L’esprit national

Voici la question à laquelle il est tout à la fois facile et difficile de répondre tant chacun a sa propre définition – ou presque – : de quoi l’esprit national est-il fait ? Ou dans sa version intello : quel est le fondement ontologique du Français ? Chaque époque en a donné sa définition. Hier encore, quand les Français partageaient la même communauté de destin, on en donnait une définition barrésienne : la boufe, la terre et le sang.  Aujourd’hui, avec le poids de l’immigration, les Français se sentent assiégés, marginalisés, ignorés par un pouvoir et une classe politique vérolés par l’idéologie des droits de l’homme, du politiquement correct et désormais par une « cancel culture » qui détruit tous les fondements de notre culture et de notre civilisation. Au point que nous en sommes arrivés qu’entre les gouvernants, les pseudo intellos – de gauche évidemment – et le peuple, le fossé ne cesse de s’agrandir. Deux mondes qui s’ignorent au point que l’on se pose la question de savoir ce que signifie le soi-disant régime démocratique qui serait le nôtre.

A l’occasion de la sortie d’un livre consacré à la mémoire de Christian Millau*, le journaliste et écrivain Thomas Morales nous donne sa version de ce qu’il entend par « esprit national » et l’on souscrit volontiers à cette approche qui fleure bon le coq au vin, la brandade de morue ou le cassoulet. Mais est-elle le reflet de la réalité. Elle l’est pour tous ceux qui entendent maintenir envers et contre tout l’esprit gaulois.

Petit rappel sur l’écrivain gastronome Christian Millau (1928-2017). Il commence sa carrière comme journaliste et fréquente la bande des Hussards (Blondin, Nimier, Jacques Laurent, Kléber Haedens, etc) et se révèle un chroniqueur talentueux là où cette droite littéraire sévit : La ParisienneOpéra et collabore également au Monde (celui de Beuve-Méry) à l’Express (celui de Servan-Schreiber) et au Point. C’est alors qu’en 1969 avec son ami Henri Gault, ils vont révolutionner la presse gastronomique en créant le fameux Guide Gault et Millau. L’hebdomadaire va donner la parole aux jeunes chefs (Bocuse, Loiseau, Savoy, Guérard, Chapel, Sanderens) d’où naitra ce qu’on va appeler la nouvelle cuisine. Et qui repose essentiellement dans l’allègement d’une cuisine traditionnelle trop riche héritière d’Escoffier. Christian Millau n’oublie cependant pas qu’il est aussi un bon écrivain à qui l’on doit Au galop des hussardsAu fil des années 50, fin d’une époqueParis m’a dit (tous parus chez Fallois) pour ne citer qu’eux.

(*) Christian Millau, une vie au galop. Portraits croisés, sous la direction de François Jonquères, préfacé par Frédéric Vitoux, de l’Académie française, Le Rocher ed.

Pour lire la chronique de Thomas Morales, cliquez ICI

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s