AFGHANISTAN : LA DÉROUTE DES DÉMOCRATIES ! (I)

En trente ans, les nations “démocratiques” ont systématiquement anéanti les effets de la victoire obtenue à la charnière des années 1980 et 1990. L’implosion de l’URSS, à bout de souffle, avait soulevé l’idée d’un monde unipolaire tendant vers une fin de l’histoire “heureuse” sous la conduite du modèle américain : la démocratie représentative, l’Etat de droit, la hiérarchie des normes couronnée par les “Droits de l’Homme”, et bien sûr une économie ouverte de type libéral faisant ruisseler la richesse et le progrès humain, favorisant les échanges et à terme une unification du Mc World, avec bien sûr l’espérance d’un “gouvernement mondial” chargé des régulations que rendraient nécessaires les risques de crises économiques, climatiques… ou sanitaires. Ce rêve du microcosme qui influence les pouvoirs “démocratiques” du monde occidental, décliné en France par l’ombre d’Attali sur le désastreux gouvernement de Macron, est en train de se fracasser. La victoire des Talibans en Afghanistan est son heure de vérité !

L’effondrement du pouvoir soutenu par Washington à Kaboul éclaire la politique menée par l’Etat le plus puissant du monde : c’est un désastre. En 1975, l’Occident recule partout, face aux communistes, au Viet-Nam, en Afrique. En 1979, apparaît un nouvel ennemi, l’islamisme qui renverse le Shah d’Iran, tandis que les Soviétiques imposent un régime inféodé à Moscou en Afghanistan. C’est alors que devient possible le retournement de situation : les Américains en s’appuyant sur le Pakistan voisin et sur l’Arabie Saoudite, son wahhabisme et son argent, vont faire le Viet-Nam à l’envers en Afghanistan. Il épuisera l’URSS. Sauf, que lorsque les Soviétiques l’emportaient à Cuba, en Angola, en Ethiopie, c’est le communisme qui gagnait. Cette fois, c’est l’islamisme qui montre sa force et non la démocratie. Celle-ci en profite en Europe de l’Est, mais sans combat, et grâce aux patriotismes locaux enchaînés par Moscou, non par une conquête de la liberté, les armes à la main, malgré la mise-en-scène roumaine. La Hongrie qui s’était soulevée en 1956 et avait été lâchement abandonnée à son sort par l’Amérique montre aujourd’hui encore combien la dimension nationale l’emportait sur les autres considérations. Le “Printemps arabe” et l’espoir de démocraties musulmanes n’ont été que des mirages qui se sont dissipés. Ils correspondaient au désir paresseux des dirigeants américains : comme ils avaient cru vaincre l’URSS grâce à d’autres, les islamistes, ils allaient renverser les dictatures arabes par le biais des Frères Musulmans. Faire “faire le travail” est moins coûteux en vies humaines et, c’est moins évident, en dollars. D’ailleurs, quand ils le faisaient eux-mêmes, comme en Irak, l’accumulation des maladresses conduisait à une impasse.

Cette paresse doublée d’un incroyable aveuglement, ils la paient maintenant. La démocratie triomphante des années 1990, prônant l’ingérence à coups de bombes dans l’ex-Yougoslavie, en Irak, puis en Libye, propulsée par l’idéologie néo-conservatrice de la construction des nations, a laissé place à un président sénile et pitoyable qui récite ses “éléments de langage” dans un insoutenable déni. Droit dans ses pantoufles, et obligé d’interrompre momentanément ses vacances, il ne regrette rien et n’a fait qu’appliquer la politique de son prédécesseur. Sauf que lorsqu’une armée se retire, elle n’annonce pas la date de son retrait qui dépend évidemment de la situation sur le terrain. Déjà Obama avait commis cette faute en Irak qui avait conduit à l’effondrement de l’armée irakienne à Mossoul et à l’instauration de l’Etat islamique. Même au Viet-Nam, l’armée sud-vietnamienne avait résisté et la chute du régime pro-américain n’avait pas été immédiate. Cette fois les images de panique de Kaboul, qui ressemblent à celles de Saïgon, sont infiniment plus douloureuses : vingt ans de présence, de sacrifices humains d’une quarantaine de nations, l’équipement et la formation d’une armée balayés en quelques jours. Les services de renseignement humains et technologiques de la nation la plus riche et la plus puissante du monde, celle dont les milliardaires lancent le tourisme spatial, n’ont rien prévu, rien anticipé, rien préparé. Les images des Afghans tombant des avions auxquels ils s’étaient agrippés, les restes humains découverts dans les trains d’atterrissage devraient couvrir Biden et ses propos de honte. Il ne regrette rien, son pays a fait le job en tuant Ben Laden et en punissant le 11/9, et sans vouloir construire une nation afghane ! Mais Ben Laden a été exécuté au Pakistan, et c’est bien l’Etat que Washington avait créé avec son président, ses chambres, son gouvernement et son armée qui s’écroule comme un château de cartes.

Comme si l’irresponsabilité et la lâcheté ne suffisaient pas, les gouvernants occidentaux, et les commentateurs dévoués à la lumière démocrate face à l’ombre trumpienne, s’accrochent désormais à une dernière illusion : les Talibans auraient changé. Ils seraient devenus fréquentables. “Tout va très bien, madame la Marquise”, ils vont installer un gouvernement inclusif. “inclusif”, l’un des mots de la novlangue qui permet de dire qu’il fait beau quand il pleut. Les Soviétiques avaient promis la même chose en 1945 en Tchécoslovaquie… Mais il ne faut pas demander aux dirigeants démocrates, même ceux que la sénilité épargne, d’avoir de la mémoire ! La “Taqîya”, le mensonge vertueux pour tromper les mécréants, ils ignorent ! Ils n’ont pas encore compris qu’ils ont vaincu le totalitarisme marxiste en promouvant le totalitarisme islamiste : tous les deux ont pour principe de n’en respecter aucun face à l’ennemi. Au pouvoir, ils utiliseront aussi le chantage. Comme Erdogan, avec les migrants, ils mesureront leur politique aux bénéfices tirés de la lâcheté occidentale. Ils ont assassiné un humoriste à Kandahar, tiré sur la foule à Jalalabad, décapité ici et là… cela se négocie comme l’exfiltration du personnel de nos ambassades, comme l’accueil des “réfugiés” auquel beaucoup se soumettent déjà… A certains la débâcle de l’Occident, la raclée subie par les démocraties ne suffisent pas : il faudrait aussi ouvrir nos portes soit aux lâches qui n’ont pas su défendre leur liberté, soit à ceux qui saisiront l’opportunité de chercher l’Eldorado, sans femmes ni enfants, sauf bien sûr les mineurs de plus de trente ans, et parmi eux quelques violeurs et égorgeurs qui n’auront pas saisi la nécessité du changement de code culturel comme le diront nos bons juges.. (à suivre)

https://www.christianvanneste.fr/2021/08/19/afghanistan-la-deroute-des-democraties-i/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s