Ce n’est pas le nucléaire qui menace l’humanité d’anéantissement 

À côté des forces de gravitation, le nucléaire – c’est-à-dire l’énergie issue de la fission de noyaux atomiques – règne en maître sur notre Univers. C’est l’énergie nucléaire – par la fission de l’hydrogène en hélium – qui embrase le soleil, fait de notre planète une réalité plus aimable qu’un roc glacé qu’elle serait sans cela. Ce rayonnement solaire, grâce au miracle de la photosynthèse, se trouve être la source de la vie, de la plus modeste cyanobactérie à la créature humaine. C’est encore l’énergie nucléaire qui, dans les entrailles de la Terre, met en action les mouvements qui modifient sa surface, y érige des montagnes, approfondit des océans, fait vomir des laves et jaillir des volcans… et provoque des séismes. L’énergie nucléaire est partout jusque – à la plus petite échelle – dans de nombreuses techniques de diagnostic ou de thérapeutique médicale. Ainsi une hyper-activité de la thyroïde est assagie par l’ingestion d’une gélule radioactive. Condamner, ou a fortiori diaboliser ce type d’énergie sous le prétexte d’utilisation humaine parfois contes-table, voire détestable, est d’une grande naïveté.

Avec la Seconde Guerre mondiale, avec les deux premières « bombes atomiques » d’Hiroshima et de Nagasaki, l’utilisation pratique de cette énergie par l’homme faisait une entrée fracassante, tout auréolée d’horreur et de terreur. L’énergie nucléaire, c’était la démesure de l’homme jusque dans le mal métaphysique. C’est l’image qu’en ont conservée et que propagent activement, plus de soixante ans après, les écologistes de service moitié jobards moitié pervers. Savants et techniciens ont pressenti les potentialités formidables de cette nouvelle source d’énergie dans un monde d’une voracité insatiable. Les politiciens leur ont emboîté le pas : dès 1950, le président Eisenhower lançait le programme Atom for Peace. Pour illustrer cette voracité, la consommation annuelle d’hydrocarbures était de 300 millions de tonnes en 1945; elle était de 3 milliards de tonnes en 1973 ! Des études patientes et rigoureuses ont été alors menées dans de nombreux pays – 32, dont la France -, pour mettre au point des réacteurs grâce auxquels cette formidable énergie de fission serait domptée, canalisée et deviendrait source d’électricité. Tous les hommes de bonne foi s’y sont accoutumés. Actuellement 58 centrales nucléaires couvrent le territoire français et assurent près de 80 % de nos besoins en électricité, tout en nous permettant même une certaine exportation à l’étranger. Ce nucléaire assure à 50 % l’indépendance énergétique de la France.

Mais au-delà de la France, prenons conscience de l’aspect géopolitique. Si la généralisation des centrales nucléaires dans le monde n’existait pas – ou ne devait plus exister -, la dépendance de l’humanité à l’égard des hydrocarbures deviendrait totale. L’or noir serait réellement le sang de l’Humanité. Dans ces conditions, non seulement la disponibilité assurée de ce pétrole et de ce gaz serait encore moins longue qu’elle ne l’est avec les consommations actuelles mais, en outre, on imagine facilement les extravagantes augmentations du prix du baril que les monarchies – comme on dit – musulmanes feraient peser sur la vente de ces richesses dont Allah leur a fait cadeau. Si bien des peuples ont éprouvé de la commisération pour le malheur frappant les Japonais, à coup sûr ce ne fut pas le cas des monarchies pétrolières arabes ou iraniennes qui ont perçu immédiatement la sur valeur qu’allaient prendre leurs réserves fabuleuses en hydrocarbures. Bref, depuis longtemps, le nucléaire ce n’était plus Hiroshima et Nagasaki. Malgré quelques aboiements au sujet des sempiternels déchets radioactifs, plus personne n’en discutait les avantages vitaux, essentiels non point seulement pour notre économie – comme on dit perfidement – mais pour notre simple vie de tous les jours.

Or, voilà qu’en cet hiver 2011, dans le Nord-Est du Japon, s’est produite une conjonction emboîtée et désastreuse : un séisme et son raz de marée, les ravages produits sur une importante centrale nucléaire affolée, 28 000 morts ou disparus, une contamination du milieu parfois persistante. On comprend que le débat se soit trouvé subitement relancé… et avec quelle vigueur ; même si en fait la grande majorité de ces victimes était imputable au séisme et à son raz de marée et non point à l’embrasement nucléaire.

