Climats : ces idéologues qui font la pluie et le beau temps

A l’occasion du sommet sur l’effet de serre de Kyoto, les médias brodent sur un scénario catastrophe : les émissions de gaz dues à l’activité humaine provoqueraient d’ici à quelques dizaines d’années un réchauffement de l’atmosphère tel qu’il provoquerait la fonte des pôles, le relèvement du niveau des mers, donc la disparition de certaines terres aujourd’hui émergées, et en fin de compte un dérèglement général du climat. Pour éviter cette apocalypse, on préconise de réduire l’émission de certains gaz, donc de modifier la croissance et la production : un gigantesque enjeu économique et politique, tant pour le tiers monde que pour les pays développés. Mais comment peut-on être sûr du climat dans cent ans, alors que les météorologues ne prédisent pas le temps à trois jours ? En d’autres termes, ce scénario catastrophe est-il une certitude scientifique ou une hypothèse politique orientée ?

Avant de paniquer, il serait bon de savoir à partir de quoi un tel scénario est formulé. En bref, qu’est-ce que la climatologie ? Si l’on s’en tient à la définition du Larousse, il s’agit de l’étude scientifique des climats, qui sont l’ensemble des phénomènes météorologiques, (température, pression, vent, précipitations), qui caractérisent l’état moyen de l’atmosphère et son évolution en un lieu donné. Pour être plus précis, la climatologie se fonde sur des modèles, qui sont des descriptions mathématiques de phénomènes physiques, des descriptions mathématiques de la réalité qu’est le climat. Ces descriptions sont mises sous forme d’équations que des spécialistes, les climatologues, doivent intégrer et résoudre, au moyen de puissants ordinateurs. Le scénario catastrophe des climatologues est donc fondé sur des simulations informatiques réalisés à partir des modèles de circulation générale de l’atmosphère.

L’étude d’un modèle de climat nécessite d’identifier et de mettre en équation chaque flux d’énergie, de matière, de mouvement et toutes les transformations chimiques et biologiques qui peuvent agir sur le déroulement du processus climatique. Puis sont établis et comparés entre eux, un modèle de circulation générale de l’atmosphère, un modèle de circulation générale des flux océaniques, et des modèles d’évolution des biotopes (aire géographique) en réponse au changement des conditions climatiques. Les différences des modèles sont dues à la manière dont sont pris en compte les phénomènes mal connus ou complexes à introduire dans le schéma de calcul. Les plus grands écarts portent sur la modélisation des océans, la formation et la dynamique des nuages. Les interactions avec les biotopes terrestres et marins et les modèles de la circulation océanique sont sujets à incertitude.

L’ésotérisme de ces équations incompréhensibles pour le commun des mortels ne peut cependant pas masquer une évidence : comment peut-on prédire le climat sur des années, voire sur plusieurs décennies, alors que les météorologues ne peuvent pas « prévoir le temps » plus d’une dizaine de jours à l’avance ? (les prévisions météorologiques ou numériques du temps sont des prévisions à court terme, de quelques heures à sept jours, le plus souvent trois jours ; ces prévisions sont relativement stables.) Un modèle climatique est une tendance établie sur une prise en compte du «temps» beaucoup plus longue ; c’est un travail élaboré à partir d’archives climatologiques qui peuvent remonter à plus de cent ans. La climatologie se fonde donc sur des données de la météorologie. Par ailleurs, et sans rentrer dans des descriptions compliquées, il est bon de préciser la manière dont les climatologues «récoltent» leurs données : l’atmosphère est fractionnée en «cellules» de 200 à 500 kilomètres de «long», et de un kilomètre de «hauteur». Pour couvrir la Terre, elles se chiffrent donc à plusieurs centaines de milliers. La critique formulée à l’encontre de Cette méthode est que les cellules ne sont pas suffisamment conséquentes en altitude pour apporter des valeurs intéressantes.

