Comparer la terreur talibane à « la grande clarté du Moyen-Âge » ? Une grande stupidité…

Comparer l’Afghanistan des Talibans et notre grandiose et magnifique Moyen-Âge, comme on le fait si facilement un peu partout, en ce moment, c’est tout simplement une stupidité désolante. Une insanité…

Notre Moyen-Age chrétien c’est l’amour courtois et les Troubadours, les enluminures et les débuts de la peinture, la chevalerie, les cathédrales, les Universités et bien d’autres grandes choses encore, bien loin de tous ces « rétrogrades », « primitifs » et « obscurantistes » effrayants que sont ces barbus sales et laids, qui font « peur » et provoquent, instinctivement, un sentiment de recul, de rejet, de dégoût…

Afin d’alimenter le débat, et nourrir la réflexion, nous redonnons ci-après notre Grands Textes 44, constitué de l’ « Avant-dire » et de l’ « Avant Partir » du merveilleux ouvrage de Gustave Cohen, La grande clarté du Moyen-Âge…: 

GRANDS TEXTES (44) : La grande clarté du Moyen-Âge, par Gustave Cohen

Historien médiéviste, Gustave Cohen est né à Saint-Josse-ten-Noode le 24 décembre 1879 et mort à Paris le 10 juin 1958

En octobre 1912, il est nommé professeur au tout nouveau département de français de l’Université d’Amsterdam, mais en 1914, il quitte ses étudiants pour faire la guerre.

À partir de la fin de la guerre, Cohen occupe des postes à l’Université de Strasbourg et à la Sorbonne. Il crée le groupe théâtral Les Théophiliens (nommé ainsi après la représentation du Miracle de Théophile de Rutebeuf en mai 1933, salle Louis Liard à la Sorbonne) dont René Clermont a été metteur en scène. C’est également en 1933 qu’il fonde, à Amsterdam, la Maison Descartes.

À l’Institut français se trouve un buste pour honorer son fondateur.

En exil aux États-Unis pendant la seconde Guerre Mondiale, époque durant laquelle il rédige et publie La grande clarté du Moyen-Âge, Cohen y fonde, avec l’historien de l’art Henri Focillon l’École libre des hautes études (New York) et il anime les entretiens de Pontigny à Mount Holyoke College.

D’origine juive, il se convertit au catholicisme à 64 ans.

 Voici l’Avant dire et l’Avant partir de son magnifique « La grande clarté du Moyen-Âge » :

Avant-dire

Ce jour d’hui, premier juillet 1940, dans l’affreux malheur de la patrie écrasée et déchirée, foulée aux pieds par l’envahisseur barbare, je voudrais commencer ce livre à l’honneur de la France qui ne peut pas mourir.

L’affliction du présent nous invite à chercher un refuge dans un passé lointain dont les deuils, les ruines, les misères et les tristesses se sont effacées dans la nuit des temps et dont ne survivent que les gloires, non point les gloires militaires, car rien n’est plus fragile, mais gloires littéraires, artistiques et philosophiques, qui seules sont éternelles.

C’est dans une guerre de croisade pour le droit, la foi, la liberté que le pays vient de succomber. Il en connut d’autres, jadis, où il succomba avec honneur dans l’essai de reprendre, d’une façon durable, à l’Infidèle, le Saint-Sépulcre, mais dont lui reste le titre impérissable d’avoir tenté l’oeuvre vaine, haute et désespérée et d’y avoir donné les meilleurs et les plus braves de ses fils.

En allant vers le Moyen-Âge nous sommes sûrs de retrouver l’âme même de la France, en son état pur, au moment de sa Genèse, sortant, vierge, blanche et nue, du chaos du destin.

Non pas née de rien, mais issue de l’âme gréco-romaine entée sur l’âme celtique dans le plus beau terroir sous le ciel, là où les formes sont naturellement harmonieuses, les nuages pommelés et nuancés, le sol fertile, porteur de vigne et donneur de vin, paré de la blondeur des blés ou du vert des prairies et des forêts, ni trop sec ni trop pluvieux, ni trop brûlé de chaleur ou glacé de frimas, tout en douceur, en raison et en équilibre, pour la perfection et le classicisme.

Terre élue de la fécondation sans pullulation, de la réflexion sans âpreté, de la foi sans fanatisme, et surtout de l’amour.

Mais pour que ce miracle se produisît : la naissance de l’amour courtois (au XIIème siècle) et du culte de la femme, il fallait qu’à l’âme celtique, pénétrée par l’âme gréco-romaine s’alliât encore l’âme chrétienne, venue d’un plus lointain Orient, où la spiritualité autoritaire du judaïsme, et son monothéisme absolu se trempaient de la suavité de Jésus, fils de la Vierge.

Ce n’est qu’ici que pouvait naître, se développer et s’épanouir le culte de Notre-Dame, où la religion et le dogme s’attendrissent de féminité et où l’amour humain se sublime dans l’amour divin avec lequel il arrive à se confondre. 

Avant partir

Ce livre a été commencé sous le signe du désespoir, mais pour témoigner des permanences françaises, je le termine ici deux ans après sur des paroles d’espérance et de certitude.

La leçon du Moyen-Âge, de ses malheurs, de sa constance dans l’épreuve, de sa foi d’airain est une leçon de réconfort.

Profitons-en.

En le quittant évoquons une dernière fois Jeanne « la bonne Lorraine », qui sauva le royaume de France, la cathédrale qui dressa cette foi vers le ciel comme une offrande et une imploration, le mystère qui la fit résonner sur la place publique, la littérature courtoise par qui naquirent l’amour absolu et le culte de la femme.

Les ténèbres du Moyen-Âge ne sont que celles de notre ignorance.

Une clarté d’aurore baigne les âges lointains de notre genèse pour qui sait y porter le flambeau de la connaissance, de l’amour et de la confiance dans les destinées de la patrie.

New-York, 18 juin 1942 

lafautearousseau

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2021/08/17/moyen-age-6332556.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s