Comment l’Europe s’est soumise aux exigences musulmanes

Les faux-culs feignent de s’étonner. La promotion du voile islamique, objet d’une propagande du Conseil de l’Europe cofinancée par l’Union européenne, est pourtant l’aboutissement prévisible du modèle multiculturel. Il a été soutenu par les adeptes de l’Europe ouverte et « antiraciste ». Les « progressistes » qui, comme Caroline Fourest hier sur LCI, se contentent de mettre en cause un « lobby » islamiste qui serait téléguidé par les Frères musulmans, ne disent pas la vérité des faits.

En réalité, ces prétendus indignés (qui hurleraient avec raison d’entendre parler d’un « lobby » juif) ont souvent avalisé, eux-mêmes, les concessions unilatérales faites par l’Europe au monde musulman, au nom d’un irénique « dialogue euro-arabe ». Le Grand remplacement, farouchement nié par ceux qui voient derrière ce concept un complot de l’extrême droite, peut se lire comme un livre d’images dans cette campagne. Au prétexte de « lutter contre les discours de haine antimusulmans », les visuels mettent en scène des européennes de différentes origines ethniques qui se montrent indifféremment en cheveux ou voilées, dans une banalisation du voile. « La beauté est dans la diversité, comme la liberté est dans le hijab », souligne le message. Face aux indignations suscitées par cet éloge d’un signe d’asservissement pour de nombreuses femmes vivant sous l’emprise de la charia, le Conseil a suspendu mardi son initiative. Pour ceux qui en doutaient : l’Europe s’est bel et bien soumise à des exigences islamiques.

Le déni des évidences,  spécialité des « antiracistes », produit de telles sidérations. Pourtant, nombreux sont les auteurs qui ont déjà alerté, documents à l’appui, sur les graves renoncements de l’Union européenne à défendre sa civilisation et ses racines. Bat Ye’or (que je recevrai dimanche dans mon émission Les points sur les i, sur CNews (19h-20h)) et Malika Sorel font partie de ces lanceurs d’alerte qui hurlent dans le désert depuis des décennies. Plutôt que d’écouter ce que disent ces femmes, ou d’autres, les dénégationnistes préfèrent y voir, comme toujours, des « complotistes ». Cet argument est d’autant plus imbécile que le monde islamique, représenté par l’Organisation de la conférence islamique (OCI), a pour habitude d’écrire ses stratégies de conquête de l’Europe. La « Stratégie de l’action islamique culturelle à l’extérieur du monde islamique », adoptée par la Conférence islamique de Doha de 2000, explique ainsi comment islamiser les musulmans installés en Europe. Son but est de « protéger contre la dilution culturelle et la perte de l’identité islamique » les jeunes musulmans (j’en parle dans Les Traîtres, page 87 et suivantes). Le « Rapport final relatif au projet sur les relations intercommunautaires », publié en 1987 par le Conseil de l’Europe, appuie des demandes islamiques visant à « donner le sens de la relativité à toutes les cultures ». Le pacte de Marrakech sur les « migrations sûres, ordonnées et régulières, signé par Emmanuel Macron en 2018, s’inscrit dans ce processus de soumission de l’Europe à l’islam. La promotion du voile est, de ce point de vue, logique. Hélas.

https://blogrioufol.com/comment-leurope-sest-soumise-aux-exigences-musulmanes/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s