Écologie : les peurs et les profits

À partir de l’exemple des éoliennes et de l’énergie qu’elles sont censées produire, Alban d’Argun, dans un livre très précis, met en cause les juteux fromages de l’écologie citoyenne. Il déplore la paresse d’esprit qu nous empêche de penser à côté de l’écolo-correctness.

ENTRETIEN avec l’abbé G de Tanoùarn

Pourquoi vous êtes-vous passionné pour la question particulière des éoliennes ?

Il me semble que ce cas particulier est aussi un cas emblématique de ces scandales d’État devant lesquels trop souvent aujourd’hui, tout le monde reste muet. Si je remonte un peu dans le temps, disons dans une vie antérieure, je tenais une chronique que j’avais placée sous le signe des lemmings, ces petits rongeurs de l’Europe Scandinave, qui se reproduisent très rapidement.

Lorsqu’ils sont trop nombreux, ils organisent leur suicide collectif en se jetant par centaines de milliers, du haut des fjords. Ils meurent en se débattant dans l’eau glacée. Eh bien ! Je me demande parfois si les hommes, aujourd’hui, ne cherchent pas à imiter ce sinistre destin des lemmings. Nous nous laissons mener sans réagir par les idées correctes, qui cachent souvent des scandales d’État. Nous nous détruisons nous-mêmes collectivement, comme si nous étions fatigués de vivre… L’écologie en général nous présente bien quelque chose de cet instinct de mort qui anime régulièrement les lemmings au cours de leur histoire.

Prenons une grande cause écologique : la lutte contre le réchauffement climatique représente non pas cette théâtralisation de la mort que vous stigmatisez, mais bien une lutte pour la vie, pour l’avenir de l’espèce.

Le sujet du réchauffement est relativement neuf, il émerge dans les années 90, alors que, pour la première fois dans l’histoire, des données permettant de décrire le climat au niveau planétaire s’accumulent. Très vite, l’ONU s’en empare et, autour des années 2000, elle en fait une grande cause mondiale. La canicule de 2003 en Europe fournira largement un argumentaire, qui est, ne nous y trompons pas, un argumentaire de culpabilisation. Autre chose en effet est de constater des cycles plus ou moins chauds au cours de l’histoire, on sait bien que le climat change. Le Groenland au Moyen Âge est la « terre verte » où paissent des vaches. En revanche, on parle du XVIIe siècle en Europe comme d’une petite période glacière. Vous noterez que le problème des écologistes d’aujourd’hui n’est pas dans ces différentes sautes d’humeur du climat. Leur problème est d’établir et de blâmer la responsabilité humaine dans ces changements climatiques. C’est la dimension anthropique du réchauffement qui intéresse le GIEC, le groupe d’étude international sur le climat. Les Instances internationales cultivent une peur irrationnelle et millénariste, exacerbée par les valets médiatiques, nouveaux pasteurs en charge de guider et paître le troupeau pour la « caste » Vous voyez que nous ne sommes, pas si loin des lemmings et de leur certitude de la mort !

Vous avez écrit tout un chapitre sur le réchauffement climatique et sur les scandales qui ont marqué le développement de la propagande réchauffiste. Je laisse nos lecteurs découvrir les révélations que vous nous faites. Mais prenons la question des énergies fossiles : ne faut-il pas économiser ces énergies, en laisser pour nos descendants ?

On sous-évalue les ressources de la terre. Bien sûr le pétrole s’épuisera un jour que nul ne connaît, remplacé par d’autres sources d’énergie qui nous sont peut-être encore inconnues. Notez quand même qu’entre 1994 et 2014 l’analyse des réserves mondiales montre une progression supérieure à 50 % des réserves de pétrole prouvées. De même le gaz les réserves connues sont au plus haut dans l’histoire de son exploitation. Mais surtout, les recherches en cours sur la fusion nucléaire pourraient dans les années à venir remplacer l’uranium par d’autres types d’énergie quasi inépuisables à travers d’autres types de réacteurs, dits de quatrième génération permettant une réutilisation de l’uranium. Si nous avons la force de démentir les Cassandre et autres oiseaux de malheur, vous comprenez combien de mythes sont en train de s’effondrer la voiture électrique, dont, en réalité, les batteries sont très polluantes, l’exploitation à grande échelle de schiste bitumineux, mais au risque de détruire des kilomètres de paysage etc. La vraie écologie, l’écologie chrétienne refuse elle d’exploiter les peurs. Elle est faite de confiance dans l’ordre du monde et dans le Créateur.

Mais enfin, cette grande énergie de substitution qu’est le nucléaire est aussi une énergie dangereuse ?

