« Nous, les enfants de harkis, “La Marseillaise”, on ne la siffle pas, on la chante avec honneur et fidélité », par André Azni.

Leurs parents se sont battus pour la France, et pourtant, après les accords d’Évian, ils ont été parqués dans des camps privés de tout confort, de travail, de liberté. Le 20 septembre, Emmanuel  a demandé pardon au nom de la France. 

Un acte attendu depuis soixante ans. André Azni, président de l’association Les harkis et leurs amis, revient sur son histoire tragique au camp de Bias, dans le Lot-et-Garonne, et le récent rapport de Benjamin Stora sur la « mémoire de la  et de la guerre d’Algérie ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s