passionnel et de crispation. Bref, du structuré.

Quelques recherches pour étoffer notre commentaire nous font prendre connaissance d’un autre entretien du même auteur toujours sur oumma.com : « Je vais dire à tout le monde que tu es juif », d’un entretien (« Le Juif est méprisé dans les terres arabes mais pas persécuté au nom de la race ») à RadioJ (radio communautaire juive) et également d’un article plus anciennement (2015) paru dans FigaroVox : « Pourquoi l’islam est malade. » Enfin, ces menus travaux nous ont ramenés à une citation de M.Onfray parue dans son livre « Penser l’islam » publié en 2016 (et déjà citée dans un article du Salon beige, qui fait référence à divers commandements chariatiques dont celui-ci : « Tout juif qui vous tombe sous la main, tuez-le ». Et, ceci entraînant cela, nous sommes tombés sur deux autres sites ayant publié des réfutations sévères de M.Onfray, Islamologues de France et Islam et Culture.

C’est à la suite de ces lectures que se cristallise en quelque sorte une évidence : le talent de ces différents auteurs, que nous pensons tous de culture arabo-musulmane, pour nier le réel ; des affirmations grossièrement contraires soit aux textes écrits (et on sait que, gros avantage, le Coran est considéré comme immuable), soit à la réalité des choses.

Mais revenons d’abord à l’historiographie musulmane appliquée aux juifs. Pourquoi n’y a-t-il pas eu de shoah en terre d’islam ? Nonobstant le tragique du sujet, nous serions un brin farceur, nous répondrions du tac au tac que c’est parce qu’il y avait longtemps qu’il n’y avait plus de juifs en terre d’islam. Ce qui est assurément approximatif, quoique cohérent avec le récit de l’installation de Mahomet à Médine en 622 et la disparition concomitante et rapide (exil ou exécution, spoliation des biens) des trois tribus juives qui y étaient installées.

D’ailleurs, il est aussi raconté que le premier qui aurait lancé le cri Allah Akbar (cet hymne à la paix comme chacun sait, bien popularisé maintenant en France grâce à l’usage tantôt du couteau comme pour le Père Hamel, tantôt de la kalachnikov comme au Bataclan) a été Mahomet, lors de son attaque contre une tribu juive appelée Khaibar :

« Un hadith rapporté par Anas dit : « Le prophète récita la prière du Fajr aux environs de Khaibar, quand la nuit fût tombée. Il leur dit : « Allah Akbar ! Khaibar est détruite. A chaque fois que nous approcherons d’une natio –ennemi à combattre, alors malheur à ceux qui le matin ont été avertis. ». Puis les habitants de Khaibar s’enfuirent sur les routes en courant. Le prophète tua leurs guerriers, leurs progénitures et fit captives leurs femmes. Depuis ce jour, Mahomet cria Allah Akbar en attaquant tous ceux qu’il considéraient comme infidèles. Allah Akbar en décapitant, Allah Akbar en se faisant exploser, Allah Akbar au cours des raids. Allah Akbar devint la marque du terrorisme. »

Mais nous ne sommes pas que farceurs. Les principales idées de M.Bezouh sont les suivantes :

  • Les chrétiens ont longtemps considéré que le peuple juif avait tué le Christ, ce dernier n’étant pour les musulmans qu’un prophète. Les musulmans ne considèrent donc les Juifs au pire que comme des « prophéticides » [sic].
  • D’où cette différence substantielle à l’égard du peuple juif :

« la religion musulmane, contrairement au christianisme, n’a pas, dans son essence primordiale, vis-à-vis de la judaïté, ce rapport dramatiquement conflictuel porteur des germes d’une hostilité irréductible envers les juifs non considérés comme un « peuple déicide » ».