On crée une peur panique de l’énergie nucléaire au nom de son utilisation militaire. En réalité, il y a très peu d’accidents avec le nucléaire. Citons les deux derniers Tchernobyl et Fukushima. Tchernobyl, en Ukraine, est dû aux négligences d’un pouvoir totalitaire à l’agonie. Quant à Fukushima, au Japon, il ne faut pas oublier que ce n’est pas d’abord un accident nucléaire, puisqu’à l’origine, il s’agit d’un raz-de-marée, lequel raz-de-marée a eu des conséquences sur la centrale de Fukushima. Pour le reste, le nucléaire est une énergie propre, qui ne rejette pas de C02, qui ne fait pas de mal à la couche d ozone. L’Allemagne y a renoncé progressivement. Le résultat ne s’est pas fait attendre aujourd’hui, avec ses vieilles centrales thermiques, c’est le plus gros pollueur d’Europe. Je ne parle même pas du nuage de particules fines et de cendre qui est cancérigène, remontant jusque sur Paris. En fait d’écologie, nous avons des mensonges d’État, qui forment une propagande mensongère.

Au moins l’éolien, contre lequel vous êtes parti en guerre, est une énergie gratuite ?

Pas du tout. Certes le vent est une énergie gratuite, mais le développement de l’éolien n’a pas fini de nous coûter cher. Gérard Mestrallet, président d’Engie, a vendu la mèche lors d’un sommet à Montréal au Canada « L’île veut être verte affirme-t-il, donc elle construit 1000 mégawatts d’éoliennes C’est très bien, surtout quand il y a du vent, c’est-à-dire 30 % du temps Mais comme les consommateurs veulent de l’électricité tout le temps, il faut construire à côté de ces éoliennes 1000 mégawatts de turbines à gaz, qu’on peut mettre en route comme des mobylettes quand il n’y a pas de vent et les éteindre quand il y a du vent ». En clair, avec ces turbines à gaz ressurgies du passé, au lieu de lutter contre le gaz à effets de serre, on va en produire encore plus. Ainsi, les éoliennes s’avèrent polluantes, ce n’est pas un paradoxe, c’est un fait.

Mais alors, si vous avez raison, pourquoi ce consensus autour des éoliennes ?

Tout simplement parce que les pollueurs traditionnels ont intérêt au développement d’énergies incomplètes, comme l’éolien, pour pouvoir caser leurs vieilles centrales. L’un des principaux lobbies pro-éolien, la Compagnie du vent (un nom qui ne s’invente pas !), a été racheté par Engie. Voyez, tout le monde y trouve son compte ! Je ne parle pas du marché que constitue la vente et la maintenance des éoliennes, par des fleurons comme Greensolver, Boralex, Enerco, Siemens, Nordex. L’Allemagne est grande exportatrice dans le business des énergies renouvelables. Sur 15 milliards de chiffre pour les entreprises allemandes, 4 milliards auraient été réalisés à l’export. Vous voyez tout le monde y gagne.

Et en France ?

En France, c’est bien entendu l’argent l’État qui finance et le déficit et les appétits uns et des autres. L’EDF est le client unique de l’industrie éolienne. Elle doit acheter l’ensemble de la production, même lorsqu’elle n’en pas besoin, et même si des concurrents fournisseurs lui propose l’électricité à un prix moindre. La commercialisation de l’électricité obtenue par éolienne représente une vraie petite bulle financière ! Voilà pour ce qui est de la politique de l’État. Mais les particuliers ne sont pas en reste. Il existe un service, lié au ministère la Justice, le Service Central de Prévention la Corruption, qui a très tôt tiré le signal d’alarme. En juin 2014, ce service d’État écrit « Le développement de l’activité éolienne semble s’accompagner de nombreux cas de prises illégales d’intérêts impliquant les élus locaux ». Il note aussi un système de subvention qui confine à ce qu’il nomme « une corruption légale ». « Pour le seul site de Noirmoutier, les subventions annuelles allouées aux pêcheurs et aux communes littorales seront de 7,5 millions d’euros » pour avoir le droit de placer des éoliennes. À ce prix-là, qui ne serait pas d’accord pour manifester les bons sentiments de la doxa politiquement correcte ? Cette mascarade politico-financière se déroule sous nos yeux alors même que le système français actuel, fondé sur le nucléaire, est un des moins polluants au monde.

Alban d’Arguin a fait des études d’histoire de droit public. Il a réalisé une carrière de management et de direction générale à l’international dans un grand groupe financier. Retiré aujourd’hui dans l’ouest de la France où il travaille à la restauration d’un domaine entouré de vergers anciens, il est passionné par les questions environnementales. Son livre Eolienne. un scandale d’État est édité par la revue Synthèse nationale (20 €).

monde&vie  12 juillet 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s