Le Nationalisme intégral

You are currently viewing Le Nationalisme intégral

Ce texte qui n’a pas pris une ride, trouvé sur le site : « Maurras.net » date de 1908 et bien qu’écrit dans un contexte de tension six ans avant la grande guerre , ou plutôt à cause de cela, doit inspirer aux militants actuels qui peuplent à nouveau nos cercles et permanences, une profonde et saine réflexion sur l’état d’esprit de l’Action française,depuis sa création, qui reste inchangé. (NDLR)

Obscurément, mais patiemment, avec la persévérance de la passion, voilà bien des années que l’Action française travaille : elle n’a jamais cessé de redire qu’elle s’adresse au Peuple français tout entier. 

Elle l’a dit dans sa Revue. Elle l’a enseigné dans son Institut. Elle l’a crié dans ses réunions et sur ses affiches. En tête du journal destiné à propager quotidiennement sa pensée, l’Action française a le devoir de répéter qu’elle n’a jamais fait appel à un parti. Vous sentez-vous Français ? Traitons des affaires de France au point de vue des seuls intérêts du pays. Voilà le seul langage que nous ayons tenu. Ce sera notre langage de tous les jours. Il ne s’agit pas de mettre en avant nos préférences personnelles, nos goûts ou nos dégoûts, nos penchants ou nos volontés. Nous prenons ce qu’il y a de commun entre nous — la patrie, la race historique — et nous demandons au lecteur de se placer au même point de vue fraternel. 

Ni les rangs sociaux, ni la nuance politique ne nous importent. La vérité se doit d’avancer dans tous les milieux. Nous savons qu’il y a partout du patriotisme et que la raison peut se faire entendre partout. Quelles que soient les différences des mœurs ou des idées, il existe des principes supérieurs et des communautés de sentiment plus profondes : là disparaît l’idée de la lutte des classes ou de la lutte des partis. Toutes nos conclusions politiques dérivent de ce principe fondamental : il faut que notre France vive, et de cette question posée non point par nous mais par les circonstances : comment la préserver de toutes ces forces de mort ?  #

Assurément, comme nos camarades de la presse nationaliste et conservatrice, nous mènerons de notre mieux la guerre à l’anarchie. Si tout patriote français nous est ami, si toute idée sérieuse nous paraît digne d’examen et de discussion, nous ne ferons aucun quartier aux idées, aux hommes, aux partis qui conspirent contre l’intérêt du pays. Vive l’unité nationale ! Périssent donc tous les éléments diviseurs ! Nous n’épargnerons ni cette anarchie parlementaire qui annule le pouvoir en le divisant, ni l’anarchie économique dont l’ouvrier français est la plus cruelle victime, ni l’anarchie bourgeoise qui se dit libérale et qui cause plus de malheurs que les bombes des libertaires. 

Nous combattrons, comme nous le fîmes toujours, cette anarchie cosmopolite qui remet à des étrangers de naissance ou de cœur le gouvernement de la France, l’anarchie universitaire qui confie l’éducation des jeunes français à des maîtres barbares, lesquels, avant d’enseigner parmi nous, devraient eux-mêmes se polir au contact de la civilisation, de l’esprit et du goût de la France. Nous montrerons dans la clarté qui suffit à leur faire honte, les plaies d’anarchie domestique, tuant l’autorité des pères ou l’union des époux, et, la pire de toutes, l’anarchie religieuse acharnée à dissoudre l’organisation catholique ou tentant de refaire contre l’Église une unité morale en la fondant sur des Nuées. 

Allons au fond du vrai : parce que, au fond, ce qui nous divise le plus est le régime républicain et parce que cet élément diviseur par excellence est aussi celui qui organise, qui règle et qui éternise l’exploitation du pays qu’il a divisé, l’Action française appelle tous les bons citoyens contre la République. 

Mais, dit-on, quelques-uns croient encore à la République. — Possible : ils se font rares. Ces derniers croyants perdront vite leur foi dès qu’ils nous auront accordé quelques minutes de l’attention et de la réflexion qu’un électeur doit accorder à la chose publique. Sans y passer huit heures par jour, comme Louis XIV, tout Français intelligent comprendra bien que ce qu’il y a de mieux à faire est de donner sa démission de souverain et de se décharger des besognes d’État sur quelqu’un de plus apte et de plus compétent. L’évidence lui fera dire, comme à l’un des plus grands amis de l’Action française : « quand je songe que j’ai été républicain, je me battrais. » 

Ce regret si noble est d’un ancien radical qui lutta contre le second Empire et la politique du maréchal 1. Et nous pourrons citer des regrets du même ordre émanant d’anciens libéraux, ou d’anciens collectivistes, ou d’anciens démocrates plébiscitaires. Ne les appelez pas convertis de l’Action française : ils sont des convertis du bon sens français. Nos vérités politiques ne sont tirées d’aucun fonds d’imagination qui nous soit personnel. Elles vivent dans l’âme de nos auditeurs et de nos lecteurs. La seule chose dont on puisse se prévaloir ici, c’est d’avoir obligé le lecteur patriote à découvrir au fond de ses propres pensées et de ses propres sentiments élevés au maximum de la conscience lucide… — Quoi donc ?  — La nécessité d’un recours au Roi.

