Trésors publics : le secret pour se faire un petit patrimoine ! 

img-20210916-wa0010-845x475-1

Ce samedi et ce dimanche reviennent les traditionnelles Journées du patrimoine, avec leur cortège de rencontres insolites, de visites passionnées, d’ouvertures exceptionnelles ou de portes ouvertes, offrant à un public toujours plus assoiffé de découvertes un voyage passionné dans ce qui fait la France : sa collection exceptionnelle et vivante de monuments témoins de sa grande histoire.

Un  que nous envie le monde entier et qui s’étale sous nos yeux et sous nos pieds, mais qui peut aussi parfois, comme une madeleine de Proust, s’installer dans nos maisons, éveiller nos souvenirs et nos sens, devenir miniature pour se glisser dans la poche… C’est à cette visite buissonnière que Boulevard Voltaire vous invite, cette année !

Pour réaliser ce voyage, deux manières s’offrent à vous :

La première vous invite à Nice, dans le vieux quartier aux ruelles grouillantes et colorées qui descendent des hauteurs pour plonger dans l’azur ; quittant la place devant la cathédrale, un peu étourdi de se croire en Italie, une boutique vous ouvre ses portes, où tout exhale la France et son parfum d’enfance. Trésors publics – c’est son nom – ne fait pas qu’ajouter à la mode du made in France, colorant de tricolore des produits sortis des mains usées de pauvres enfants d’Asie. Ici, tout est vrai, authentique, national et français ! Sous chaque article qui déborde des étagères boisées façon boutique ancienne, maison de  ou salle de classe, une étiquette en forme de carte de France indiquant à la fois un prix, qu’on aimerait régler en francs (très en dessous des tarifs du Trésor public, tout aussi français mais bien moins populaire !), et la région d’origine du trésor à saisir : petit Opinel, verre Duralex, Petit Baigneur, bol à oreilles, sucette Pierrot, bonbon Cachou, béret basque, moutarde de Dijon… Il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges ! Et dans ce musée vivant où tout se vend, l’on se surprend à ouvrir le pot de colle Cléopâtre pour ressentir l’odeur inimitable de nos rentrées en culottes courtes… « Garde toujours dans ta main la main de l’enfant que tu as été », nous enseigne Cervantes. C’est à ces retrouvailles que nous invitent Trésors publics et son duo de créateurs, sympathiquement campés derrière leur comptoir et capables de vous emporter dans le  des lieux d’origine de chaque article de leur grenier fantastique.

Mais si Nice et sa Méditerranée vous semblent un peu loin, il reste une autre manière de visiter ce patrimoine d’une France bonne vivante et bien réelle, à emporter avec soi : la boutique en ligne vous permettra de flâner au milieu de cette France qui sent bon le passé, mais aussi l’éternité. Une France qui n’oublie rien de son espièglerie, de ses racines, de ses terroirs, de ses savoir-faire, de son art de vivre et de ses souvenirs. Un patrimoine qu’il nous revient de préserver, d’aimer, de savourer, de faire revivre et de transmettre. Surtout, et enfin, afin de ne pas lâcher, comme la main de l’enfant que l’on a été !

Iris Bridier

https://www.bvoltaire.fr/tresors-publics-le-secret-pour-se-faire-un-petit-patrimoine/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s