  • Le monde chrétien, lui, est selon l’auteur par essence et continuellement antisémite, pour la raison vue plus haut. L’auteur ne lésine pas sur une

« impressionnante massification du sentiment anti-juif en Occident qui s’est diffusé dans toutes les strates de la société chrétienne. Tous les canaux de propagation furent sollicités. Au premier rang desquels les caricatures, diatribes, et autres libelles populaires qui se répandirent à la faveur de l’imprimerie naissante à la Renaissance, tout comme les écrits talmudophobes, abondants du reste. Sans parler des prêches enflammés, de la prédication quotidienne dans les campagnes et des théâtres religieux qui, au 14ème  siècle, commencèrent à distiller une catéchèse typiquement anti-judaïque. À quoi, il convient d’ajouter l’iconographie médiévale qui, à la lisière du 13ème siècle, fit de l’affrontement entre les juifs et l’Eglise le combat décisif, ultime. En somme, ce fut toute une culture tant populaire qu’élitiste qui, des siècles durant, allait imbiber les esprits chrétiens de sentiments anti-juifs ».

Voilà l’Occident chrétien rhabillé pour l’hiver. A se demander comment il restait effectivement des juifs en Europe au sortir du Moyen-Âge. Mais notre sujet n’est pas d’argumenter à rebours, mais plutôt d’avoir en tête les schémas historiques qui existent chez un auteur musulman qui réfléchit et qui, au gré de l’un de ses entretiens, plaide pour un islam soufi (« Car oui, l’islam, déployé dans sa dimension spirituelle ou soufie, est, sans conteste, une religion de paix »), ce mysticisme qui paraît aimanter tant d’intellectuels mais qui rassemble dans le monde musulman un pourcentage de croyants sans doute inférieur même au pourcentage d’intentions de votes pour Mme Hidalgo à la prochaine présidentielle ; c’est vous dire à la fois la bonne volonté de l’auteur et le caractère utopique de la chose.

  • L’auteur reconnaît néanmoins un antijudaïsme musulman, soigneusement circonscrit soit à des écrits du 11ème siècle soit à un égyptien du 20ème siècle, Sayyid Qutb. Avec aussi une sorte de propagation contemporaine à travers ce que l’auteur appelle l’islamisme, le néo-wahhâbisme et le jihadisme et donc « une judènodiumie [néologisme de l’auteur dont nous ne comprenons pas la différence substantielle avec le mot antisémitisme, sauf à permettre de circonscrire l’antisémitisme à l’Occident] qui fut des plus virulente, voire hystérique, dans le seconde moitié du 20ème siècle». Mais, d’après l’auteur, le responsable de cet antisémitisme musulman, ce sont les Occidentaux eux-mêmes : à part « l’antijudaïsme islamique traditionnel, d’essence religieuse et porté par la frange dévote du monde arabo-musulman », les deux autres facettes de l’antisémitisme musulman sont dues d’une part à la « reprise des thèses antisémites virulentes, qui firent souche dans l’Europe du 19ème siècle, assaisonnées, à des fins de justifications, d’un soupçon d’antijudaïsme religieux ; d’autre part à la création de l’Etat d’Israël, cause profonde de cette judènodiumie qui se déchaîne dans l’Orient arabe, également « marqué par une profonde crise de conscience du monde arabo-musulman ». Et il en va de même pour l’antijudaïsme violent de l’Arabie saoudite : « cela est évident, ce radicalisme religieux, irrigué par le wahhâbisme, se conjugue inéluctablement avec l’antijudaïsme dans ce qu’il a de plus véhément. Il est important donc de rappeler que le terrorisme et sa violence aveugle sont une conséquence de ce soutien inconditionnel de l’Occident à l’Arabie saoudite », l’auteur y voyant comme preuve que « près de 90% des personnes tuées par ces hordes jihadistes, à l’échelle mondiale, sont de confession islamique. Les populations civiles, musulmanes ou pas, paient donc un lourd tribut à ces politiques occidentales marquées au coin du cynisme ».
  • Autre point majeur de la réflexion de M.Bezouh : si la situation des juifs en terre musulmane a été si bien protégée, c’est parce que les juifs avaient tout simplement accepté le statut de dhimmis :

