Climatisme: idéologie de l’assujettissement et de la pauvreté 1/2

SOURCE : http://www.ilpensieroforte.it/dibattiti/5268-il-climatismo-ideologia-di-sottomissione-e-povertà

Dans le climat de changement rapide de ces années frénétiques, un rôle central est joué par un récit répété jusqu’à l’épuisement, cru par le bombardement médiatique : l’idéologie du changement climatique. Comme l’enseignait Carl Schmitt, les idéologies sont des concepts théologiques sécularisés, et dans le cas du « climatisme » (le terme a été inventé en 2015 par Mario Giaccio), cela est tout à fait clair. Il s’agit d’une authentique foi religieuse, avec ses rituels (les conférences internationales périodiques), ses croyants et ses disciples, ses prêtres – scientifiques et militants -, une grande prêtresse, Greta Thunberg, au langage apocalyptique, au visage renfrogné et au ton inquiet. La divinité à vénérer, féminine selon les temps, est Gaea, la terre, un organisme sensible dont l’ennemi est l’homo sapiens.

Les hérauts ne sont pas des prophètes ou des apôtres désarmés, mais les échelons supérieurs du pouvoir économique, financier et scientifique, qui a imposé la nouvelle idéologie dans le cadre de plans de domination à long terme (Great Reset, Agenda 2030) cachés derrière le double rideau du changement climatique et de la transition énergétique, qui a déjà rendu les factures d’électricité et de gaz si chères.

Par rapport au passé, il y a un changement majeur : avant, on parlait de réchauffement climatique, aujourd’hui les maîtres des mots se sont rabattus sur le changement climatique, plus générique. En tout cas, on ne peut échapper à une idéologie dont le principal court-circuit concerne le rôle de l’espèce humaine. Le dogme incontesté, en effet, est l’origine anthropique du changement climatique de la planète. C’est l’homme, avec sa volonté de puissance, qui est le prédateur responsable du déséquilibre naturel. Jusqu’à présent, rien à redire : des thèses proclamées par beaucoup sans succès.

La contradiction est claire : si le climat change, la raison n’est pas dans les cycles de la nature, mais dans le travail exclusif de l’homme. C’est un péché d’hybris, la démesure que les Grecs n’aimaient pas. Gaea fait-elle une crise de colère ou suit-elle simplement son propre chemin d’époque ? Non, l’homme est responsable. Avec une arrogance et une volonté de puissance égales et opposées, la religion climatique propose la solution : laisser l’homme modifier Gaea, interrompre et inverser le changement, par la déclinaison écologique et « durable » de la technologie. La technologie et la science humaines restent les Démiurges, les instruments d’un Dieu moindre mais pas trop grand, Homo sapiens reconfiguré en allié de Gaea.

Le climatisme est une volonté de puissance masquée par la bonté proclamée de ses objectifs. C’est l’Homme qui changera le cours du climat de la Terre par des modèles de comportement, de conduite et de développement qui apaiseront la colère de Gaea. Sur le plan symbolique, il s’agit d’une captatio benevolentiae, d’une tentative d’amitié avec une puissance supérieure, avec laquelle nous dialoguons d’égal à égal. Toujours Prométhée, toujours Titan au pouvoir, à la différence que maintenant il ne défie plus la colère des dieux, mais devient leur allié.

Le premier défaut de l’idéologie climatique est l’impossibilité de vérifier sa véracité – à l’heure des vérités scientifiques -. Il est en effet impossible d’affirmer ou de nier que la planète se réchauffe ou se refroidit sur le long terme. Le GIEC (Groupe international d’experts sur le changement climatique), un forum mondial créé en 1998, commence à l’admettre. Bien que la thèse de base reste celle du changement climatique, étayée par des décennies d’observations et de mesures, le GIEC a conclu que « dans la recherche et la création de modèles climatiques, nous devons reconnaître que nous avons affaire à un système chaotique et que, par conséquent, la prédiction à long terme des états climatiques futurs n’est pas possible ». La raison scientifique est que les modèles mathématiques complexes utilisés sont incapables de calculer les variables infinies du système. Même le comportement des températures futures en fonction des émissions de CO2 ne peut être prédit qu’approximativement. Les prévisions météorologiques restent fiables dans une quinzaine de jours. Pour le reste, la règle de nos grands-parents s’applique : sous nos cieux, il fera chaud en été, froid en hiver et pluvieux en automne.

