La postmodernité est une révolution conservatrice !

Quel corpus idéologique succédera à la droite ? Affinons notre question : comme jamais la droite ne gagne les élections, sauf en Angleterre, comme elle connaît la défaite depuis plus d’un demi-siècle en Italie, sera-t-elle éliminée à tout jamais des prochains chapitres des livres d’histoire ? Cette question, nombreuses sont les revues les plus autorisées de l’établissement culturel et politique du monde occidental : depuis Foreign Affairs aux États-Unis, très écouté au “département d’État”, en passant par Theory, Culture and Society en Grande-Bretagne, l’une des revues les plus attentives aux phénomènes dits “postmodernes”, jusqu’au Monde Diplomatique de Paris, qui se pose comme l’observateur classique de la gauche en matières de politique internationale.

Le Monde Diplomatique se préoccupe surtout de “la droite à la conquête des âmes”, dont la gauche semble avoir oublié de s’occuper, parce qu’elle se concentre obsessionnellement sur sa propre survie après l’écroulement du marxisme. Cette droite qui inquiète le Monde Diplomatique est une droite dont la vitalité ne se mesure pas tant (ou pas seulement) en termes de suffrages, mais surtout en termes d’adhésions individuelles ou d’élites intellectuelles ou, plus particulièrement, de jeunes. De ce point de vue, la victoire récente des listes de droite lors des dernières élections universitaires italiennes — même si l’on décrète dans les rangs mêmes des droites qu’il ne s’agit que d’un phénomène “qualunquiste”, “quelconque”, purement réactif, dépourvu de signification — je crois, personnellement, qu’il s’agit d’un signal de plus, annonciateur d’une situation en mutation rapide.

Mais ce qui inquiète un bon nombre de politologues de gauche, ce sont les curieuses affinités qui relient la réflexion sur la postmodernité dans son ensemble au mouvement qui s’était développé dans l’Allemagne de la République de Weimar et que l’on appelle la Révolution conservatrice, dont les principaux exposants furent Ernst Jünger, Martin Heidegger et le juriste Carl Schmitt.

Quels sont les indices qui nous permettent de dire que la Révolution conservatrice est de retour ? Goran Dahl, professeur de sociologie à l’Université de Lund en Suède, vient de consacrer un long essai sur cette question dans la revue Theory, Culture and Society. L’un des principaux indices permettant de poser l’analogie “Révolution conservatrice” / “postmodernité” est la valorisation accordée à la technologie, perçue comme l’instrument parfait pour se libérer du “vieil ordre”, ainsi que des classes dirigeantes incapables et corrompues qui l’expriment. Du temps de la Révolution conservatrice, Ernst Jünger avait fait du “Travailleur” le héros des nouvelles technologies destinées à changer le monde. Cette option “technique” avait grandement irrité les proto-nazis (on a trouvé la phrase suivante dans l’une de leurs publications mineures : « Jünger se rapproche de la zone des balles dans la nuque »), tout comme les sociaux-démocrates, désorientés par cette figure d’un “Travailleur” si peu marxiste, plus passionné par la guerre que par l’économie.

Aujourd’hui, à l’âge postmoderne, c’est quelque chose de très semblable qui se passe : la technologie et l’informatique constituent la grande ligne de partage entre ceux qui parient sur les “temps nouveaux” et sont prêts à courir des risques et à se lancer dans l’aventure, d’une part, et ceux qui, à droite mais surtout à gauche, dressent haut la bannière de la “vieille” modernité contre la postmodernité hypertechnologique. Ces partisans conservateurs et frileux de la “vieille modernité” accusent par ex. Internet de tous les maux imaginables : la guerre, l’effondrement de la religion ou la prolifération des religiosités alternatives et irrationnelles, la pédophilie, etc. Mais Internet est surtout utilisé ouvertement comme instrument pour rassembler des informations sur les mouvements affirmant les identités traditionnelles (culturelles, religieuses, nationales) et, de ce fait, proches des principes qu’avait affirmés jadis la Révolution conservatrice.

Les différences contre l’égalitarisme hypocrite

Autre similitude entre postmodernité et Révolution conservatrice, qui a surpris beaucoup de monde : les 2 mouvements d’idées estiment que sont positives et fécondes les “différences” entre les peuples et les cultures, nées sur des territoires précis. Cette position conduit à une rupture voire à un choc frontal tant avec la gauche — qui prône l’universalisme et, en paroles du moins, l’égalité absolue — qu’avec la droite (du temps de la Révolution conservatrice, c’était Hitler) qui est toujours plus ou moins ouvertement raciste et pour laquelle le différent est toujours inférieur. Sur le terrain des “différences”, le réveil de la Révolution conservatrice acquiert une vitalité explosive face à l’égalitarisme hypocrite de la gauche car justement cet égalitarisme a été contesté en premier lieu par les peuples dominés par les empires coloniaux construits sur des fondements issus de l’idéologie progressiste ! Sur cette thématique, la version postmoderne de la Révolution conservatrice est bien vivante, non seulement parce qu’elle s’articule sur les notions dégagées par les principaux philosophes du siècle — de Derrida à Foucault et à Deleuze — mais surtout parce que ses thèses sont celles de tout le discours culturel et politique de l’ère post-coloniale, discours qui est sans doute la part la plus substantielle de la postmodernité.

