L’EFFONDREMENT DE BIDEN RÉHABILITE TRUMP ET ACCUSE L’OLIGARCHIE MÉDIATIQUE !

trumpillon-768x342-1

Certes, on ne doit pas tirer sur une ambulance, mais doit-on la laisser fuir quel que soit le malade qu’elle transporte ? Celle sur laquelle il faut tirer sans retenue contient beaucoup de monde. Son passager le plus visible est le personnage dont on dit qu’il est le plus puissant du monde, Joseph Robinette Biden Jr., dit Joe Biden, 46e Président des Etats-Unis.

Les mots manquent pour qualifier ce personnage qui se liquéfie à vue d’oeil sur la scène internationale : lamentable, quand il prétendait accomplir la politique de son prédécesseur, et en achever le processus le 31 Août, alors que les événements, la victoire-éclair des Talibans et le retrait de la présence occidentale dans les limites de l’aéroport de Kaboul le dépassaient totalement ; pitoyable, lorsqu’il doit annoncer la mort de 13 “marines” victimes d’un attentat, et qu’il pense partager la douleur des parents en évoquant la mort de son fils à la suite d’un cancer au cerveau, comme s’il n’était pas avant tout le responsable du chaos qui a coûté la vie de ces soldats ; grotesque, quand il brandit la menace d’une punition à l’encontre des auteurs de la tuerie aux abords de l’aéroport, sans prendre conscience que tous les terroristes du monde doivent rire de cet homme ridicule qui a laissé la première puissance mondiale se faire humilier par une de leurs sectes sans même réagir ; minable et détestable à la fois lorsqu’il affirme que les Talibans et les Etats-Unis ont le même ennemi, l’Etat islamique, comme si ce n’était pas le même totalitarisme qui les guidait, avec lequel une démocratie digne de ce nom n’a rien à partager.

Le laïus de Biden est un festival : impuissant, ignorant, indécent, cet homme évoque la décision de son prédécesseur comme cause du désastre, se réfère à la communauté du renseignement américain qui a été cependant totalement défaillante, glorifie les “héros” américains qu’il a exposés à la mort par sa stupidité. On ne peut que songer au procès constant qu’a subi Donald Trump pendant les quatre ans de son mandat, la démolition systématique entreprise contre lui par les grands médias de la bienpensance internationale, les tentatives “d’impeachment” d’une opposition démocrate vindicative et qui se sont toutes dégonflées parce qu’elle étaient dénuées de fondement. Donald Trump voulait que les Etats-Unis cessent leur politique de croisade démocratique et de construction de nations, mais il n’a jamais cessé de brandir une menace réelle contre les ennemis de l’Amérique. Ceux-ci savaient qu’il n’hésiterait pas à la mettre en oeuvre comme il l’avait fait en Syrie, ou en Irak, en faisant exécuter le chef de l’Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi ou celui d’Al Qods, le général Qassem Soleimani. Les Américains avaient évidemment les moyens d’enrayer l’avancée des Talibans, et de leur imposer un partage du pouvoir avec le gouvernement en place, en s’appuyant sur les ethnies non-pashtouns, les Hazaras et les Tadjiks que le fils du commandant Massoud appelle à la résistance. Il y avait des éléments dans l’armée afghane qui voulaient résister, comme le général Sami Sadat.

La vérité est cruelle : le président des Etats-Unis, en politicard sénile et paresseux s’est dit que le retrait américain était porteur dans les sondages, qu’il fallait en tirer la couverture en soi en faisant la chose le plus vite possible pour se tourner vers la politique intérieure avant les élections de mi-mandat, et que l’on pouvait s’entendre avec les Talibans suivant la logique démocrate qui considère qu’il y a de bons islamistes fréquentables, même s’ils sont un peu maffieux comme au Kosovo, ou terroristes comme Al-Nosra (Al-Qaïda !) en Syrie. Ce vieillard dégoulinant de moraline est un vieux roublard de la politique américaine, et désormais c’est de sang dont il dégouline ! Quant à l’effacement des progrès réalisés en matière d’éducation, de santé, de droits de la femme, notre progressiste s’en moque, comme il se moque des dizaines de milliers d’Afghans désormais en danger qui voudront fuir, et qui sont pris au piège parce que les événements on bousculé la Maison Blanche. Il se contente de glorifier le gigantesque pont aérien, prouesse américaine qui transforme la débandade en exploit logistique. Beaucoup d’Afghans quitteront néanmoins le pays… vers l’Eldorado européen, ce qui n’est pas son affaire. Parmi eux, il y aura des terroristes, ce qui ne l’est pas davantage.

Mais le pauvre Biden n’est pas seul dans son ambulance, fragilisé comme dit “Le Monde”. Ce “grand” quotidien du soir, l’”Im-Monde” comme disait de Gaulle, est à ses côtés, avec la grande majorité de ses confrères des deux rives de l’Atlantique, le NYT, le Washington Post, CNN et nos canards gauchistes de luxe financés par les milliardaires propriétaires… et nos impôts. Pendant quatre ans, ils ont fusillé Trump jour après jour, parce qu’il était “populiste”, parce que son style était vulgaire, qu’il n’était pas digne de l’oligarchie mondialiste et progressiste qui doit diriger la planète. L’appartenance se reconnaît au style, et Trump ne l’avait pas : préjugé de classe cocasse chez des révolutionnaires assagis parce qu’enrichis ! Ils ont voulu la défaite de Trump, la victoire de Biden, en dépit de ses conditions. En France, les “nôtres” avaient assassiné Fillon de la même manière mais pour d’autres raisons. En permettant l’élection de Biden accompagnée d’une majorité démocrate au Congrès, ils ont tué deux fois la démocratie, par leur désinformation, d’abord, par le triomphe assuré des islamistes, ensuite. Ce sont eux les vrais coupables !

https://www.christianvanneste.fr/2021/08/28/leffondrement-de-biden-rehabilite-trump-et-accuse-loligarchie-mediatique/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s