KABOUL EST L’HEURE DE VÉRITÉ DES DÉMOCRATES AMÉRICAINS, SINON DE LA DÉMOCRATIE !

lafureurdebraire-768x342-1

Pour parler le langage d’Audiard, les citoyens ne seraient-ils que des “caves”, les militaires que des “canards sauvages”, et les politiciens que des “malfaisants” ? Le choeur de la bienpensance hurle au complot dès que ce genre d’hypothèse se pointe dans les esprits, mais si le complot est difficile à établir, le soupçon, lui, s’enfle à vue d’oeil. La politique américaine et sa lecture à travers nos médias justifie plus qu’un doute sur la capacité des gouvernants à servir l’intérêt supérieur des nations qu’ils conduisent et sur la qualité des informations qui sont diffusées. Les Chefs d’Etat et de gouvernement, ceux qui sont élus par leurs peuples d’une manière relativement transparente dans nos “démocraties” en particulier, sont-ils moralement et intellectuellement à la hauteur des enjeux ?

Les commentateurs, spécialistes et journalistes ont-ils l’honnêteté et la compétence qui garantiraient un véritable “faire-savoir” sur le “savoir-faire” des dirigeants ? Le récent désastre afghan permet hélas de répondre à ces questions. La plus puissante démocratie du monde est conduite par des hommes politiques incapables de maîtriser les problèmes auxquels leur pays se heurte. Cette évidence de plus en plus criante est voilée par des communicants dont la clairvoyance et la responsabilité sont manifestement altérées soit par idéologie, soit par intérêt professionnel, les deux n’étant pas exclusifs l’un de l’autre.

On a quelques exemples de l’ignorance des présidents américains. Ainsi Georges W. Bush apprenant que l’Irak comptait une majorité de chiites répondit qu’il croyait que tous les Irakiens étaient musulmans. Un homme, ayant le pouvoir de déclencher l’invasion d’un pays par son armée et de le faire occuper en peu de temps après l’avoir militairement écrasé, n’avait de celui-ci qu’une vision approximative sans doute dominée par sa production pétrolière. Si on ajoute à cela la confusion aberrante entre le régime nationaliste de Saddam Hussein et les islamistes d’Al-Qaïda, et l’invention “d’armes de destruction massive” bactériologique et chimique pour justifier cette action contraire au droit international  et plus encore au bon sens, on est atterré par l’incompétence et l’insuffisance dangereuses de tels hommes d’Etat. S’agissait-il d’une exception malheureuse produite par une élection ratée de justesse par le “bon candidat”, Al-Gore, battu de 537 voix en Floride alors qu’il avait obtenu le vote d’une majorité d’électeurs sur l’ensemble des Etats-Unis ? Une élection bancale, un vainqueur faiblard, et brusquement renforcé par la catastrophe du 11/09 avec le réveil patriote qu’elle entraîne. Après le grand Kennedy, au mandat prématurément terminé,  l’immense Obama reprenait le flambeau des présidents démocrates encensés par la presse progressiste américaine et par nos médias.

Or, en y regardant de plus près, on se rend compte que le “tropisme démocrate” de “l’information” en France relève du parti pris systématique. Certes, comme le disait récemment le Pape en attribuant à tort les propos de Vladimir Poutine à Angela Merkel, il ne faut pas imposer de force la démocratie à des pays dont les moeurs et la religion de s’y prêtent guère, mais n’était-il pas légitime que les Etats-Unis empêchassent l’installation d’une dictature communiste prosoviétique au large de la Floride ? Une opération avait été montée par la CIA d’Allen Dulles, auteur de plusieurs succès en matière de renversement de régimes hostiles, en Iran ou en Amérique latine, sous la présidence républicaine d’Eisenhower. En parvenant à la Maison Blanche, Kennedy héritait du projet d’un débarquement anticastriste sur les côtes cubaines. Au lieu d’y mettre un terme, il le laissa commencer mais s’opposa à l’intervention de l’aviation indispensable à sa réussite. Les “libérateurs” furent écrasés, emprisonnés ou fusillés, l’Amérique vaincue et humiliée à quelques encablures de chez elle. Le castrisme est toujours au pouvoir à La Havane. Il a projeté des métastases au Venézuela, en Bolivie, au Nicaragua et a  suscité une mythologie aussi stupide que néfaste dans la jeunesse occidentale. Plus encore, il a failli être à l’origine de la IIIe guerre mondiale lorsque Kennedy s’est opposé à l’installation des fusées soviétiques pointées vers les Etats-Unis sur l’île de Cuba. Velléités, demi-mesures, indécision : étaient-ce là les marques du jeune génie politique que nos journalistes ont fait entrer dans la légende, en oubliant que c’est lui qui avait commencé la désastreuse escalade de la guerre du Viet-Nam… ?