Une émission-radio symptomatique

Le 27 mars 2011, en milieu de journée, je suis « tombé » sur une émission diffusée par une radio de bon aloi. Le sujet portait sur le nucléaire. Cette émission m’a surpris. Je dois dire qu’elle m’a même surpris désagréablement. Certes, on ne demande pas aux journalistes d’être spécialistes de la radio-activité dans tous ses états, ses racines, ses applications. Mais tout de même !

Il y a eu d’abord des affirmations d’une taille parfois consternante. Passons sur le fait que les participants à l’émission ignorent qu’il y ait même une différence de sens entre les deux adjectifs : atomique et nucléaire. Il est plus fâcheux d’entendre parler de plusieurs millions de morts à Hiroshima comme si les 70 000 morts recensés ne suffisaient pas. L’un des participants s’est plaint à plusieurs reprises que, chaque matin, son rasoir fût alimenté par une centrale nucléaire. Si ce n’est que cela ! Il doit encore exister au marché aux puces des rasoirs à main. Et puis, il est difficile à EDF d’organiser un réseau parallèle à destination des rasoirs électriques où le précieux flux énergétique proviendrait d’un moulin à eau installé dans un site bucolique et écologique. Passons. Il y a plus grave.

Parmi les intervenants, il y avait un philosophe. Nous n’avons donc pas coupé à une critique de fond du principe même d’utiliser l’énergie de fission nucléaire. Tenez-vous bien. L’électronucléaire, nous a-t-on expliqué, n’a en tête (sic) que l’efficacité économique. Or, il existe un débat philosophique sur la manipulation de l’atome. A-t-on le droit philosophiquement – « j’ai envie de dire ontologiquement », précise le philosophe – de détruire un être quel qu’il soit et… de manipuler la structure de l’être ? A-t-on le droit de manipuler la matière ? Cela raisonne creux et ronflant.

Comme je l’ai dit en préambule, tout l’Univers est animé par l’énergie nucléaire qui automatiquement « manipule la structure des êtres ». Ne vaudrait-il pas mieux réserver la défense de la structure de l’être à des manipulations telles que le clonage ou d’autres thèmes dénoncés dans la bioéthique ? « Manipuler la matière » ? Alors l’homme préhistorique avait-il le droit de brûler du bois et du charbon et avons-nous, quant à nous, le droit de détruire ces molécules complexes qui constituent le pétrole, de brûler tous les ans des milliards de mètres cubes de méthane dans lequel carbone et hydrogène s’étaient associés miraculeusement ?

Toujours au sujet de l’utilisation et de l’exploitation pacifique de l’énergie nucléaire, il devient question dans l’émission de « remettre en cause la consommation d’énergie ». Devant cette question enfin importante, l’intérêt de l’auditeur augmente. Va-ton enfin parler de cette débauche de consumérisme qui enflamme le monde après avoir affecté l’Occident et qui met si gravement à mal le futur de l’Humanité ? Va-t-on parler d’une nécessaire frugalité ou au moins d’une souhaitable frugalité qui permettrait – faute d’atteindre un utopique développement durable – la préservation de quelques réserves pour nos descendants ? Rien de tout cela, hélas ! au contraire, nés rapidement, on a pu entendre : « mais tout cela est utopique et on ne va pas s’y attarder » ! Toutefois, on a eu la surprise d’entendre que « l’homme moderne a un besoin d’énergie dont il pourrait se passer comme le Bédouin dans le désert ». Aucun des intervenants, semble-t-il, n’a jamais approché la vie bédouine. Son errance, misérable, ses parasites et ses maladies, sa propension inévitable à aller piller le sédentaire voisin cul-terreux méprisable dont on brûle la maison ou le gourbi au passage après lui avoir volé les produits de sa terre. Quelle perspective enviable pour éviter de recourir à l’énergie nucléaire !…

