Jean Thiriart : prophète et militant 1/3

« J’écris pour une espèce d’hommes qui n’existe pas encore, pour les Seigneurs de la Terre… » (F. Nietzsche, La Volonté de puissance)

La disparition soudaine de Jean Thiriart a été pour nous comme un coup de tonnerre dans un ciel serein, pour nous, militants européens qui, au cours de plusieurs décennies successives, ont appris à apprécier ce penseur de l’action, surtout depuis son retour à la politique active, après bon nombre d’années d’“exil intérieur” où il a médité et reformulé ses positions antérieures. À plus forte raison, sa mort nous a surpris, nous, ses amis italiens qui l’avions connu personnellement lors de son voyage à Moscou en août 1992, où nous formions de concert une délégation ouest-européenne auprès des personnalités les plus représentatives du Front du Salut National.

Ce front, grâce aux travaux de l’infatigable Alexandre Douguine, animateur mystique et géopolitique de la revue Dyenn (Le Jour), a appris à connaître et à estimer bon nombre d’aspects de la pensée de Thiriart et les a diffusés dans les pays de l’ex-URSS et en Europe orientale. Personnellement, j’ai l’intention, dans les lignes qui suivent, d’honorer la mémoire de Jean Thiriart en soulignant l’importance que sa pensée a eue et a toujours dans notre pays, l’Italie, dès les années 60 et 70 et dans le domaine de la géopolitique. En Italie, sa réputation repose essentiellement sur son livre, le seul qui ait véritablement donné une cohérence organique à sa pensée dans le domaine de la politique internationale : Un Empire de 400 millions d’hommes, l’Europe, édité par Giovanni Volpe en 1965, il y a près de trente ans.

Trois années seulement venaient de se passer depuis la fin de l’expérience française en Algérie. Cet événement dramatique fut la dernière grande mobilisation politique de la droite nationaliste, non seulement en terre de France, mais dans d’autres pays d’Europe, y compris en Italie. Les raisons profondes de la tragédie algérienne n’ont pas été comprises par les militants anti-gaullistes qui luttaient pour l’Algérie française. Ils n’ont pas compris quels étaient les enjeux géopolitiques de l’affaire et que les puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale entendaient redistribuer les cartes à leur avantage, surtout les États-Unis. Combien de ces militants de l’Algérie française ont-ils compris, à cette époque-là, quel était l’ennemi principal de la France et de l’Europe ? Combien de ces hommes ont-ils compris intuitivement que, sur le plan historique, la perte de l’Algérie, précédée de la perte de l’Indochine, tout comme l’effondrement de tout le système vétéro-colonial européen, étaient des conséquences directes de la défaite militaire européenne de 1945 ? Ce fut en effet non seulement une défaite de l’Allemagne et de l’Italie, mais aussi de l’Europe entière, Grande-Bretagne et France comprises. Pas une seule colonie de l’ancien système colonial qui ne soit devenue à son tour sujette d’une forme nouvelle, plus moderne et plus subtile, d’impérialisme néo-colonialiste.

En méditant les événements de Suez (1956) et d’Algérie, les “nationaux-révolutionnaires”, comme ils s’appelaient eux-mêmes, finirent par formuler diverses considérations et analyses sur les conséquences de ces deux affaires tragiques, considérations et analyses qui les différenciaient toujours davantage des “droites classiques” de notre après-guerre, animées par un anti-communisme viscéral et par le slogan de la défense de l’Occident, blanc et chrétien, contre l’assaut conjugué du communisme soviétique et des mouvements de libération nationaux des peuples de couleur du tiers monde. En un certain sens, le choc culturel et politique de l’Algérie peut être comparée à ce que fut, pour la gauche, l’ensemble des événements d’Indochine, avant et après 1975. La vieille vision de la politique internationale était parfaitement intégrée à la stratégie mondiale, économique et géopolitique de la thalassocratie américaine qui, avec la guerre froide, avait réussi à recycler les diverses droites européennes, les fascistes comme les post-fascistes (ou du moins prétendues telles), en fonction de son projet géostratégique de domination mondiale. Le tout pour en arriver aujourd’hui au “Nouvel Ordre mondial”, déjà partiellement avorté et qui semble être la caricature inversée et satanique de “l’Ordre Nouveau” eurocentré de mouture hitlérienne.

La Nouvelle Droite française, pour ne donner qu’un exemple, a commencé son cheminement au moment des événements d’Algérie pour entamer une longue marche de révision politique et idéologique, qui a abouti au voyage récent d’Alain de Benoist à Moscou, étape obligatoire pour tous les opposants révolutionnaires d’Europe au système mondialiste. La démarche a donc été faite par de Benoist, en dépit de ses rechutes et de ses reniements ultérieurs, appuyés par quelques-uns de ses plus minables affidés, lesquels n’ont évidemment pas encore compris pleinement la portée réelle de ces rencontres entre Européens de l’Ouest et Russes au niveau planétaire et préfèrent se perdre dans de stériles querelles de basse-cour, qui n’ont d’autres motivations que personnelles, relèvent de petites haines et de petits hargnes idiosyncratiques. Dans ce domaine comme tant d’autres, Thiriart avait déjà donné l’exemple, en opposant aux différences naturelles existant entre les hommes et les écoles de pensée l’intérêt suprême de la lutte contre l’impérialisme américain et le sionisme.

