Ubu à la station-service

Gaëtan de Capèle

C’est l’invité surprise de la campagne. La flambée subite des prix de l’énergie, que personne n’avait vue venir, occupe désormais tout l’espace politique. Elle obnubile le gouvernement, qui a déjà payé pour savoir ce que coûte la révolte des Français lorsque le plein d’essence devient prohibitif. S’y ajoute aujourd’hui une envolée des factures d’électricité et de gaz. Tout plutôt que le retour des « gilets jaunes » ! Elle galvanise aussi les candidats à la présidentielle. Tous ont beau jeu de proposer mille mesures qu’ils n’auront pas à mettre en œuvre.

Inutile de se raconter des histoires : par quelque bout qu’on le prenne, le problème est insoluble. Réduire les taxes qui représentent les trois quarts du litre d’essence ? Cela coûterait des milliards d’euros pour quelques centimes de baisse, qui laisseraient les automobilistes de marbre. Distribuer des chèques carburant aux plus modestes ? Cela suppose de créer une usine à gaz pour trier entre ceux qui possèdent une voiture et ceux qui n’en ont pas, ceux qui l’utilisent et ceux qui s’en servent moins, ceux qui méritent une aide et ceux qui, loin de rouler sur l’or, mais ne remplissant pas les critères, en seront comme d’habitude pour leurs frais.

Plutôt qu’un concours Lépine ruineux, cette crise de l’énergie pourrait utilement provoquer une réflexion collective sur le système ubuesque qui s’est progressivement installé en France. Celui d’une logique de compensation systématique des aléas de la vie par un État-providence désargenté, dont le « quoi qu’il en coûte » est la forme ultime. Cette politique du chéquier n’a de générosité que le nom. Elle exige en contrepartie un niveau de prélèvements unique en son genre, que les Français, contribuables ou consommateurs, paient au prix fort. Et conduit à des absurdités comme celle à laquelle nous assistons dans les stations-service : soulager, sur fonds publics, les automobilistes victimes d’une taxation prohibitive des carburants, elle-même indispensable pour remplir les caisses d’un État qui dépense sans compter…

Source Le Figaro 20/10/2021

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s