Jean Bourdier : « Le combat culturel est pour nous une guerre de libération » 

Journaliste et écrivain, de formation maurrassienne, membre fondateur du Front National, jean Bourdier a été rédacteur en chef de « Minute », de « National Hebdo » – dont il a été aussi éditorialiste – et membre fondateur du défunt mensuel « Le Choc du mois ». Nous l’avons rencontré pour nous entretenir avec lui de l’importance du combat culturel dans la prise du pouvoir politique.

Le « politique d’abord » cher à Maurras ne s’oppose-t-il pas au nécessaire combat culturel ?

J.B.: Je pense que, si le « politique d’abord » garde toute sa valeur et tout son sens, le combat culturel est inclus dans le combat politique. Maurras et L’Action française ont toujours d’ailleurs agi conformément à ce principe, ainsi qu’en témoignent, entre autres, leurs campagnes pour la reconquête de l’Université française et pour un enseignement de l’histoire plus conforme à la vérité que celui emprunté à Michelet par les « hussards noirs de la République ».

Or, si l’on part du principe que le combat culturel représente une des formes obligées du combat politique, la question de la primauté cesse de se poser. Elle est simplement à remplacer par la question de la « priorité » et là, la réponse ne peut être dictée que par les circonstances; on ne parle plus stratégie, mais tactique. Une remarque s’impose quand même : le monde culturel est beaucoup plus gangrené qu’il ne l’était avant la deuxième guerre mondiale – on voit, par exemple, des remises en cause qui n’auraient pu être envisagées dans les années vingt ou trente et l’on assiste souvent, de la part de prétendues élites politiques ou littéraires, à une capitulation en rase campagne consistant à accepter les postulats mis en place par les adversaires de la société et de la civilisation françaises. Cela suffit à nous confirmer que la bataille culturelle est un combat de première ligne.

Comment définissez-vous la notion de « pouvoir culturel » ?

J.B.: Je n’aime pas beaucoup ce terme de « pouvoir culturel » qui a, pour moi, une déplaisante consonance totalitaire, hitlérienne ou stalinienne, ce qui à mes yeux revient strictement au même. Il ne faut pas oublier que, pour nous, le combat culturel est avant tout une guerre de libération. Nous devons débarrasser la France de toutes les charges piégées déposées par l’adversaire, éliminer le conformisme freudo-marxiste qui s’est imposé dans notre pays et permettre aux voix françaises de s’exprimer librement dans la presse comme dans l’édition, au cinéma comme à la radio et à la télévision. Mais il ne s’agit pas de remplacer une dictature intellectuelle par une autre ou même un confort intellectuel par un autre. S’il est un domaine où le principe « le moins d’État possible » est valable, c’est bien celui de la culture. Si, par le plus grand des hasards, on me créditait du pouvoir absolu en France, l’un de mes premiers soins serait de supprimer le ministère de la Culture avec son cortège d’arbitraire, de copinage, de gabegie et subventions abusives. Les seuls devoirs de l’État en ce domaine sont l’entretien du patrimoine national – ce qui est déjà une lourde tâche si on veut l’accomplir sérieusement – et la défense de notre langue et de notre civilisation dans les organismes d’enseignement ou d’information dépendant de lui. Ainsi, par exemple, l’État pourrait et devrait obliger les journalistes des chaînes de télévision qui lui appartiennent à parler français. En revanche, il n’a pas à financer des pièces ou des troupes de théâtre « d’avant-garde », à avancer de l’argent – jamais remboursé – à des producteurs de cinéma sans spectateurs ou à subventionner de pseudo-organisations antiracistes. Au lieu d’un ministère de la Culture, les Britanniques ont un secrétariat à l’Héritage, titre que je trouve assez joli mais je crois qu’un service du ministère de l’Éducation nationale ferait aussi bien l’affaire. La France n’a pas besoin d’un Dr Goebbels. Le « pouvoir culturel », si l’on doit employer cette expression, ne peut être que le résultat d’un consensus. Si l’on débarrassait simplement le terrain des farceurs et des agents de propagande, il ne tarderait pas, le bon sens des Français aidant, à exister.