Pour revenir à l’Italie, nous devons nous rappeler la situation qui régnait en cette lointaine année 1965, quand a paru l’œuvre de Thiriart : les forces national-révolutionnaires, encore intégrées au Mouvement Social Italien (MSI), étaient alors victimes d’un provincialisme vétéro-fasciste, provincialisme cyniquement utilisé par les hiérarques politiques du MSI, complètement asservis à la stratégie des États-Unis et de l’OTAN (une ligne politique qui sera par la suite suivie avec fidélité, même au cours de la brève parenthèse de la gestion “rautiste”, soi-disant inspirée des thèses national-révolutionnaires de Pino Rauti, gestion qui a appuyé l’intervention des troupes italiennes en Irak, aux côtés de l’US Army). Les chefs de cette droite collaborationniste utilisaient les groupes révolutionnaires de la base, composés essentiellement de très jeunes gens, pour créer des assises militantes destinées, en ultime instance, à ramasser les voix nécessaires à envoyer au parlement des députés “entristes”, devant servir d’appui aux gouvernements réactionnaires de centre-droit. Et tout cela, bien sûr, non dans l’intérêt de l’Italie ou de l’Europe, mais seulement dans celui de la puissance occupante, les États-Unis. Et une fois de plus, nous avons affaire à un petit nationalisme centralisateur et chauvin, utilisé au profit d’intérêts étrangers et cosmopolites !

C’était aussi le temps où l’extrême-droite était encore capable de mobiliser sur les places d’Italie des milliers de jeunes qui réclamaient que Trente et Trieste soient et restent italiennes, ou pour commémorer chaque année les événements de Hongrie de 1956 ! Mai 68 était encore loin, semblait s’annoncer à des années-lumière de distance ! La droite italienne, dans ses prospections, ne voyait pas que cette “révolution” s’annonçait. Dans un tel contexte humain et politique, vétéro-nationaliste, provincial et, en pratique, philo-américain (qui débouchera ensuite dans la farce pseudo-golpiste de 1970, qui aura pour conséquence, au cours de toute la décennie, les tristement célèbres “années de plomb”, avec leur cortège de crimes d’État), l’œuvre de Jean Thiriart fit pour un grand nombre de nationalistes l’effet d’une bombe; un choc électrique salutaire qui mit l’extrémisme nationaliste botté face à des problématiques qui, certes, n’étaient pas neuves, mais avaient été oubliées ou étaient tombées en désuétude. Aujourd’hui, nous ne pouvons donc pas ne pas tenir compte des effets politiques pratiques qui découlèrent de la pensée de Thiriart, même si ces effets, dans un premier temps, ont été fort modestes. Disons qu’à partir de la publication du livre de Thiriart, la thématique européenne est devenue petit à petit le patrimoine idéal de toute une sphère qui, dans les années suivantes, développera les thématiques anti-mondialistes actuelles.

Sans exagération, nous pouvons affirmer que c’est vers cette époque que se sont développés les thèmes de l’Europe-Nation, d’une lutte anti-impérialiste qui ne soit pas de “gauche”, de l’alliance géostratégique avec les révolutionnaires du tiers monde. L’adoption de ce thème est d’autant plus étonnante et significative quand on sait que l’aventure de Jeune Europe a commencé par une lutte contre le FLN algérien. Thiriart avait, sur ce plan, changé complètement de camp, sans pour autant changer substantiellement de vision du monde, lui qui, quelques décennies auparavant, avait quitté les rangs de l’extrême-gauche belge pour adhérer à la collaboration avec le IIIe Reich germanique, sans pour autant perdre de vue le facteur URSS. Ces acrobaties politico-idéologiques lui ont valu les accusations d’“agent double”, toujours aux ordres de Moscou !

En Italie, la section italienne de Jeune Europe (Giovane Europa) est rapidement mise sur pied. Malgré l’origine politique de la plupart des militants, Giovane Europa n’avait aucune filiation directe avec Giovane Italia, l’organisation étudiante du MSI (copiée à son tour de la Giovine Italia de Mazzini au XIXe siècle) ; au contraire, Giovane Europa en était pratiquement l’antithèse, l’alternative contraire. Si bien qu’une fois l’expérience militante de Giovane Europa terminée, la plupart de ses militants se sont retrouvés dans le Movimento Politico Ordine Nuovo (MPON), opposé à la ligne politique prônant l’insertion parlementaire, comme le voulaient les partisans de Pino Rauti, retournés dans les rangs du MSI d’Almirante.

Si l’on tient compte du rôle unique qu’a joué la pensée de Julius Evola sur les plans culturel et idéologique en Italie, on ne doit pas oublier non plus que Jean Thiriart a impulsé, pour sa part, une tentative unique de rénovation des forces nationales dans ces années-là et dans les années qui allaient venir. Même un Giorgio Freda a reconnu lui-même ses dettes, sur le plan des idées, envers le penseur et le militant belge.

Autre aspect particulier et très important du livre Un Empire de 400 millions d’hommes, l’Europe, c’est d’avoir anticipé, de plusieurs décennies, une thématique fondamentale, revenue récemment dans le débat, notamment en Russie, grâce aux initiatives d’Alexandre Douguine et de la revue Dyenn, et en Italie, grâce aux revues Orion et Aurora : la géopolitique. La première phrase du livre de Thiriart, dans la version italienne, est dédiée justement à cette science essentielle qui a pour objets les peuples et leurs gouvernements, science qui avait dû subir, dans notre après-guerre, un très long ostracisme, sous prétexte d’avoir été l’instrument de l’expansion nazie !

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s