L’énergie nucléaire comme instrument de guerre

Depuis que les deux Grands de l’Après-Guerre – États-Unis et Union Soviétique – ont disposé tous deux de l’arme nucléaire – a fortiori depuis que celle-ci est devenue quasiment banale dans le monde entier -, nous vivons l’ère de la dissuasion nucléaire. En 1960, le Traité de non-prolifération nucléaire a été accepté, théoriquement au moins, par la plupart des puissances internationales. Un intervenant de l’émission rappelle justement que, grâce à cette menace réciproque et constante, le monde n’a plus connu ces conflits universels tels que ceux qui ont ensanglanté le XXe siècle. Il serait juste d’ajouter qu’en revanche des guerres plus locales sont quasiment permanentes sur un ou parfois plusieurs continents simultanément…

L’anéantissement

Mais voilà que, quelque peu contradictoirement avec cette attitude compréhensive à l’égard de la dissuasion nucléaire, l’émission s’oriente vers des risques d’anéantissement de l’Humanité qui seraient inhérents à cette arme du diable. Nous voilà revenus à un discours de style écologique. On nous ressort la présence de plus de 3 000 engins nucléaires existant sur la Terre. On évalue les dégâts incommensurables que produirait, sur notre planète, l’explosion simultanée de cet arsenal. Bref, on fait dans l’horreur.

Cela fait des décennies qu’ont été publiées de telles évaluations sur l’effet que produirait la mise à feu simultanée de tous ces engins disponibles dans le cas d’une guerre mondiale nucléaire. On a ainsi prétendu qu’il y aurait assez de puissance pour faire sauter quatre-vingts fois la Terre (!).

N’est-il pas cependant évident que l’intérêt de telles évaluations, si elles ont un intérêt, ne peut être qu’académique. Car à supposer qu’une puissance étatique devenue folle lance un missile nucléaire sur un voisin mal-aimé, à supposer que celui-ci retourne la politesse, l’horreur que déchaînera cette double catastrophe dans toute la population mondiale rend proprement inimaginable que chacun, et partout dans le monde, se mette à lancer tout le stock de bombes et d’engins dont il dispose. Il est confondant de constater à quel point ce genre de fantasmes a la vie dure.

Imputer les risques d’anéantissement au nucléaire me paraît gravement erroné. Erroné parce qu’il y a d’autres mécanismes plus probables dont je vais dire un mot. Gravement, parce que parler ainsi du nucléaire, c’est s’associer à la campagne qui sous-estime ou occulte les risques bien réels d’anéantissement qui sont d’une tout autre nature. Remarquons d’abord que le nombre de morts à Hiroshima (de l’ordre de 70 000) n’est pas supérieur à celui (de l’ordre de 135 000 morts) qu’ont fait en deux nuits consécutives les bombes anglo-américaines, explosives et au phosphore, sur la ville de Dresde, durant la Seconde Guerre mondiale.

Mais venons-en au fond du problème. Le désastre de la centrale nucléaire de Fukushima est coupable d’une certaine partie des 28 000 morts en un bref laps de temps. C’est effrayant. Toutefois si on veut bien me suivre dans un petit dénombrement macabre, on compte par mois, pour le seul peuple de France, quelque 20 000 enfants à naître tués dans le sein de leur mère. Fukushima, c’est moins de six semaines du train-train habituel et « normal » des enfants à naître tués en France. Mais la différence devient littéralement monstrueuse, si l’on songe que des Fukushima, après Tchernobyl, il y en a eu un seul en un quart de siècle. Au contraire, nos 20 000 enfants à naître, assassinés, c’est un phénomène qui se reproduit chaque mois et depuis des décennies et qui ne tend pas à diminuer, loin de là.

Si l’on reparlait un peu du Japon en dehors du domaine du nucléaire. Je crois avoir lu que le Japon était le pays qui se caractérisait par le taux de fécondité le plus bas du monde. Depuis des décennies, les Japonais se marient de moins en moins. Ils élèvent de moins en moins d’enfants. Ils procréent de moins en moins, comme s’ils avaient perdu collectivement le goût de la vie. L’élan vital qui caractérise toute la Création y semble en voie d’extinction. Cela c’est la mort programmée, non pas seulement d’une civilisation mais d’un peuple, d’une race. Fukushima, certes, n’en a pas moins été abominable. Mais par rapport à cette extinction naturelle, inéluctable, ce fut un détail.

Georges Dillinger Présent du 4 juin 2011

Georges Dillinger est l’auteur de Menace sur la Terre (Atelier Fol’Fer.P 20047, 28260 Anet. Tel.: 06 74 68 24 40).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s