89 % des stations météos terrestres américaines transmettent des relevés erronés

C’était il y a quelques mois une sorte de fierté pour Météo-France d’exposer sur son site les stations météorologiques d’autrefois, méticuleusement dressées dans des vergers ou des cimetières de façon que les données ne soit pas polluées par des sources de chaleur. Bizarre, bizarre… vous aurez quelques difficultés à les trouver, semble-t-il. C’est que la question est devenue de forte actualité dans le monde depuis qu’ont été mis à jour en Australie et aux États-Unis des relevés truqués transmis par des météorologues militants du Réchauffement Climatique, décidés à faire triompher par tous les moyens leur point de vue idéologique.

Or cela n’est pas nouveau. Un météorologiste américain renommé, Anthony Watt, a publié en 2009 un rapport de 31 pages, illustré d’une centaine de photos révélatrices, intitulé : « Est-ce que les températures de surface relevées aux États-Unis sont fiables ? ». Avec un sous-titre qui ne laisse planer aucun doute sur ce qu’en pense l’auteur : « Comment imaginer que le réchauffement global puisse être un problème si nous ne pouvons pas faire confiance aux relevés de températures ? » Dans ce rapport, Watts démontre avec précision qu’un nombre considérable de stations météorologiques ne répondent à aucun des critères de sécurité imposés par les propres règlements du service de météorologie nationale. Et qu’on n’aille pas prétendre encore qu’en France nous ne serions pas concernés parce qu’étant épargnés par de telles aberrations. Watt précise qu’il a recruté 650 volontaires pour inspecter et photographier 860 des 1 221 stations météos américaines qui transmettent quotidiennement les relevés aux analystes du NOOA (l’Administration Nationale pour les Océans et pour l’Atmosphère, relevant du ministère du commerce), autorité de tutelle de toutes les structures travaillant, ce qu’ils ont découvert aura été positivement « choquant » : « Nous avons, écrit-il, trouvé des stations installées contre les ventilateurs d’extraction d’unités de climatisation, entourées de parkings et de routes goudronnées, sur des toits brûlants, près de trottoirs ou de bâtiments absorbant ou irradiant la chaleur. Nous avons découvert 68 stations situées sur des sites de traitements des eaux usées dans lesquels le processus de digestion des déchets provoque des températures plus élevées que celles de l’environnement immédiat. » Ce qui l’emmène à cette conclusion stupéfiante : « En fait nous avons trouvé que 89 % des stations – 9 sur 10 – ne respectaient pas la distance de 30 mètres minimum de toute source de chaleur ou de radiation artificielle exigée par le Service National Météorologique. En d’autres termes, du fait de leur situation, 9 stations américaines sur 10 enregistrent des données supérieures à la réalité. » Et d’observer que l’erreur provoquée par cette inflation des chiffres est très largement supérieure aux 0,7° d’augmentation de la chaleur au cours du XXe siècle qu’affirment les partisans du Réchauffement Climatique.

Jim REEVES. Rivarol du 9 juillet 2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s