Les visions d’Europe à l’époque napoléonienne : Aux sources de l’européisme contemporain 4/5

Görres et l’hegemon allemand

Pour sa part, Joseph Görres (1776-1848), autre théoricien allemand de l’époque de la Restauration, envisage une Allemagne unifiée et re-catholicisée comme hegemon de l’Europe, en lieu et place de la France napoléonienne. Cette Allemagne serait civile et spirituelle et non pas guerrière à la façon bonapartiste. Elle viserait la paix perpétuelle et serait la puissante fédératrice par excellence, ayant des frontières communes avec toutes les autres nations européennes. Le destin géographique de l’Allemagne, la multiplicité de ses voisins, en font la fédératrice de l’Europe par destin géographique.

L’universalité (ou la catholicité au sens étymologique du terme) de l’Allemagne provient justement de la simple existence bien concrète de ces voisinages multiples et diversifiés, permettant à l’intelligentsia allemande de jeter en permanence un regard varié et pluriel sur les événements du monde, sans vouloir les biffer à l’aide d’une idéologie toute faite. Elle seule peut intégrer, assimiler et synthétiser mieux que les autres, grâce à cette proximité territoriale et physique pluri-millénaire.

Leopold von Ranke (1795-1886), historien nationaliste allemand, développe, quant à lui, une vision plus romano-germanique de l’Europe, d’essence chrétienne. Il évoque un « génie occidental », contrairement à von Baader qui valorise la virginité russe face au déclin rationaliste de l’Ouest. Pour von Ranke, l’Orient est « sombre folie », car ni l’État ni l’Église n’y pénètrent au fond du peuple. L’Occident, pour lui, est le système le plus parfait. Ce système est l’élu de Dieu sur la Terre. Ranke est donc à l’origine des options occidentalistes du nationalisme allemand ultérieur.

Constantin Frantz et l’équilibre pentarchique

Constantin Frantz s’oppose à 3 forces politiques majeures, actives dans les États allemands de son époque : l’ultramontanisme, le particularisme catholique en Bavière, le national-libéralisme prussien (et, partant, le capitalisme). Ces forces politiques sont centrifuges, maintiennent la division de l’ensemble mitteleuropéen, parce qu’elles raisonnent en termes partisans et fractionnistes. Pour lui, le Reich moderne, le Reich à venir après l’abrogation en 1806 du Reich historique sous la pression napoléonienne, devra s’étendre à toute l’Europe centrale (la Mitteleuropa) et se donner une organisation fédéraliste, tenant compte des diversités de notre continent. L’équilibre européen, pour Frantz, doit rester pentarchique et centripète dans le cadre géospatial européen.

Toute extraversion colonialiste est un danger, si bien qu’à ses yeux, l’Angleterre n’est plus une nation européenne mais un empire maritime en marge du continent ; la France a, elle aussi, cessé d’être pleinement européenne depuis qu’elle a pris pied en Algérie et en Afrique : elle devient une nation eurafricaine qui l’éloigne a fortiori des problèmes spécifiquement européens et la distrait des tâches structurelles dont le continent a fortement besoin, au moment où l’accroissement de la population et l’industrialisation impliquent un changement d’échelle et impulsent un volontarisme et une imagination politiques pour que les sombres prévisions de Malthus ne deviennent pas le lot inéluctable des grandes masses déracinées, urbanisées et prolétarisées. La politique sociale de Bismarck et le socialisme de la chaire seront des réponses à ce défi.

L’extraversion colonialiste

Frantz critique sévèrement l’Angleterre et la France, puissances ayant au préalable commis le péché d’extraversion, pour avoir fait la Guerre de Crimée contre la Russie. Elles se sont ainsi opposées à un État constitutif de la Pentarchie européenne au profit d’un État qui n’en faisait pas partie (l’Empire ottoman), ce qui, pour Frantz, constitue une entorse très grave à l’esprit d’unité de la Sainte Alliance, censée apporter une paix définitive en Europe, de façon à faire de celle-ci un bloc civilisationnel cohérent et solide, s’étendant de l’Atlantique au Pacifique. La Guerre de Crimée aliène la Russie vaincue par rapport au reste de l’Europe, car une violente réaction anti-occidentale, entraînant l’Allemagne et l’Autriche neutres dans cet opprobre, se constitue et se consolide chez les intellectuels russes.  Ceux-ci ne pardonnent pas aux autres Européens cette trahison abjecte de la Russie, qui s’était longuement battue pour l’Europe en libérant la rive nord de la Mer Noire et le Caucase du joug ottoman entre 1750 et 1820.

L’Allemagne en gestation et l’Autriche deviennent, quant à elles, des empires sans espace, coincés entre des puissances disposant de vastes étendues extra-européennes, centre-asiatiques ou sibériennes. À elles seules incombe désormais la tâche d’organiser en autarcie, comme il se doit, la portion d’Europe qui leur reste, mais sans pouvoir étendre ce principe constructif d’organisation structurelle et territoriale aux marges occidentales et orientales de notre sous-continent. L’Europe est dès lors dangereusement déséquilibrée et déstabilisée. Les guerres inter-européennes deviennent possibles, y compris pour régler des problèmes extra-européens, survenus dans les espaces colonisés. La Guerre de Crimée porte en germe l’horrible tragédie de 1914-1918.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s