Qui veut bien quelque chose en veut la condition. La condition de ce qu’on veut quand on réclame le respect de la religion, ou la paix sociale, ou la restitution de la France aux Français, cette condition préalable, c’est le Roi. Pas de Roi, pas de puissance nationale, pas de garantie pour l’indépendance de la nation. Pas de Roi, pas d’anti-maçonnisme efficace, pas de résistance à l’étranger de l’intérieur, pas de réformes bien conduites ni sérieusement appliquées. 

C’est en cela précisément que réside le nationalisme intégral. Il met en ordre les problèmes français, il permet de les comprendre, et ce qu’ils peuvent offrir de contradictoire sans lui s’accorde en lui parfaitement ; par exemple, un Pouvoir central très fort et des Villes, des Provinces, des Corporations entièrement libres, au lieu de se détruire comme en République, se prêtent un appui réciproque et se consolident par l’opération de la monarchie. 

C’est un fait ; nous le ferons voir. Mais c’est un autre fait que beaucoup de gens en sont frappés. C’est un troisième fait que, en tout temps, nos Princes, du fond de leur exil, ont senti cet accord et l’ont inscrit dans leur programme, qui n’a pas été fait pour les besoins de nos polémiques de 1908. Nos querelles du mois courant seraient réglées par l’application d’un principe posé, posé voici dix, vingt ou quarante ans, dans une lettre du comte de Chambord, du comte de Paris ou de Monseigneur le duc d’Orléans. 

Les Français à qui cette évidence deviendra claire feront honneur à la vivacité d’esprit de leur race. Ensemble, diront-ils, nous avons fait une sottise noire en nous séparant de nos Rois : puisque rien de sérieux ne saurait se faire sans eux, le plus simple est de nous dépêcher de les rappeler, et avec eux, de nous remettre le plus tôt possible au travail. 

À ce langage de bon sens, on n’objecte que la prudence des timides, ceux qui tremblent que la monarchie ne signifie « pour le public » le gouvernement des nobles et des curés (simple sottise de primaires), ou ceux qui (moins ignorants et plus imprudents) savent combien ce préjugé est faux, mais qui en craignent la puissance. Nous ne craignons, pour notre part, aucune puissance d’erreur. Notre devoir est de les réduire l’une après l’autre en leur opposant l’évidence. Mais une évidence militera, dès l’abord, en notre faveur : c’est le recrutement du personnel de l’Action française. 

Ceux que le nationalisme intégral rallia nous sont venus de toutes les classes et de tous les mondes. Ces hommes qui, depuis des années, travaillent, sans un désaccord, à la même œuvre de reconstitution nationale, sont le produitsd’éducations et de milieux aussi différents que les Jésuites et la Sorbonne, le barreau et l’armée, l’Union pour l’Action morale et la Gazette de France. On pourrait dire qu’ils ne s’accordent sur rien, hors de la politique, et que, en politique, ils s’accordent sur tout. Car non seulement leur politique économique ou militaire, mais leur politique morale, leur politique religieuse est une. On a remarqué, dans leurs rangs, des hommes étrangers à la foi du catholicisme. On n’en signale pas un seul qui n’ait mille fois déclaré que la politique religieuse de notre France est nécessairement catholique et que le catholicisme français ne peut être soumis à un régime d’égalité banale, mais y doit être hautement et respectueusement privilégié. De sorte que l’accord intellectuel et moral déterminé par le nationalisme intégral de l’Action française peut être envisagé tout à la fois comme le dernier mot de la tolérance et comme le triomphe du Syllabus. 

Et ces deux aspects ne sont pas contradictoires. Nous apportons à la France la Monarchie. La Monarchie est la condition de la paix publique. La Monarchie est la condition de toute renaissance de la tradition et de l’unité dans notre pays. C’est pour l’amour de cette unité, de cet ordre, que commence aujourd’hui notre guerre quotidienne au principe de la division et du mal, au principe du trouble et du déchirement, au principe républicain. 

À bas la République ! et, pour que vive la France, vive le Roi ! 

Henri Vaugeois,
Léon Daudet,
Charles Maurras,
Léon de Montesquiou,
Lucien Moreau,
Jacques Bainville,
Louis Dimier,
Bernard de Vesins,
Robert de Boisfleury,
Paul Robain,
Frédéric Delebecque,
Maurice Pujo.

1. Patrice de Mac Mahon. (n.d.é.)

https://www.actionfrancaise.net/2021/10/01/le-nationalisme-integral/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s