Les quatre conditions de la victoire de Zemmour

Eric Zemmour peut battre Macron, et ce pour une raison très simple et très forte : ainsi que le montrent les sondages, la majorité des Français, et ce depuis au moins deux décennies, ont des idées nettement marquées à droite. Si l’on se fonde par exemple sur le sondage annuel intitulé “Fractures françaises”, les Français dans une proportion de 60 à 70 % pensent que “la France est en déclin”, qu’en France “c’était mieux avant”,  qu’on “ne se sent plus chez soi comme avant” et qu’on a “besoin d’un vrai chef pour remettre de l’ordre”. Dit autrement, le programme d’Eric Zemmour – mettre fin à l’invasion migratoire et rétablir la loi française sur tout le territoire – correspond très exactement aux analyses et aux aspirations de la grande majorité des Français.

C’est pourtant Macron qui a été élu il y a quatre ans, alors qu’il incarne la politique inverse de ces sentiments majoritaires, libérale-libertaire, progressiste, mondialiste et immigrationniste, En 2017 en effet, aucun candidat n’avait été capable de susciter l’adhésion de la majorité des Français qui sont de droite. Sarkozy y était parvenu en 2007 en tenant un discours fortement droitier qui avait réussi à attirer les électeurs du FN. Il  a logiquement perdu cinq ans plus tard après avoir trahi chacune de ses promesses. 

Aujourd’hui Marine le Pen ne peut recueillir l’adhésion des électeurs LR car chacun a compris désormais qu’elle présente des carences majeures sur les différents plans de la compétence technique, de l’envergure intellectuelle et de l’équilibre comportemental. Symétriquement les candidats LR ne peuvent convaincre aucun électeur du RN, car tous ont bien conscience de ce que cette fausse droite hypocrite ne retrouve des accents droitiers qu’à l’approche des scrutins. Dans ces conditions le scénario de 2017 risque fort de se reproduire : un duel Macron-Le Pen au second tour, suivi d’une large victoire du président sortant. Tel est le plan d’E. Macron bien sûr. Or Eric Zemmour peut le bouleverser et battre Macron et il est le seul à pouvoir le faire : il peut en effet tout à la fois réunir de nombreux électeurs de droite, rallier une partie de ceux du RN et mobiliser une partie des abstentionnistes au profil “gilets jaunes”.

Pour devancer au premier tour Marine le Pen et le candidat de la fausse droite LR, Eric Zemmour devra, cela va sans dire, obtenir les parrainages nécessaires, réunir les financements, s’entourer d’une équipe efficace et mettre au point un programme. Sur ce dernier point E. Zemmour a d’ores-et-déjà laissé entendre qu’il n’aurait qu’une priorité : arrêter l’invasion migratoire, afin que les Français puissent redevenir maîtres chez eux et y conserver leur identité et leur civilisation. Il a raison : là est le sujet vital et toutes les forces doivent être concentrées sur cet objectif. En outre, en mettant fin à l’invasion migratoire, on améliorera par là-même la situation dans un grand nombre de domaines, qu’il s’agisse de la sécurité, de l’accès au logement, de la dégradation de nombreux services publics, ou de la détérioration des comptes publics. Le programme d’Eric Zemmour traitera bien entendu des différents registres de la politique publique, l’économie, le social, l’Europe ou l’écologie : mais ce n’est pas sur ces sujets qu’il pourra l’emporter.

Pour gagner il lui faudra répondre aux interrogations et surmonter les préventions et les craintes sur quatre points décisifs : 

Beaucoup de gens vont penser, y compris au sein de son électorat potentiel, que “son programme est de toute façon inapplicable”. L’enjeu sera donc de montrer qu’il est techniquement et matériellement possible de mettre fin à l’invasion migratoire et d’opérer une remigration significative. 

Ses adversaires le répéteront également sans relâche : “Si le programme de Zemmour est appliqué, ce sera le chaos et le bain de sang”.  Il faudra démontrer qu’il est au contraire  tout à fait possible de mettre en œuvre un processus maîtrisé d’arrêt de l’invasion.

Le programme de Zemmour est fondé sur la haine et le mépris des droits de l’homme”. Ce sera le troisième argument majeur des adversaires de Zemmour et il risque de troubler une partie de ses électeurs potentiels. Il faudra faire comprendre qu’une politique d’arrêt de l’invasion ne sera en rien contraire aux droits humains dont se réclame la civilisation française et européenne. 

Quatrième obstacle à franchir : de nombreux Français conscients de la catastrophe qu’est l’immigration préfèrent pourtant continuer à apporter leur appui à la classe dirigeante et à son représentant du moment E. Macron, espérant ainsi le maintien d’un certain statu quo. Il faudra expliquer pourquoi la préférence pour le court terme et le statu quo ne peut constituer une option valable.

Nous reviendrons sur chacun de ces quatre enjeux au cours des semaines qui viennent.

Voir également ces chroniques :

Pourquoi Zemmour peut battre Macron

Comment décider les Français de souche à voter pour un pouvoir fort

Les Français de souche face à l’hypothèse d’un pouvoir fort : entre refoulement et rejet

https://leblogdepaysansavoyard.wordpress.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s