« La deuxième raison [la première étant donc ce caractère uniquement prophéticide des juifs] réside dans la gestion des minorités religieuses, nombreuses et variées, au sein de l’immense Califat musulman d’antan. Soumis aux rigueurs de la dhimma, discriminante mais garante de droits intangibles car prescrits par la loi islamique, les juifs ne furent pas traités différemment des chrétiens, des zoroastriens et autres sabéens. Ce facteur « diversitaire » protégea, de fait, les communautés juives perçues par les musulmans comme une minorité parmi tant d’autres ». Et de continuer : « perçu comme un vulgaire [sic] dhimmi à l’instar du chrétien, le Juif, dont on ne souciait guère, ne pouvait susciter de passion théologique haineuse s’auto-entretenant, tout en se renouvelant, comme ce fut le cas dans la Chrétienté médiévale puis dans l’Europe de la Renaissance ».

  • En guise de conclusion pas totalement inintéressante, issue de sa tribune de 2015 :

« C’est un fait. L’islam, déchiré entre une lecture réformiste et une lecture littéraliste, ne va pas bien et tente, cahin-caha, de frayer un chemin dans une modernité occidentale qu’il subit de plein fouet et qui l’effraie au plus haut point… Il nous appartient donc, citoyens musulmans de France, d’expliquer que l’islam, convalescent depuis le XIIIe siècle, est en train de basculer, malgré lui, dans une nouvelle ère, tout comme l’Ancien Régime de Bossuet jadis, celle d’une modernité exogène qu’il n’a pas créée mais qui lui est imposée de l’extérieur: l’Occident. Cela lui est d’autant plus pénible. D’où ces résistances spectaculaires. L’une d’elles, la pire, s’appelle le djihadisme…».

  • Et pour revenir au judaïsme, M.Bezouh terminait ainsi un entretien accordée à RadioJ« Les Musulmans et les Juifs ont tout pour s’aimer, mais aujourd’hui ce n’est pas le cas, ce qui me désole. ».

M.Bezouh est sans doute de bonne volonté, mais peut-être mal informé. On rappellera seulement, pour donner une autre perspective à ce paysage quasi idyllique, le procès intenté à Georges Bensoussan pour avoir dit, en citant un auteur arabe :

« C’est une honte de maintenir ce tabou à savoir que dans les familles arabes en France, l’antisémitisme on le tète avec le lait de la mère ».

Bref, au niveau historiographique et réconciliation des mémoires, comme dirait le faussaire national qui nous sert de Président, il y a encore du boulot. On pourrait peut-être faire appel à M.Benjamin Stora …

Quant aux références aux textes sacrés, notre deuxième partie, c’est presque encore plus étonnant.

Reconnaissons néanmoins tout d’abord que la réduction en dhimmitude des minorités est parfaitement conforme à beaucoup de versets du Coran, par exemple :

« Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés » (9-29).

Le Juif (ou toute autre minorité) n’est effectivement a priori pas en danger en terre d’islam à condition d’accepter un statut inférieur et de payer l’impôt qui va avec.

Est-ce que cela empêche les pogroms ou même les actes d’extermination ? Pas forcément mais on a l’impression qu’en général, ils ont concerné plutôt les chrétiens (ces « associateurs ») comme en témoignent tant le génocide arménien que le sort des Chrétiens d’Orient. Nous reviendrions au côté taquin, nous dirions qu’il n’y a pas eu de shoah en terre d’islam parce que les musulmans avaient les chrétiens à disposition, mais ça frôle le mauvais goût.