La méthodologie des prévisions climatiques souffre d’un défaut irrémédiable qu’Edward Lorenz a démontré il y a soixante ans : le nombre infini de petites variations dans les conditions initiales qui rendent le résultat final peu fiable. L’atmosphère – a-t-il découvert – est un système déterministe chaotique, initiant ainsi la théorie du chaos. Le calcul aboutit à une étrange courbe en forme de papillon, d’une longueur infinie, appelée l’attracteur de Lorenz. De toutes les solutions mathématiques finales, une seule est vraie, mais inconnue. Il s’agit de la simplification populaire connue sous le nom d’effet papillon, tiré du célèbre article de Lorenz intitulé Predictivity : Can the flapping of a butterfly’s wings in Brazil determine a tornado in Texas ? La plupart des scientifiques sérieux parlent de probabilités, pas de certitudes. Les croyances comme le changement climatique, cependant, ne connaissent pas de nuances. Le changement climatique, pour ses adeptes, est certain, il va dans le sens d’un réchauffement de la planète et est dû non pas à des facteurs naturels inconnus, mais à l’action de l’homme.

Il y a quelques années, l’acronyme LOHAS (Lifestyle of Health and Sustainability), un mode de vie sain et durable, est devenu populaire. Aujourd’hui, le phénomène est devenu un phénomène de masse, soutenu par un grand nombre d’universitaires, d’acteurs, de politiciens, de journalistes et de gestionnaires.  Le style LOHAS représente les classes sociales les plus élevées, domine les médias et le débat politique. Il incarne l’esprit de l’époque et s’incline vers la gauche. Il est loin le temps où les partis de gauche voulaient donner de meilleurs revenus et de meilleures opportunités aux plus pauvres. Aujourd’hui, seule l’élite progressiste peut se permettre des voyages coûteux, tout en faisant des affaires lucratives avec le lobby du climat. Pour eux, le changement climatique génère un double avantage. Ils peuvent s’élever au-dessus des masses moralement et matériellement : la foule prolétarienne se déplace en métro, à vélo ou dans des trains de proximité bondés, l’élite, elle, se déplace dans des voitures électriques élégantes subventionnées par les impôts de tous. Telle est la nouvelle moralité, sans tenir compte du fait que les batteries au lithium de la nouvelle mobilité sont le résultat d’activités minières ayant un énorme impact environnemental et des coûts humains dramatiques (exploitation, santé, conditions de travail). 

Le deuxième pilier sur lequel repose la politique climatique, après le dogme de la culpabilité humaine, est le chantage de l’absence d’alternatives, qui aboutit à la proclamation de l’urgence. L’état d’exception – comme on le voit avec la dictature sanitaire épidémique – exige la soumission, qu’il obtient en combinant la peur de la catastrophe avec la crainte d’être expulsé si l’on n’est pas  » fidèle à la ligne  » et la punition pour ceux qui ne se déclarent pas adhérents à la nouvelle foi. Cela fonctionne : il crée une victimisation, un conformisme et une indignation contre un  » mauvais  » pouvoir, finalement démasqué par les  » bons « , manipulés par les marionnettistes avec un cynisme consommé.

Annoncer la catastrophe ne suffit pas : le message doit être incessant, chargé d’urgence et de craintes toujours relancées. Chaque doute doit être combattu en permanence sur un large front. Elle fonctionne parce qu’un appareil de milliers de fonctionnaires à plein temps chargés du « climat » a été créé dans les ONG, les fondations, les agences, les instituts de recherche, les autorités publiques, les entreprises, les églises et, bien sûr, les salles de presse.

Les lobbyistes verts, généreusement financés par les gouvernements et les fondations privées, tous contrôlés par les riches, qui sont les premiers responsables des malheurs environnementaux, ont la mainmise sur tout ce qui se passe. C’est le pouvoir des Vendredis pour l’avenir, des Amis de la Terre, de Greenpeace, du WWF, etc. Nous sommes frappés par une information permanente à sens unique dans les médias publics et privés. Les sceptiques – appelés de manière désobligeante négationnistes comme tous ceux qui ne sont pas d’accord avec les récits imposés – n’ont pratiquement aucun soutien financier et deviennent invisibles. L’esprit du temps vert est sacro-saint et omniprésent.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s