Trop souvent, on ignore en France les fautes des présidents démocrates alors que la comparaison avec les Républicains est plutôt avantageuse pour ces derniers. Après Kennedy, Nixon a été un des meilleurs présidents américains qui a préparé le désengagement du Viet-Nam, favorisé le divorce entre Pékin et Moscou, et assuré la domination du dollar sur le monde avec la fin de la convertibilité. Ces décisions n’étaient pas forcément bonnes pour les Européens, elles l’étaient pour l’Amérique. Mais notre presse s’est enthousiasmée pour la mise à mort politique de Nixon provoquée par une sombre affaire découverte par des journalistes et qui n’entachait en rien le bilan positif de ce grand président. Les conséquences furent sans mesure avec le “Watergate” : la démission de Nixon, l’arrivée du canard boiteux Gérald Ford, la fin des crédits pour la guerre au Viet-Nam imposée par la majorité démocrate, l’effondrement de l’armée vietnamienne, abandonnée à son sort comme tous ceux qui, fuyant la dictature communiste, deviendront des “boat-peoples”.  Privée de soutien et de moyens, elle s’est battue, souvent courageusement, avant le désastre de Saïgon que celui de Kaboul rappelle en pire. Carter fut élu et laissa tomber l’Iran aux mains des Ayatollahs : ce fut la première victoire islamiste, couronnée par le désastre de l’opération de libération des otages de l’Ambassade américaine de Téhéran : des hélicoptères en panne, un C-130 percuté par l’un d’eux, huit morts américains, l’opération manquée, l’Amérique humiliée une nouvelle fois. Pendant ce temps, son ambassadeur en Afghanistan était enlevé et assassiné. Manquant de grandeur et de dignité, elle expulsait le Shah d’Iran atteint d’un cancer. Bon, Carter était mauvais, mais Obama fut-il un grand président ? Sa politique étrangère est une série d’erreurs funestes : il a systématisé la préférence américaine pour les islamistes contre les nationalistes arabes et les dictatures militaires. L’installation d’une démocratie à l’occidentale en Afghanistan ou en Irak était le rêve fumeux de Bush junior, Obama s’est cru plus malin en encourageant la révolution islamiste appelée “printemps arabe” parce qu’il imaginait qu’un courant de “démocratie musulmane” allait prendre la relève des dictatures comme la démocratie chrétienne avait en Europe succédé au fascisme et au nazisme. Cette vision simpliste déconnectée du réel a conduit dans le meilleur des cas au retour des dictatures, et dans le pire aux désastres syrien et libyen si lourds de conséquences pour les peuples, pour leurs voisins et pour l’Europe. En Libye aussi, l’Amérique fut humiliée par l’assassinat de son ambassadeur. Enfin, le retrait prématuré d’Irak permit l’Etat islamique.

La conclusion s’impose lorsqu’on voit Biden succéder à Trump avec une majorité démocrate dans les deux chambres du Congrès. Ainsi le chouchou de nos médias et de la presse américaine est cette nullité dépassée par les événements qui ne trouve comme excuse que la nécessité de poursuivre la politique de l’administration précédente. Qui peut imaginer que le très patriote Trump réélu pour la seconde et dernière fois aurait laissé l’Amérique impunément humiliée comme elle vient de l’être ? Elle ne l’avait pas été durant son mandat malgré les quolibets et les ricanements imbéciles des commentateurs. Cette répétition de l’histoire doit au moins nous servir d’enseignement : peut-on nourrir la moindre confiance envers des médias qui ont célébré la libération de Phnom-Penh par les Khmers rouges et pleurent aujourd’hui sur le sort des femmes abandonnées au régime taliban, comme cette “Sara” procureure à Kaboul, désormais cloîtrée chez elle et livrée à la peur ?

https://www.christianvanneste.fr/2021/09/01/kaboul-est-lheure-de-verite-des-democrates-americains-sinon-de-la-democratie/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s