Pour le reste, M.Bezouh affirme donc « une vérité qui atteste au grand jour que la religion musulmane, dans son essence, n’est pas hostile aux juifs » et aussi que « l’islam n’a pas de lien organique avec l’antisémitisme ». Et à l’appui de sa thèse, il cite le Coran et c’est, si nous osons dire, pain béni. Parce que, comme il faut le faire à chaque fois qu’on vous extrait une citation du Coran, c’est l’occasion d’aller lire autour du texte, et vous serez très souvent (toujours ?) ébahis par les distorsions. Voilà ce qu’écrit M.Bezouh :

« Chacun, en islam, devra rendre des comptes à Dieu, le Jour du Jugement Dernier. Il est donc totalement infondé de considérer les juifs coupables à vie. Nous devons nous défaire de ces interprétations religieuses vitrifiées et anti-judaïques, s’écartant sensiblement de l’esprit fondamental du Coran. Rappelons, d’ailleurs, ce verset 62 de la Sourate 2 du Coran : « Certes, ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Nazaréens et les sabéens, quiconque d’entre eux a cru en Dieu au Jour dernier et accompli de bonnes œuvres, sera récompensé par son Seigneur ; il n’éprouvera aucune crainte et il ne sera jamais affligé ». »

Or que dit le Coran ? Ci-dessous, ce verset 62 de ladite sourate :

Où l’on découvre que le verset parle du judaïsé mais qui, au Jour dernier, a cru en Allah, c’est-à-dire qu’il était devenu musulman…Celui-là n’éprouvera aucune crainte et ne sera jamais affligé ; c’est bien le moins, il n’est plus juif !

Mais continuons de nous intéresser à cette sourate 2 et aux versets qui suivent. Au verset 96, les judaïsés, sont considérés comme « pires que les Associateurs » (encore une fois, tant qu’ils  ne se sont pas soumis). Or, les associateurs, les chrétiens, c’est le pire pour les musulmans (à part sans doute les apostats ; l’islam, à certains égards, c’est un peu comme une gradation des pires…) :

Voilà ce qui, dans cette même sourate, verset 191, est promis aux associateurs :

Au final, nous affirmerons que l’islam n’est pas plus hostile aux juifs qu’aux autres mécréants. Et qu’il admet très volontiers les juifs soumis.

Passons aux islamologues de France (leur compte Twitter, peu suivi -3000 abonnés-, les présente comme « Observatoire des islamologues de France.Articles islamologie, histoire coloniale, actu et islamophobie ») et à leur commentaire de l’affirmation de M.Onfray..

«  Michel Onfray aurait décelé « une sourate qui vous explique qu’il faut égorger des juifs. »… Or, cette thèse « séduisante » impliquerait que le Prophète lui-même ne respectait pas les commandements du Coran. En effet, les Hadiths mentionnent clairement que le Messager rendait visite aux juifs, qu’il allait manger chez eux et qu’il commerçait avec eux. Dans le recueil d’al-Bukhari, par exemple, on lit que le Prophète rendait visite à un garçon juif qui fut malade. Aurait-il oublié de l’égorger en sortant ? ».

Suit une étude sur les occurrences des mots égorger et égorgement dans le Coran dont il ressort que « le verbe « égorger » (dhabaha) et le terme « égorgement » (dhabh) apparaissent précisément sept fois dans le Coran…. Voici tous les versets coraniques qui mentionnent l’égorgement. Il n’y a pas de commandement divin qui ordonne d’égorger des juifs. Il s’agit tout simplement d’une prescription coranique qui impose d’immoler des bêtes.

Tout ceci est certainement intéressant, mais M.Onfray n’a pas cité le Coran spécifiquement comme source de sa citation mais des écrits chariatiques (il y a le Coran et tous les commentaires qui ont suivi plus les récits de la vie de Mahomet). D’autre part, et soyons taquin jusqu’au bout, on rappellera que c’est le CFCM (Conseil français du culte musulman) lui-même qui a cité un hadith (« Celui qui fait du mal injustement à un juif ou à un chrétien me trouvera en adversaire le jour du jugement dernier ») opportunément inventé pour démontrer sa sollicitude au moment de l’égorgement du Père Hamel).

La conclusion d’Islamologues de France ne laisse pas d’être légèrement étonnante :

« L’égorgement d’hommes ou de femmes, de juifs ou de goys, ne peut donc être considéré comme une pratique islamique ».