Par l’effet de la globalisation, marque majeure de notre contemporéanité, cet héritage idéologique post-colonial trouve évidemment des alliés importants. Comme, par ex., Kishore Mahbubani, secrétaire du ministère des affaires étrangères de Singapour, qui se plaignait, dans les colonnes de la revue Foreign Affairs, que les Occidentaux avaient du mal à comprendre que l’Asie pouvait accepter la technologie avancée sans pour autant renoncer à ses propres traditions et à sa propre culture.

L’Occident, selon cet homme politique de Singapour, n’a pas vraiment accepté que « d’autres cultures ou d’autres formes d’organisation sociale pouvaient avoir une égale validité », justement parce que « la croyance en la valeur universelle de ses propres idées peut amener à l’incapacité de reconnaître le principe de la diversité ». La domination à l’ère coloniale de l’idéologie des Lumières et de ses dérivés idéologiques constitue d’ailleurs une thématique à la fois politique et morale que l’on ne peut plus esquiver. Thématique à laquelle un philosophe attentif et sensible comme Salvatore Veca, pour ne donner qu’un exemple, a consacré des réflexions très précises et pertinentes dans son dernier essai, Dell’incertezza (paru chez Feltrinelli). Pour Veca, la (re)-valorisation des différences induit que le lieu, le site, le topos  d’une culture, puis la culture proprement dite ainsi que les traditions enracinées prennent le pas, dans l’ère postmoderne comme dans le corpus doctrinal de la Révolution conservatrice, la place qu’occupait le temps (plus ascétique) dans la modernité, et cela sous l’oripeau de l’idée de progrès, présente depuis le XVIIIe des Lumières jusqu’à nos jours.

Revalorisation du “topos”

Avec la (re)-valorisation du topos, on affirme également ipso facto la centralité de la géopolitique (comme l’a noté l’Allemand Joachim Weber), qui affirme les caractéristiques “organiques” (c’est-à-dire culturelles au sens anthropologique) des nations qui ne sont finalement que fort mal représentées par les ordres juridiques que sont les États classiques, issus des révolutions bourgeoises et aujourd’hui nettement en crise. Cette radicalité “révolutionnaire-conservatrice” se lie non seulement avec les exposants philosophiques de la postmodernité mais aussi avec les autres protagonistes de la pensée scientifique contemporaine tels Paul Feyerabend, dont l’idée centrale est que le savoir n’est jamais universel, mais toujours une “valeur locale, destinée à satisfaire des besoins locaux”, propres de nations, de peuples et de cultures particulières (ou de “tribus”, dirait Michel Maffesoli, autre brillant exposant de cette option particulariste suscitant tant de turbulences).

« Le conservatisme, pour être plus révolutionnaire que n’importe quelle forme d’“illuminisme” positiviste, n’a besoin de rien de plus que d’esprit, et de rien de moins qu’une révolution conservatrice  », écrivait Thomas Mann en 1921. Voilà pourquoi, à l’ère postmoderne, qui est tout à la fois conservatrice et futuriste, on assiste au retour de la Révolution conservatrice, nous assure Goran Dahl. Du reste, on peut observer que cette Révolution conservatrice n’a jamais totalement disparu. Tant Jünger que Heidegger ou Schmitt ont survécu gaillardement à l’effondrement allemand de 1945 et n’ont jamais abandonné leurs idées. Immédiatement après la fin des hostilités, ils ont trouvé des disciples attentifs et des continuateurs féconds. Certes, la “modernité” est restée en selle, du moins officiellement, et continue à nier les différences, à manier sa notion de “progrès”, à imposer son mépris pour tout ce qui est “local”, pour les potentialités de la “terre”. La survivance du corpus des Jünger, Schmitt et Heidegger peut sembler marginale. Mais aujourd’hui, postmodernité et postcolonialisme ont revalorisé les traditions, les différences et les territoires et il me semble beaucoup plus difficile de faire machine arrière, alors que les plus brillants esprits du siècle ont bel et bien participé au mouvement. Mais il est vrai aussi que les tenants actuels du différencialisme sont fort différents de cette “nichée de dragons” qu’avait aimée Stephen Spender dans le Berlin qui basculait dans le nazisme et qu’il a décrite avec un esthétisme complaisant dans Un monde dans le monde. Les tenants contemporains ressemblent au contraire davantage à ces étudiants qui viennent, en Italie, de voter pour les listes de droite lors des élections universitaires. Car, comme nous l’a dit Sergio Ricossa, dans les colonnes d’Il Giornale,  le 27 avril 1997, « ils veulent connaître le monde tel qu’il est ». Ils sont moins romantiques, moins grandiloquents, que leurs prédécesseurs. C’est mieux, car notre siècle en a trop vus, des dragons…

► Claudio Risé, Nouvelles de Synergies Européennes n°30/31, 1997. 

(article paru dans Il Giornale, 6 mai 1997)

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/36

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s