Covid-19: Itinéraire d’une peur

Covid-19: Itinéraire d’une peur

De Jean de Chastel pour le Salon beige:

La peur se trouve au centre de la crise du Covid-19 que nous traversons depuis maintenant presque deux ans. La peur, c’est une émotion qui accompagne la prise de conscience d’un danger. Cette dernière attise la crise et ses tensions sous-jacentes, favorise les clivages et entrave les possibilités de réflexion et d’action. Cette peur, chaque français en est à la fois le coupable et la victime, à différents niveaux. Le but de cet article n’est pas d’analyser les méthodes de l’entretien de la peur par le système politico-médiatique (ce qui ferait l’objet d’un article en soi) mais de se pencher sur les différents types de peurs qui frappent les français depuis le début cette crise du Covid-19.

Au départ, en mars 2020, c’est tout d’abord une peur de l’inconnu et surtout une peur de la mort. La mort pour soi et pour ses proches (« prenez soin de vous et de vos proches »). Cette peur est légitimée par la vertu de prudence face à une maladie dont on ne sait presque rien. Seize mois plus tard, force est de constater que la moitié de l’humanité n’a pas été fauchée et que, bien au contraire, le Covid-19 tue même assez peu par lui-même. Pour preuve, en juillet 2021, le site Santé Publique France nous informe d’un taux de létalité de 0.07% (7 malades sur 10 000), une moyenne d’âge de décès identifiés Covid-19 de 84 ans, et la précision importante que seules 4% de ces personnes décédées du Covid-19 ne souffraient pas de comorbidités. Ainsi, le Covid-19 se présente davantage comme une maladie assénant le coup de grâce à des personnes déjà malades, vieillissantes ou fragiles, plutôt que comme une maladie mortelle en soi.
Le réel donc, et son observation empirique, démystifie cette peur irrationnelle de la mort, et désormais encore moins depuis que le vaccin permet, dit-on, de réduire le nombre de formes graves potentielles. Cependant cette peur de la mort reste toujours bien présente en arrière-fond, régulièrement réactivée à chaque nouvelle « vague » par cette désormais bien connue culture médiatique du chiffre et de l’émotion.
Le temps passant, la peur de mourir soi-même, a cédé la place à la peur de faire mourir l’autre. C’est-à-dire la peur d’être ou de se sentir coupable. A l’ère de l’apogée du paraître social, c’est logiquement qu’est donc née cette peur de pouvoir se sentir désigné comme responsable de la contamination d’autrui. Ainsi le respect de toutes les règles et contraintes incompréhensibles et incohérentes n’a plus pour vocation première la protection physique du prochain, mais davantage la protection soi-disant morale de soi-même. Protection de soi-même dans la mesure ou par le respect strict et scrupuleux de toutes ces directives, je suis désormais capable de me décharger de toute responsabilité quant à une potentielle évolution négative de l’épidémie. – Le nombre de cas explose ? « Regardez, j’ai tout bien respecté, je m’en lave les mains ». – Les hôpitaux sont saturés ? « Ça ne peut pas être de ma faute, c’est donc celle des autres ». Une charité mal placée doublée d’un égoïsme malicieux, entretiennent donc cette nouvelle peur viscérale d’être désigné coupable et responsable.
En filigrane et depuis le début, règne également la peur de la punition. Les multiples couvre-feux et confinements se sont invités dans notre quotidien, accompagnés de leurs amendes et autres sanctions respectives. C’est là que le gouvernement a joué son meilleur coup, de mon point de vue, à savoir de réussir l’exploit de faire courber l’échine à un pays entier, en brandissant la menace d’une amende de…135€ ! Bien des personnes au caractère bien trempé auxquelles on aurait largement prêté audace et courage, se sont retrouvées littéralement paralysées face à cette menace de 135€, lorsque se posait la question de rentrer après le couvre-feu, de sortir à plus de dix kilomètres de chez soi, ou de se rendre dans un département « interdit ». Les résistants de 39-45 doivent être ahuris en nous regardant d’en haut ! Victoire éclatante d’un peuple anesthésié par son confort, et défaite sans nom du courage.
C’est enfin par le rapport au confort que j’introduirai la dernière grande peur de cette crise, peut-être la plus perverse de toute. La peur de perdre ce sacro-saint confort, notre bien le plus précieux. C’est en effet à l’épreuve du feu du confort que certains masques ont fini par tomber et que certains quittent le navire aujourd’hui, même chez les plus engagés. En effet, avec la vaccination obligatoire et le passe sanitaire, chacun soupèse sur la balance bénéfice/risque la valeur du confort contre celle de la conviction. Que suis-je prêt à perdre, et à sacrifier pour mes convictions ? Pour beaucoup, le poids de la peur de la perte de confort l’emportera. De fait, à l’épreuve du réel, les convictions les plus solides se sont vues fragilisées et les discours enflammés des derniers mois se sont bien vite éteints.
Pour résumer, la peur est à l’origine de l’engourdissement de la population française depuis le début de cette crise du Covid-19. La peur de la mort, de la culpabilité, de la sanction ainsi que la peur de la perte de confort sont les causes de l’écrasante démission des français à l’heure ou le combat pour la liberté et la vérité n’a jamais été aussi important. Car si pour ce combat nous ne sommes pas prêts à sortir affronter le réel et à sacrifier un peu de nous-mêmes, pour quelle autre cause plus grave le seront nous ? A chacun de trouver sa limite et son seuil de tolérance.

https://www.lesalonbeige.fr/covid-19-itineraire-dune-peur/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s