Nous parlons d’étonnement parce que à force d’entendre les histoires de musulmans armés de couteaux et attaquant aux cris de Allah Akhbar, figurez-vous qu’on avait bêtement fini par y croire : on a déjà rappelé l’égorgement du Père Hamel ; on pourrait rappeler aussi les trois égorgements dans la cathédrale de Nice,  celui de la policière égorgée à son domicile à Magnanville, l’égorgement d’une policière à Rambouillet, ceux pratiqués par M.Harpon à la préfecture de police de Paris ou même la décapitation de M.Paty…. On peut même rappeler cette citation extraite du rapport de novembre 2000 [il y a déjà 21 ans !] du Haut conseil à l’intégration :

« dans le collège Edgar Quinet, dans le centre-ville de Marseille, les élèves qui sont tous musulmans, suivent dans leur quasi-totalité le ramadan et si un enfant mange dans un coin, le principal adjoint rapporte qu’il se trouve toujours un camarade pour lui faire le signe de l’égorgement ».

Le site Islam et Culture s’est aussi intéressé à l’affirmation de Michel Onfray et ses commentaires sont un peu différents. En effet, il ne conclut pas que M.Onfray aurait inventé la citation parce Islam et Culture envisage le fait que la citation soit exacte et provienne de la Sira (la vie de Mahomet telle que relatée par ses compagnons) :

« Michel Onfray cite la Sîra mais occulte de quel livre il s’agit, ce qui n’aidera pas le lecteur. Des livres de Sîra, il y en a beaucoup et des plus fidèles aux plus faibles… …. La Sîra est une Source, mais elle est composée de milliers de textes qui ne sont pas tous authentiques, et tous ont été vérifiés par les savants Musulmans spécialistes des chaînes de transmission. Nous avons donc des mentions qui accompagnent ces textes comme bon, faux, authentique, inventer, à délaisser, etc ».

Et l’auteur de la réfutation de continuer :

« Je précise que, même si ce récit « Tout juif qui vous tombe sous la main, tuez-le » était authentique, ce qui est possible, qu’il n’a rien de choquant car le Prophète l’a obligatoirement dit dans un contexte d’affrontement brutal et frontal à l’épée… Rien dans le Coran ou dans la Tradition Prophétique n’invite à tuer les juifs ou les chrétiens, tout ceci n’est que pur mensonge, n’en déplaise aux islamophobes…. Le Prophète rendait visite aux juifs et commerçait avec eux… Le récit abordé par Michel Onfray évoque forcément un contexte d’affrontement brutal avec des juifs belliqueux ce qui n’est nullement inconnu de qui étudie la Sîra, c’est-à-dire la vie du Prophète car oui en effet des juifs à l’époque du Messager d’Allah Mohammed tentèrent de le tuer et à plusieurs reprises ».

On aura donc compris : dans l’éventuelle confrontation entre musulmans et juifs, ce sont les juifs qui sont belliqueux. On comprend mieux pourquoi les musulmans ont tous quitté les banlieues de la Seine-Saint-Denis…

Le temps d’écrire cet article, nous apprenions que, le 1er novembre, des agents de sécurité de la Gare Saint Lazare à Paris avaient ouvert le feu sur un homme qui brandissait un couteau aux cris de « Allahu Akbar » et qu’à Plaisance, en Italie, un migrant avait poignardé un policier et un éboueur au cri de « Allah Akbar ». Les écrits sont têtus, les faits aussi.

Nous ne nous complaisons pas dans le sordide ni dans l’aigreur. Nous attendons simplement plus de clairvoyance et plus d’honnêteté de la part des institutions musulmanes et de leurs représentants.

Au fait, nous parlions de négation du réel ? Il y a des complices dans l’aveuglement :

https://www.lesalonbeige.fr/lislam-les-juifs-legorgement-et-le-talent-arabo-musulman-pour-la-negation-du-reel/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s