Les ombres de la surveillance de masse et l’ère des régimes éternels

Emanuel Pietrobon

Ex: https://it.insideover.com/societa/le-ombre-del-controllo-permanente-e-dei-regimi-eterni-sul-futuro-del-mondo.html

L’avenir (in)évitable du monde semble être celui de la surveillance de masse. Un avenir auquel personne ne pourra échapper, car les microphones et les caméras seront partout, et qui changera radicalement l’histoire de l’humanité, peut-être pour toujours. Car ce futur, qui se matérialise progressivement sous nos yeux, ne rencontrant que peu ou pas de résistance de la part des Humains, pourrait être le début d’une nouvelle ère: l’ère des régimes éternels.

Il n’y a pas de retour en arrière possible en matière de surveillance

L’avenir du monde est illibéral, que nous l’acceptions ou non, et par illibéral nous n’entendons pas un avenir dominé par les populismes de droite de mémoire trumpienne, mais un avenir dominé, précisément, par la réduction des libertés individuelles. Un avenir dominé, en somme, par des régimes politiques qui commettent des actes liberticides sous prétexte de protéger les libertés de la collectivité.

Ces manoeuvres liberticides seront acceptées par les masses, qui les accueilleront comme les Troyens en leur temps ont ouvert les portes au Cheval d’Ulysse, et cela pour trois raisons: ils seront intoxiqués par les pluies torrentielles issues des clouds du biopouvoir – des psyops créés pour tromper l’opinion publique -, ils seront assommés par les effets soporifiques de l’hypnopédie et du soma – toute référence à Aldous Huxley est purement intentionnelle – et ils seront empêchés de se rebeller contre les abus de la techno-tyrannie parce qu’ils sont contrôlés en permanence par Big Brother.

Les plus sceptiques pourront taxer ce scénario d’irréalisme et de pessimisme anthropologique, le croyant entaché d’une fascination pour la dystopie apocalyptique, mais leurs convictions ne peuvent et ne veulent pas altérer la réalité des faits. Et la réalité des faits, c’est-à-dire le cours des événements, suggère que le monde se dirige depuis un certain temps déjà vers le destin du contrôle permanent. Edward Snowden, Yuval Harari et Jean-Luc Mélenchon, trois personnalités très différentes qui, après avoir observé de près le dégagement de la surveillance de masse et la répression de la dissidence pendant la pandémie, nous ont récemment mis en garde contre cette dérive, invitant les citoyens ordinaires à prendre acte de l’émergence progressive de nouveaux totalitarismes.

Vers la montée des régimes éternels ?

Les régimes de contrôle permanent, qu’ils soient occidentaux ou basés dans le reste du monde, ont certaines particularités en commun. La plus importante, sans aucun doute, est liée à leur raison d’être: ils sont créés pour satisfaire des objectifs extemporanés – de la lutte contre le terrorisme à la lutte contre une pandémie – et, une fois l’urgence passée, ils sont maintenus intacts sous réserve de leur utilité pour la sécurité publique et le bien-être collectif. Et ceux qui s’opposent à une mesure destinée à protéger la collectivité ne peuvent, à l’évidence, qu’être nuisibles, qu’ils soient porteurs de sombres secrets, qu’ils soient poursuivis (et poursuivables) au nom de la présomption de culpabilité.

Les régimes éternels sont déjà là, bien que peu l’aient remarqué. Ils sont très répandus, présents sur toutes les masses continentales et régissent un nombre croissant d’États-nations. Ce sont les régimes politiques qui emploient des contrôleurs de réseau – Google, Facebook, Twitter, YouTube et similaires – pour faire taire les dissidents, en les dé-plaçant. Qui, à la fin d’une crise, normalisent l’extraordinaire exceptionnel – constitué de caméras intelligentes pour la reconnaissance faciale, de drones pour le contrôle territorial et de suivi illégal des téléphones portables – en persuadant les citoyens de la bonté et du caractère inévitable de la « nouvelle normalité ». Qui réécrivent le passé en renversant les statues et en réécrivant les livres, et qui dominent le présent en imposant des outils orwelliens tels que la psychoréalité, la bisexualité, la bien-pensance, le néo-langage et les moments de haine. Et qui, enfin et surtout, introduisent des états policiers et des formes d’euthanasie de la pensée et de la créativité, comme le système de crédit social, sous couvert de concordia civium murus urbium.

Les régimes éternels sont donc déjà là, et ils sont tels parce qu’ils sont incroyablement capables de légitimer leur existence aux yeux des masses et de réprimer la dissidence par une surveillance omniprésente et la stratégie éternelle de la polarisation induite – les poches d’opposition, au-delà de leur danger réel, sont isolés et suscitent la haine de la majorité manipulée par la propagande – possèdent les capacités régénératrices de l’Hydre de Lerne – dont ils partagent également la toxicité, le génie malin et la propension à tromper.

Les implications de l’éternisation des régimes politiques

Nous sommes à l’ère des guerres hybrides et sans limites, où tout est ou peut être une arme: des organisations non gouvernementales qui peuvent endoctriner la population de leur rival aux multinationales qui peuvent coloniser des secteurs productifs entiers, des pirates informatiques qui peuvent faire s’effondrer des infrastructures critiques telles que des hôpitaux et des centrales électriques, et des médias, tant nouveaux que traditionnels, qui peuvent diviser les sociétés jusqu’à la guerre civile.

La lente montée en puissance des régimes éternels est cependant destinée à modifier profondément cette façon de faire la guerre et à changer le concept même des relations internationales. Parce qu’un régime éternel, par définition, exerce un contrôle total et omniprésent sur tout ce qui concerne l’État, et est potentiellement capable de se régénérer, et de progresser avec l’âge sans sombrer dans la démence sénile, grâce à l’utilisation de la surveillance de masse. Une surveillance qui dote la classe dirigeante d’un large éventail de pouvoirs, dont la répression préventive des soulèvements populaires, la transformation des opposants en lilliputiens, en Emmanuel Goldstein, et la réduction significative des marges de manœuvre des cinquièmes colonnes.

Ces pouvoirs découlent de l’expansion sans précédent d’une nouvelle forme de surveillance – miniaturisée parce qu’elle est introduite dans les foyers et dûment fixée parce qu’elle peut être projetée partout, des places aux gares -, rendue possible par le progrès technologique et emblématisée par l’expansion des télécaméras intelligentes, le dronage du ciel à des fins policières et la dépendance croissante des gens à l’Internet des objets et du corps.

L’histoire décidera de récompenser ou de condamner cette prédiction qui, si elle se réalise un jour, pourrait annoncer le début d’une ère de confrontations hégémoniques longues et économiquement inconfortables parce qu’elles opposeront des puissances dotées d’un pouvoir thaumaturgique d’auto-guérison. Des puissances éternelles telles que l’Eurasie, l’Eastasie et l’Océanie. Des puissances dont l’existence nous semble être une fiction irréalisable, mais qui existent, aujourd’hui encore, et qui, entre une urgence et une autre, transforment lentement leurs rêves de vie éternelle en réalité.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/08/20/les-ombres-de-la-surveillance-de-masse-et-des-regimes-eterne-6333054.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s