D’une candidature l’autre…

François Floc’h – Billet d’humeur

Il est deux super carburants auxquels roulent nos politiciens et leurs alliés-complices les médias ! Ce sont le mensonge et l’oubli… La propagande mensongère qui truque les faits et l’amnésie qui permet les pires recyclages…

C’est bien pourquoi, il est nécessaire pour les dissidents que nous sommes devenus d’aller toujours aux sources, de relire les textes fondateurs. En cette période pré-électorale, c’est d’autant plus vital !

Revenons donc en 1987, l’année où Jean-Marie Le Pen annonça sa candidature à l’élection présidentielle de 1988. Cette annonce, il la fit à la Trinité-sur-Mer, ce petit port du Morbihan où il vit le jour. Nous y étions, ce 26 avril 1987. Ce fut solennel, fraternel et festif ! Voici son appel dans son intégralité :

« Français, Françaises, j’ai pris la grave décision d’être, l’an prochain, candidat à la présidence de la République. J’ai voulu en faire l’annonce officielle ici, dans cette petite maison bretonne de La Trinité-sur-Mer où je suis né il y a cinquante-huit ans et que je tiens de mon père qui la tenait du sien, au milieu de ceux qui me connaissent mieux que d’autres ; sur cette terre de foi où la civilisation s’est affirmée depuis plus de cinq mille ans ; au bord de cette mer qui fut le domaine et le lieu de travail des miens, symbole, pour tous les hommes, de liberté, de découverte et d’évasion et pour la France de sa grande aventure conquérante et civilisatrice. Moyen, aujourd’hui encore, d’une grandeur retrouvée pour elle et pour l’Europe. 

« Enfant du peuple, pupille de la nation, j’y ai été élevé, par une mère admirable, dans l’amour de Dieu et du pays. J’ai moi-même consacré ma vie à ma famille et à ma patrie que j’ai servie de mon mieux, depuis plus de quarante ans, tant sous ses drapeaux que dans ma vie militante et publique. C’est parce que j’ai la profonde conviction que la patrie est en grand danger et que les Français sont menacés d’être ruinés, submergés et asservis que j’ai décidé de m’engager dans cette bataille décisive pour l’avenir de la France.

« Les partis politiques traditionnels, les institutions elles-mêmes sont incapables ou impuissants à faire échec à ce destin sinistre. Les oligarchies, les factions, les lobbies, nationaux ou étrangers, se disputent le pouvoir et la démocratie n’est plus qu’une façade.

« La crise démographique, l’immigration, l’insécurité, le chômage, l’étatisme bureaucratique et fiscaliste, la dégradation des mœurs sont les signes cliniques d’une décadence mortelle.

« La démocratie, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Il faut donc que le peuple parle, qu’il dise clairement sa volonté et son choix majoritaire et quel est le chef q’il se choisit pour conduire son sursaut et sa renaissance. Encore faut-il, ce qui n’est hélas pas le cas aujourd’hui, qu’il soit clairement et loyalement informé des questions auxquelles il doit répondre.

« C’est pour l’y aider que je serai candidat et ferai campagne tout au long de cette année.

« Après tant de désillusions et de revers, je sais que les Français dans leur majorité aspirent à l’ordre, au travail, à la concorde dont ils ont le goût et l’instinct, comme en témoignent les succès croissants du Mouvement national que j’anime. C’est cette majorité nationale et morale que je vais, avec votre aide, m’efforcer de rassembler. Je le ferai avec la volonté d’agir contre le chômage, contre la crise économique et contre les socialismes qui les ont engendrés ; avec celle aussi de remettre à l’honneur la foi patriotique à partir de la famille et de l’école : d’exalter les valeurs les plus sacrées, et enfin d’œuvrer au renforcement de notre sécurité par l’union des patries de l’Europe et leur défense commune.

« Ma déclaration de candidature est une déclaration d’intention et de volonté. C’est une déclaration de guerre à la décadence, au renoncement, à la désinformation, mais aussi à la misère et aux injustices sociales et nationales dont souffrent dans leur pays trop de nos compatriotes. Mais c’est aussi une déclaration d’amour à la France et aux Français et d’abord aux plus malheureux, aux plus déshérités d’entre eux.

« Homme de foi, je crois avec passion que le déclin n’est pas inéluctable et qu’il y a pour la France un avenir d’espoir, pour peu que chacune et chacun de vous, Français, en fasse son affaire, car c’est son affaire.

« Aidons-nous et, j’en suis sûr, Dieu nous aidera ! »

On sent là, un souffle, une foi, une espérance. Une grande vague va-t-elle se lever ? Au Mont Saint-Michel, le 3 novembre suivant, Jean-Marie Le Pen nous montre encore la voie :

« Je suis de ceux qui ont une haute opinion de la politique, non pas de celle qui est, de celle qui devrait être. Elle est un art, une science, un sacerdoce […] J’ai confiance dans l’instinct de notre peuple pour, à l’instar de saint Michel, combattre les démons du renoncement, du déclin, de la décadence, de la servitude. »

En 2021, 34 ans après, le 12 septembre dernier c’est la candidate CDI qui a annoncé sa candidature. Elle l’a fait à Fréjus, chez l’un des mousquetaires de sa garde rapprochée. Pour parodier le regretté François Brigneau, osons dire que la « juteuse épicière pas chère » y a tenté une nouvelle opération commerciale. Après avoir repeint la devanture de son magasin, exclu quelques vendeurs méritants, elle a commencé à changer les étiquettes des boites de conserve, à modifier les dates de péremption et même à baisser quelques prix. Pour s’attirer quelques nouveaux clients ?

Hélas, toutes ces petites recettes ne permettront pas de mettre en péril le supermarché voisin tenu d’une main ferme par le grossiste Emmanuel !

Le chaland attend mieux que cela : un soleil qui réchauffe le cœur, un grand vent d’espoir qui chasse les miasmes accumulés depuis si longtemps par nos politiciens… Une espérance nouvelle ?

Alors, laissons notre cœur s’envoler avec le poète assassiné… 

[…]
Mon pays m’a fait mal par ses fables d’esclave,
Par ses bourreaux d’hier et par ceux d’aujourd’hui,
Mon pays m’a fait mal par le sang qui le lave,
Mon pays me fait mal. Quand sera-t-il guéri ?

Note : Je connais celui qui avait imaginé le slogan et créé (sans PAO) l’affichette ci-dessus. Il me l’a dit, il en est très fier !

http://synthesenationale.hautetfort.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s