L’Europe entre la vie et la mort

Lu sur IFN :

Viktor Orban n’est pas le premier en Europe à considérer la question de la démographie comme l’une des plus importantes. Cependant, il est le plus persistant et semble être le plus intéressé par cette question. Il a organisé un sommet démographique à Budapest pour la quatrième fois consécutive, rassemblant de nombreuses personnes issues du monde politique et universitaire, élargissant ainsi le “cercle intellectuel”, et par conséquent, incluant un plus grand nombre de thèmes dans la discussion.

L’hiver démographique, évident dans la quasi-totalité des pays européens, n’est plus seulement analysé à travers les mesures immédiates que les autorités gouvernementales peuvent prendre afin d’enrayer les tendances négatives, mais aussi d’un point de vue idéologique.

La Hongrie a parcouru un long chemin dans les mesures prises pour encourager la parentalité. Depuis un certain temps, celle-ci ne repose plus sur le modèle le plus simple qui soit, à savoir le versement d’allocations familiales, mais plutôt sur l’introduction d’une institution spéciale que la Russie appelle le “capital maternel” et qui implique des garanties pour les prêts au logement (actuellement de l’ordre de 35 000 euros non remboursables pour une famille ayant un troisième enfant), une exonération de l’impôt sur le revenu, une réduction progressive du paiement de divers droits…

“Politique d’inclusion”

Il ne s’agit pas seulement de fournir des avantages financiers – la question comporte également une dimension économique et sociale. Premièrement, il a été démontré que les familles nombreuses (qu’elles incluent ou non les familles avec deux enfants ou plus) sont en quelque sorte les initiateurs des processus microéconomiques. Sur le lieu de résidence, ces familles dépensent plus d’argent pour l’éducation obligatoire et complémentaire des enfants, l’apprentissage des langues, les activités sportives, les événements culturels, les services de santé, et enfin pour l’agrandissement du logement, qui nécessite un emprunt à crédit, ainsi que tous les autres coûts habituels.

En d’autres termes, grâce à ces subventions, l’argent est “réinjecté dans le système” et stimule la dynamique économique ; il ne va pas aux “besoins de luxe” et il “ne quitte pas” la “communauté locale”. Les critiques disent que ce type d’aide n’est qu’une “goutte dans l’océan” ; cependant, avec le temps, de nombreuses gouttes peuvent former une rivière.

Deuxièmement, c’est ainsi que la “politique inclusive” est le mieux mise en œuvre. Il est dans l’intérêt des parents de “courir après chaque emploi” et de s’impliquer dans les activités économiques et sociales, et lorsqu’ils ont la garantie que leurs gains bruts sont égaux au salaire net, il est très rentable pour eux de travailler davantage. Les subventions cessent alors d’être une “catégorie sociale” et nous pouvons éviter les discussions stériles telles que : pourquoi les allocations familiales seraient-elles payées par le budget, ou pourquoi ces couples ont-ils donné naissance à tant d’enfants s’ils ne peuvent pas les entretenir.

La vie pratique nous montre que les parents issus de ces familles sont prêts à faire plus de sacrifices, à endurer davantage pour leur famille, et ils sont conscients de la nécessité de travailler davantage. Là encore, tout cet argent supplémentaire est principalement dépensé pour répondre aux besoins de la communauté locale et est reversé au budget par le biais des taxes sur les produits et services achetés.

En ce qui concerne le trésor public, ces incitations ne sont finalement pas un inconvénient. Mais lorsque nous parlons de ce que les chercheurs entendent par “capital humain”, les avantages sont multiples. Une société ne peut se développer sans enfants, nous ne pouvons même pas penser à l’avenir avec optimisme, ni remplir le budget, assurer la sécurité nationale, améliorer la science et l’éducation – sans enfants.

Faillite de la population

Bien que l’hiver démographique soit évident dans toute l’Europe – année après année, l’Allemagne alloue de plus en plus de fonds pour “boucher les trous” du système de retraite – les pays de l’est du continent sont dans la pire position. Aux indicateurs déjà médiocres du nombre de naissances et de décès, dont les causes sont multiples, s’est ajoutée la migration galopante de la population jeune (et surtout instruite) vers les pays occidentaux. Ce phénomène est également constaté dans les États membres les plus pauvres de l’UE.

L’Allemagne “compense donc le déficit” en acceptant la population de Pologne, de Bulgarie, de Croatie, de Serbie… Dans une certaine mesure, les Polonais s’en sortent aussi, en ouvrant leurs frontières aux Ukrainiens, tandis que les Hongrois attirent des compatriotes de la région, mais pour l’essentiel – la question demeure : combien de temps une telle approche peut-elle durer ?

Les résultats préliminaires du recensement de la population en Macédoine du Nord ont choqué le public, et d’autres chocs sont encore à venir lorsque ces données seront publiées ailleurs dans les Balkans. La baisse de la population en Europe du Sud-Est entre les deux recensements est estimée en millions de personnes.

Dans leur excellent ouvrage intitulé Empty Planet, Darrell Bricker et John Ibbitson préviennent que la même chose se produira dans le monde entier dans seulement trois décennies.

Un changement du mode de vie, l’adoption de valeurs différentes et l’inévitabilité d’une nouvelle phase de transition démographique conduiront l’humanité vers le stade de la “faillite démographique”. Il y a de la logique dans leur conclusion. Tout comme il est logique qu’un tel scénario produise des changements politiques et sociaux spectaculaires. Si dramatiques que nous ne pouvons même pas les imaginer pour le moment.

L’imposition de valeurs différentes a également été discutée lors du sommet de Budapest. Mike Pence, qui était jusqu’à récemment le vice-président des États-Unis, a souligné :

“Nos familles ont construit nos civilisations, elles doivent être renouvelées et préservées. Les familles fortes créent des communautés fortes, et les communautés fortes créent des nations fortes.”

Il convient de rappeler ici que la notion de nation, telle qu’utilisée par les conservateurs américains, implique en réalité les cultures, les civilisations. La définition de la famille change, tout comme l’attitude à l’égard du patrimoine, de la tradition, et ce qui est particulièrement notable, de la religion. L’homme semblable à Dieu remplace le Dieu semblable à un homme. Avec un tel changement, il devient de plus en plus difficile de distinguer le bien du mal.

Comme prévu, en raison de ces discussions, une partie du “public européen” a qualifié le sommet d’événement “anti-civilisationnel”, un rassemblement de partisans de la politique anti-immigrés, d’homophobes et de radicaux de diverses convictions. Chacun essaie de défendre sa position. L’histoire du renouvellement démographique et des valeurs familiales ne va pas de pair avec les “Gay Pride” et le concept de théorie du genre.

Et c’est précisément à ce moment même que des thèmes complètement nouveaux et cruciaux apparaissent à l’”agenda” des futurs débats sur le “destin de l’Europe”. Qui est pour la “culture de la vie” et pourquoi ; et qui est pour la “culture de la mort” et, encore une fois, pourquoi ? Comment les droits et libertés de l’homme sont-ils interprétés dans ce contexte ? Existe-t-il une civilisation européenne sans tradition européenne et sans héritage chrétien ?

Le dernier sommet a montré, comme aucun autre auparavant, que l’histoire passe du cadre étroit de la prise de mesures institutionnelles concrètes à un champ idéologique beaucoup plus large.

https://www.lesalonbeige.fr/leurope-entre-la-vie-et-la-mort/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s