Jean Thiriart : prophète et militant 3/3

Un peu comme le fut le Piémont pour l’Italie. Toutes les rencontres de Thiriart au niveau international visaient cet objectif. Toutes ont échoué. Réaliste, Thiriart a renoncé à l’engagement politique, au lieu de reprendre son discours et d’attendre que l’occasion se représente, et même une meilleure occasion, celle d’avoir un grand pays auquel il aurait pu proposer sa stratégie : la Russie. Le destin de ce citoyen belge de naissance mais Européen de vocation a été étrange : il a toujours été “hors du temps”, surpris par les événements. Il les a toujours prévus mais a toujours été dépassé par eux.

Sa conception de la géopolitique eurasienne, sa vision qui désigne globalement les États-Unis comme l’ennemi objectif absolu, pourraient être perçues comme les indices d’un “visionarisme” illuminé, freiné seulement par un esprit rationnel cartésien, et rationalisé en ultime instance. Son matérialisme historique et biologique, son nationalisme européen centralisateur et totalisant, sa fermeture à l’endroit de thématiques écologiques et animalistes, ses positions personnelles face aux spécificités ethno-culturelles, son hostilité de principe à tout pathos religieux, son ignorance de toute dimension métapolitique, son admiration pour le jacobinisme de la Révolution française, pierre d’achoppement pour bon nombre d’anti-mondialistes francophones : tout cela constituait des limites à sa pensée et des résidus de conceptions vétéro-matérialistes, progressistes et darwiniennes, de plus en plus éloignées des choix culturels, religieux et politiques contemporains, chez les hommes et les peuples engagés, dans toute l’Eurasie et dans le monde entier, dans la lutte contre le mondialisme. Les idées “rationalistes”, que Thiriart faisait siennes, au contraire, ont été l’humus culturel et politique sur lequel le mondialisme a germé au cours des siècles passés. Ces aspects de la pensée de Thiriart ont révélé leurs limites, pendant les derniers mois de son existence, notamment lors des colloques et conversations de Moscou en août 1992. Son développement intellectuel semblait s’être définitivement arrêté à l’époque de l’historicisme linéaire et progressiste, avec sa mythologie d’un “avenir radieux pour l’humanité”.

Une telle vision rationaliste ne lui permettait pas de comprendre des phénomènes aussi importants que le réveil islamique ou le nouveau “mysticisme” eurasiste russe, ainsi que leur projections politiques d’une teneur hautement révolutionnaire et anti-mondialiste. Et ne parlons même pas de l’impact des visions traditionalistes d’un Evola ou d’un Guénon. Thiriart véhiculait donc cet handicap “culturel”, ce qui ne nous a pas empêché de nous retrouver à Moscou en août 1992, où nous avons cueilli au vol ses innombrables intuitions politiques. Quelques-unes de ces intuitions ont fait qu’il s’est retrouvé aux côtés de jeunes militants européens pour aller rencontrer les protagonistes de l’avant-garde “eurasiste” du Front du Salut National russe, rassemblés autour de la revue Dyenn et du mouvement du même nom. Nous avons découvert, ainsi, dans la capitale de l’ex-empire soviétique qu’il avait été parfaitement reconnu comme un penseur d’avant-garde par les Russes. Les enseignements géopolitiques de Thiriart ont germé en Russie, c’est indubitable, alors qu’en Occident ils ont toujours été méconnus voire méprisés. Thiriart a eu un impact lointain, dans les immensités glacées de la Russie-Sibérie, dans le cœur du Vieux Monde, près du pivot central de la tellurocratie eurasiatique.

Est-ce une ironie de l’histoire des doctrines politiques, qui surgit au moment de leur actualisation pratique ou est-ce la énième confirmation de cet adage antique, “nul n’est prophète en son pays” ? Le long “exil intérieur” de Thiriart semblait donc terminé, il s’était retiré de la politique active pour toujours et avait surmonté ce retrait qui, au départ, avait été une grosse déception. Il nous inondait de documents écrits, de comptes rendus d’interventions orales. Le flot ne semblait jamais devoir s’arrêter ! Comme s’il cherchait à rattraper le temps qu’il avait perdu dans un silence dédaigneux. Mu par un enthousiasme juvénile, parfois excessif et agaçant, Thiriart se remettait à donner des leçons d’histoire et de géopolitique, de sciences exactes et de politologie, de droit et toutes autres disciplines imaginables, aux généraux et aux journalistes, aux parlementaires et aux écrivains, aux politiciens de l’ex-URSS et aux militants islamiques de la CEI, et aussi, bien sûr, à nous, les Italiens présents qui avions, en même temps que lui, connu des changements d’opinion, en apparence inattendus. Et tout cela s’est passé dans la Russie d’aujourd’hui, où tout est désormais possible et rien n’est certain (et qui pourra être, qui sait, la Russie d’hier, quand cet article paraîtra) ; nous avons en effet affaire à une Russie suspendue entre un passé glorieux et un futur ténébreux, mais grosse de potentialités inimaginables. C’est là-bas que Jean Thiriart a retrouvé une nouvelle jeunesse.

