Canicule : on n’est plus dans le bobard mais dans le bourrage de crâne

Difficile de trouver une définition générale du terme météorologue de canicule. Parce que l’Organisation Mondiale Météorologique a pris soin de faire en sorte que la chose reste suffisamment floue  pour qu’on en puisse faire ce qu’on veut au gré des circonstances.

Théoriquement il s’agit « d’une période prolongée de fortes chaleurs diurnes et nocturnes pouvant être accompagnée d’un niveau d’humidité élevé, ce qui accroît la sensation de chaleur », selon Wikipedia. Mais aucun chiffrage géographique de la température n’est prescrit. La période dite caniculaire doit s’étendre au moins sur 72 heures d’affilée.

Et selon que l’on se trouve dans le nord de l’Europe ou en Afrique on acceptera que les niveaux de chaleur soient différents ainsi que la durée du phénomène. Ce qui est décrété comme canicule en Suède n’est en Afrique qu’une température élevée. En France on s’en prévaut à 33° dans la journée et 18° pendant la nuit à Lille. À Toulouse elle commence à 36° et 21° On voit donc ce que cela peut avoir d’aléatoire pour ne pas dire de fantaisiste dans l’expression  météorologique quotidienne et d’insupportable dans l’utilisation médiatique qui en est faite par les péronnelles qui nous gavent de consignes superfétatoires dès que le mercure approche des limites « estivales ». Ce qu’elles mesurent dans la différence ressentie entre la fraîcheur de leurs studios climatisés et l’atmosphère des rues chauffées à blanc par la seule réverbération des murs et le coffrage des immeubles qui augmente considérablement l’impression de chaleur. Se perdant dans des considérations dont elles ne comprennent rien. On entendit parler de « thermomètres qui affichent des températures caniculaires au soleil ». Telle autre, accompagnant un médecin en tournée d’urgence, évoque cet enfant de douze ans qui a des difficultés respiratoires.
On apprend ainsi qu’il fait 30° dans la maison… inondée de soleil, dont les fenêtres à double vitrage  sont hermétiquement fermées mais les persiennes grandes ouvertes !

À cela il faut ajouter la surenchère absurde à laquelle se livre cette petite coterie devenue à la fois l’une des plus puissantes en matière d’audimat et des plus admirées par le téléspectateur de base avachi devant son petit écran et qui gobe mécaniquement la logorrhée du réchauffement climatique devenue envahissante, à mesure que l’on s’approche de la foire de la CP21. Certes les prévisions météos sont exprimées en fourchettes. Mais il revient à chacun et chacune de choisir de celle qui s’accorde le mieux à sa démonstration.

Les mots sont les mots pourtant et les définitions les définitions. Le 3 juillet au matin les pintades lectrices de bulletins de propagande météorologiques sur toutes les radios françaises – Laurent Cabrol emmenant le troupeau surexcité qui rivalisait d’imagination dans l’emphase et l’hyperbole – répétaient à satiété la consigne émanant sans doute de la COP 21 « Au quatrième jour de canicule... ». Or, le matin même dans la plupart des régions de France la température étant tombée en dessous de 20° et la veille au moins la moitié Ouest du pays qui avait connu deux journées de fortes chaleur, ayant quitté la zone caniculaire, celle-ci, de ce fait, réduite à deux journées, ne pouvait en aucun cas être invoquée. En d’autres termes les 30 juin et 1er juillet n’ont pas connu de canicule. Non plus d’ailleurs que le lendemain dans la partie Est, à son tour retrouvant pour 24 heures des conditions de simple chaleur. Le vendredi 3 juillet, certes, une nouvelle bouffée de chaleur remontée du sud en chassant les vents océaniques allait relancer le baromètre vers un nouveau pic. Mais il dura moins d’une journée et la qualification de « caniculaire » ne pouvait se justifier.

Une canicule qui tombe à pic

Pourquoi donner tant d’importance à un phénomène aussi dérisoire ? Parce que justement les pouvoirs publics et l’instance gouvernementale mondiale depuis quelques années ont fait du Réchauffement Climatique et des instruments de propagande de la Météorologie les vecteurs principaux de leur action de transformation des sociétés traditionnelles. Une fois de plus Météo France a servi de catalyseur à l’immense machination climatologique, plus que jamais d’actualité avec l’opération de propagande planétaire onusienne de la COP 21. On voit bien qu’il s’agit de faire pénétrer dans l’opinion publique, par le pilonnage des esprits, le sentiment qu’en effet, et ce fut clairement exposé en d’innombrables circonstances, un épisode météorologique supposé d’une exceptionnelle magnitude, doublé d’une précocité qui ne pouvait s’expliquer que par le dérèglement climatique, s’était abattu sur la France.

Aucune radio, au cours de ces journées, ne s’abstint plus de 5 minutes de rabâcher les consignes de sécurité dont on ne cessa de nous rappeler que le non-respect, il y a douze ans, aurait été la cause de milliers de morts de personne âgées. Nous avions montré à l’époque que la plupart de celles-ci n’avaient pas été victimes d’imprudence mais de la criminalité architecturale responsable des habitations de verre et de béton transformées en four asphyxiant. Combien de décès parmi les milliers de personnes très âgées des campagnes, protégées par des écarts de température dans leur maison de pierre aux ouvertures réduites ?

Il n’y a donc eu aucune séquence caniculaire en France entre le 30 juin et le 5 juillet si ce n’est quelques bouffées de chaleur diurnes, largement causées par des vent de sud-est montés d’Afrique du Nord, alors que les nuits demeuraient suffisamment fraîches, autour de 20°, pour ne pas perturber le sommeil. Au point qu’on n’a guère entendu l’habituelle litanie des records de chaleur battus aux quatre coins de l’hexagone. En revanche durant quelques jours un déferlement médiatique tympanisa les auditeurs récitant sur tous les tons le mot canicule. Avec comme but de convaincre le plus grand nombre qu’en effet le climat se transforme dans le sens d’un réchauffement global dont les prémices laisseraient augurer un avenir terrifiant.

À partir du 4 juillet, notamment dans le nord-est du pays, de fortes températures se maintinrent, et en quelques rares régions ont pu atteindre trois jours de suite des niveaux caniculaires. Mais ces derniers ne concernèrent pas l’immense majorité du territoire français. Profitant de l’aubaine, Météo-France s’empressa de maintenir pendant plusieurs jours entre 30 et 50 départements en vigilance orange/canicule. De sorte que toutes les radios, tous les commentateurs, y compris dans les émissions n’ayant aucun rapport avec la climatologie, sacrifièrent, heure après heure, à l’obligatoire mention du mot canicule ou de son adjectif. Un bruit de fond dont on a bien compris qu’il servait à la fois de caisse de résonance à la COP 21 et à la nouvelle religion civique du Réchauffement Climatique. Tandis que le lobby des Ministères se rengorgeait d’avoir triomphé de cette terrifiante situation sans hécatombe.

Europe 1, osant même qualifier la nuit du 3 au 4 juillet de plus chaude de la séquence, mit en place un programme spécial afin de laisser l’antenne ouverte à tous ceux qui souffriraient de la chaleur.

En tout cas on peut être assuré que, quoi qu’il arrive en août et en septembre, le mois de juin 2015 ne saurait tarder à être proclamé comme le plus chaud depuis 1823. Ainsi d’ailleurs que le second trimestre de cette année. Tout va bien, l’agit prop’ climatique continue à fonctionner admirablement. Merci Orwell…

René BLANC. Rivarol 9 juillet 2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s