La faute des autres

On doit considérer comme un signe très dommageable, pour un individu comme pour un peuple, que de chercher à accuser les autres de nos propres échecs. Mais on doit redouter aussi les conséquences destructrices de cette pente, en termes de ressentiment : pour tout dire, cette déchéance du sens moral, cette perte de la conscience de nos responsabilités personnelles, se retrouve à l’origine de la perversion révolutionnaire.

Plutôt que de chercher à se corriger, on préfère corriger les autres, redresser leurs torts, et cela finit par la guillotine des jacobins ou les camps de rééducation des communistes.

Le camouflet reçu par la Macronie dans l’affaire des sous-marins australiens pourrait nous servir de leçon à bien des égards.

Elle devrait d’abord nous rappeler que nos concurrents nous paraissent toujours « déloyaux ». Si l’offre américaine l’a emporté sur celle de Naval Group, c’est certainement parce qu’elle a eu le mauvais goût d’être jugée préférable, à tort ou à raison, par le nouveau gouvernement australien.

Dans son édito du « Point » en date du 21 septembre Luc de Barochez me semble cependant poser la bonne question : « et si l’Australie avait fait le bon choix ? »(1)⇓ Et il observe, en effet, que « la confrontation avec la Chine surdétermine la politique mondiale de Washington ». Ce qui explique la réaction furieuse de Zhao Lijian que nous citions dans notre chronique du 22 septembre.

Or, deuxième observation : « les dirigeants français en perdent leur sang-froid. » La disproportion de leur réaction interroge. Quand on la compare à d’autres dossiers autrement plus scandaleux

Par exemple la facturation pour l’exportateur français, échelonnée sur de nombreuses années, 85 % du travail étant prévue localisé au départ en Australie, puis 60 %, plus la part américaine… on a vu la diplomatie française sous son plus mauvais jour adoptant une attitude qu’on ne lui connaît habituellement pas.

Quelques jours d’ire gouvernementale et de déception chauvine se soldent, une semaine plus tard par l’annonce, ce 23 septembre à la une du site du Monde : « Crise des sous-marins : Macron joue l’apaisement avec Biden et espère relancer son agenda européen ».

On se demande s’il ne s’agit pas plutôt d’un apaisement « joué » par le président américain pour quelques dollars de plus, en vue par exemple de la campagne de réélection de son interlocuteur.

Le marché des sous-marins ne devait initialement représenter, pour la partie française, guère plus que quelque 8 milliards d’euros, c’est-à-dire beaucoup moins que les annonces présidentielles préélectorales, par exemple pour Marseille ou pour le pré-emploi des jeunes peu employables, etc.

La vérité semble donc plutôt que la France peut être qualifiée « d’homme malade de l’Europe ». Cette expression était utilisée à la fin de l’empire Ottoman. Elle correspondait à un dépècement progressif, entamé à la fin du XVIIIe siècle, géré par les grandes puissances rivales et administré au nom de la Dette ottomane. La même expression sert d’intitulé à une tribune, publiée ce 22 septembre dans le quotidien « L’Opinion » par Damien Abad, François-Xavier Bellamy et Bruno Retailleau c’est-à-dire par les présidents de groupes de la droite classique au sein respectivement de l’Assemblée nationale, du Parlement européen et du Sénat(2)⇓.

« Dans le prochain projet de loi de finances pour 2022, soulignent-ils à juste titre, 11 milliards d’euros supplémentaires – insistons ici sur le mot « supplémentaires » – de crédits ministériels seront déversés dans le tonneau des Danaïdes de la dette. » Après l’addition budgétaire du « quoi qu’il en coûte », que l’on estime de l’ordre de 400 milliards, l’endettement monstrueux de l’État devrait imposer le retour au sérieux budgétaire, ou plutôt de l’avènement d’un respect de nos engagements, jamais tenu depuis 30 ans, depuis qu’un certain Jacques Delors a conçu le traité de Maastricht. Il n’en sera donc rien jusqu’à l’échéance électorale de 2022. Croit-on vraiment que la présidence tournante échue le 1er janvier prochain à M. Macron sera prise au sérieux en Europe ?

Plusieurs exemples peuvent être invoqués des conséquences inéluctables de cette situation explosive. C’était celle de la Quatrième république finissante ou celle des dernières années de l’Ancien Régime.

JG Malliarakis  

Apostilles

  1. cf. « Crise des sous-marins : et si l’Australie avait fait le bon choix ? » par Luc de Barochez
  2. cf. « La France est aujourd’hui l’homme malade de l’Europe »

https://www.insolent.fr/2021/09/la-faute-des-autres.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s