Dans une ville de Moscou qui survit au jour le jour entre l’apathie et la fébrilité, semblant attendre “quelque chose” dont on ne connaît encore ni le nom ni le visage ; une ville où tout se passe, où tout peut se passer comme dans une dimension spéciale, entre ciel et terre. De la terre russe tout et le contraire de tout peut jaillir : le salut et l’extrême perdition, la renaissance ou la fin, une nouvelle puissance ou la désintégration totale d’un peuple qui fut impérial et est devenue, aujourd’hui, une plèbe misérable. Enfin, c’est là, et là seulement, que se joue le destin de tous les peuples européens et, en définitive, de la planète Terre. L’alternative est bien claire : ou nous aurons un nouvel empire eurasiatique qui nous guidera dans la lutte de libération de TOUS les peuples du globe ou nous assisterons au triomphe du mondialisme et de l’hégémonisme américain pour tout le prochain millénaire. C’est là-bas que l’écrivain et homme politique Jean Thiriart avait retrouvé l’espoir de pouvoir mettre en pratique ses intuitions du passé, cette fois à une échelle bien plus vaste. Dans cette terre de Russie, d’où peut surgir le messie armé des peuples d’Eurasie, nouvel avatar d’un cycle de civilisation ou Antéchrist des prophéties johanniques, nous aurons un espace pour toutes les alchimies et les expériences politiques, inconcevables si on les regarde avec des yeux d’Occidental. La Russie actuelle est un immense laboratoire, une terre politiquement vierge que l’on pourra féconder de greffons venus de loin, une terre vierge où la liberté et la puissance vont se chercher pour s’accoupler et tenter de nouvelles synthèses : « Le chemin de la liberté passe par celui de la puissance », soulignait Thiriart dans son livre fondamental :

« Il ne faudrait donc pas l’oublier, ou il faudrait l’apprendre à ceux qui l’ignorent. La liberté des faibles est un mythe vertuiste, une ingénuité à utilisation démagogique ou électorale. Les faibles n’ont jamais été libres et ne le seront jamais. Seule existe la liberté des forts. Celui qui veut être libre, doit se vouloir puissant. Celui qui veut être libre doit être capable d’arrêter d’autres libertés, car la liberté est envahissante et a tendance à empiéter sur celle des voisins faibles ».

Ou encore :

« Il est criminel du point de vue de l’éducation politique de tolérer que les masses puissent être intoxiquées par des mensonges affaiblissants comme ceux qui consistent à “déclarer la paix” à ses voisins en s’imaginant ainsi pouvoir conserver sa liberté. Chacune de nos libertés a été acquise à la suite de combats répétés et sanglants et chacune d’entre elles ne sera maintenue que si nous pouvons faire étalage d’une force susceptible de décourager ceux qui voudraient nous en priver. Plus que d’autres, nous aimons certaines libertés et rejetons de nombreuses contraintes. Mais nous savons combien sont perpétuellement menacées ces libertés. Que ce soit en tant qu’individu, que ce soit en tant que nation, nous connaissons la source de la liberté et c’est la puissance. Si nous voulons conserver la première, nous devons cultiver la seconde. Elles sont inséparables » (p. 301-302).

Voilà une page qui, à elle seule, pourrait assurer à son auteur un poste dans une faculté d’histoire des sciences politiques. Quand tout semblait à nouveau possible et quand le jeu des grandes stratégies politiques revenait à l’avant-plan, sur un échiquier grand comme le monde, quand Thiriart venait à peine d’entrevoir la possibilité de donner vie à sa grande idée d’Unité, voilà qu’a surgi le dernier coup du destin : la mort. En dépit de son inéluctabilité, elle est un événement qui nous surprend toujours, qui nous laisse avec un sentiment de regret et d’incomplétude. Dans le cas de Thiriart, le fait de la mort fait vagabonder l’esprit et nous imaginons tout ce que cet homme d’élite aurait encore pu nous apporter dans nos combats, tout ce qu’il aurait encore pu apprendre à ceux qui partagent notre cause, ne fût-ce que dans de simples échanges d’opinions, ne fût-ce qu’en formulant des propositions en matières culturelle et politique.

Enfin, il nous appartient de souligner la complétude de l’œuvre de Thiriart. Plus que tout autre, il avait complètement systématisé sa pensée politique, tout en restant toujours pleinement cohérent avec ses propres prémisses et en demeurant fidèle au style qu’il avait donné à sa vie. Lui, moins que tout autre, on ne pourra pas lui faire dire post mortem autre chose qu’il n’ait réellement dite, ni adapter ses textes et ses thèses aux exigences politiques du moment. Il reste le fait, indubitable, que sans Jean Thiriart, nous n’aurions pas été ce que nous sommes devenus. En effet, nous sommes tous ses héritiers sur le plan des idées, que nous l’ayons connu personnellement ou que nous ne l’ayons connu qu’au travers de ses écrits. Nous avons tous été, à un moment ou à un autre de notre vie politique ou de notre quête idéologique, les débiteurs de ses analyses et de ses intuitions fulgurantes. Aujourd’hui, nous nous sentons tous un peu orphelins.

En cet instant, nous voulons nous rappeler d’un écrivain politique, d’un homme qui était tout simplement passionné, impétueux, d’une vitalité débordante, le visage toujours illuminé d’un sourire jeune et l’âme agitée par une passion dévorante, la même que celle qui brûle en nous, sans vaciller, sans la moindre incertitude ou le moindre fléchissement. Le cas Jean Thiriart ? C’est l’incarnation vivante, vitale, d’un homme d’élite qui porte son regard vers le lointain, qui voit de haut, au-delà des contingences du présent, où les masses restent prisonnières. J’ai voulu tracer le portrait d’un prophète militant.

Carlo Terraciano.

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/26

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s