La prise du pouvoir politique peut donc se faire sans avoir préalablement repris le pouvoir culturel ?

J.B.: Bien sûr, Hitler, dont il ne faut pas oublier qu’il est arrivé initialement au pouvoir à travers des élections, en est un exemple frappant. Le pouvoir culturel était totalement entre les mains de la République de Weimar, et cela n’a strictement rien empêché.

Où en est notre camp dans la prise en compte du combat culturel ?

J.B.: S’il y avait une recette miracle, je serais ravi de vous la donner. On ne peut, à cet égard, que prêcher les vertus classiques que sont le courage et la persévérance. Mais il faudrait aussi qu’au sein du camp auquel nous appartenons – ce camp qui est simplement celui de la France – plus de gens se rendent compte de l’importance de l’action culturelle et lui apportent un beaucoup plus grand soutien, entre autres financier. il faut des journaux, des maisons d’édition, des radios et des écoles et, pour cela, il faut de l’argent, beaucoup d’argent.

On peut donc parler d’une guerre culturelle ?

J.B. : II s’agit moins hélas d’une guerre culturelle que d’un terrorisme intellectuel. Le but de l’adversaire était de nous interdire l’accès aux moyens d’expression capables de toucher le grand public, et force est de reconnaître que, la lâcheté ambiante aidant, il y est largement parvenu.

Comment va évoluer cette guerre culturelIe ?

J.B.: Elle ne peut que s’intensifier et prendre l’aspect d’une guerre totale. La guerre totale est ce qui se produit habituellement lorsque ce ne sont pas non seulement deux États qui s’affrontent, mais deux visions du monde. Or, c’est bien ce qui se produit actuellement. L’affrontement de la pensée nationaliste et de la pensée mondialiste, de la pensée traditionnelle et de la pensée pseudo-progressiste se traduit immédiatement en termes de guerre culturelle.

Il n’y a donc aucune haine dans vos propos ?

J.B. : Bien sûr que non. Les autres cultures sont, au contraire, des alliées naturelles. Elles sont d’ailleurs comme la nôtre, menacées et en état de lutte pour leur survie. L’ennemi, ce ne sont pas les autres cultures, c’est ce qui tend à les détruire toutes, pour arriver à l’avènement d’un monde uniforme, sans relief, sans saveur et où l’on ne verra plus une idée dépasser.

Comment voyez-vous évoluer la situation ?

J.B. : Là encore, ce n’est pas l’Amérique qui est un adversaire. C’est une certaine mégalomanie dictatoriale américaine – et ce sont surtout les « américanolâtres » qui hantent nos vieux pays d’Europe, et voudraient nous transformer en caricature d’une société aux puissants moyens industriels mais à l’identité intellectuelle terriblement fragile. Sur le plan littéraire et artistique, par exemple, les États-Unis sont restés – avec des résultats parfois brillants une colonie anglaise jusqu’à l’orée du XXe siècle. ils ont ensuite connu un essor culturel qui leur était beaucoup plus propre. Puis, à partir des années soixante et soixante-dix, on a commencé à assister à une terrible régression traduite de façon frappante par une destruction du langage. il est amusant de constater que c’est au moment où des américanismes douteux, souvent relayés par des publicitaires analphabètes, menacent notre langue, que celle de notre agresseur est en passe de se dévoyer au point de disparaître. De même, c’est au moment où, de Bush à Clinton, les États-Unis tendent à se vouloir le gendarme du monde et l’incarnation du « nouvel ordre mondial » qu’ils se trouvent directement menacés de perdre leur identité nationale, après avoir perdu leur identité culturelle. L’Histoire a souvent de cruelles ironies.

Propos recueillis par François Delancourt : Français d’abord! – 2′ quinzaine mai 2000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s