Philippe Roqueplo, sociologue au CNRS, auteur de Climats sous surveillance, limites et conditions de l’expertise scientifique, émet un doute sur la réalité du changement climatique. Il a analysé la façon dont l’expertise a transformé des recherches scientifiques incertaines en arguments politiques et pose l’hypothèse d’un consensus qui n’aurait pas forcément comme finalité la cause à priori défendue… Il rappelle l’importance de ne pas confondre expertise et science : pour un chercheur, accepter de se placer dans un processus de décision politique l’oblige à donner une réponse, alors que dans une majorité de cas, la science ne peut répondre. Le fait de devoir produire une expertise entraîne un effacement des incertitudes dans la chaîne de transmission des informations, de l’amont de la recherche, à l’aval de la décision ; à chaque étape de la recherche, l’aval cautionne l’incertitude de l’amont, et fonde sa recherche sur des résultats incertains, posés comme fiables. Pour Philippe Roqueplo, « la problématique climatique apporte un surcroît de légitimité scientifique à beaucoup de politiques qu’on cherche à faire et qu’on ne parvient pas à imposer ». En ce qui concerne l’effet de serre, c’« est un opérateur politique efficace. Sur ce point précis l’environnement fonctionne comme horizon justificateur d’une politique qui ne dit pas son nom. »

Des différences d’interprétation de 25 à 400%

Cette toute nouvelle «science» est contestable, et d’ailleurs contestée, notamment par des climatologues eux-mêmes : M.E Schlesinger et J.F.S. Mitchell, ont démontré dans une thèse l’impossibilité actuelle de créditer la précision des simulations ; ils ont aussi dénoncé l’utilisation de données mathématiques à mauvais escient, ou plutôt à bon escient pour qui cherche à démontrer Scientifiquement une théorie a priori définie. L’Américain S. Weare a montré des différences d’interprétation de 25 à 400 %, selon l’intégration ou non de données dans un modèle, et son compatriote S.L Grotch a même dénoncé l’inaptitude de certains à reproduire le cycle climatique annuel actuel.

Le professeur M. Leroux, climatologue au laboratoire de géographie physique de l’Université de Lyon, expose la dynamique des climats à partir des «AMP». « Des lentilles d’air froid et donc dense de 1 000 à 3 000 km de diamètre et de l’ordre de 1 500 m d’épaisseur, baptisées Anticyclones mobiles polaires (AMP), produites à raison de 3 à 5 par semaine au voisinage des pôles ». Ces AMP se déplacent (grâce à la rotation de la Terre) des pôles vers l’équateur, déviés par les reliefs, en diminuant peu à peu. Une circulation d’air plus chaud tourne autour d’eux dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, au nord de l’équateur. Ce sont ces transports de masse et d’énergie qui sont à l’origine de l’ensemble des phénomènes météorologiques. A la différence des théories fondées à partir d’ordinateurs sophistiqués, l’étude pratique des AMP permet d’expliquer l’augmentation générale des pressions atmosphériques depuis 50 ans dans leurs zones de passage et de regroupement. L’étude de ces AMP permet aussi de comprendre le recul des pluies vers le sud dans toute l’Afrique subsaharienne, le réchauffement important de l’Alaska, les chutes de neige sur la Virginie et le déplacement des cultures au Canada ; l’augmentation des chutes de neige en Norvège responsables des inondations. On comprend alors l’augmentation de la fréquence de phénomènes exceptionnels, comme les tornades en régions tempérées et les inondations, les chutes de neige dans l’est du bassin méditerranéen, la sécheresse sur le Maghreb.

Ainsi, il vaut mieux observer les phénomènes que chercher à les synthétiser. Les fluctuations instables de la nature ne permettent pas, semble-t-il, de modélisation. Alors que le refroidissement arctique et l’intensification de la circulation atmosphérique sont observables depuis une quarantaine d’années, tous «les modèles» prévoient un réchauffement arctique et une réduction des échanges, et cela en réponse à une augmentation des gaz à effet de serre. Les variations de la nature, « responsables pour la circulation atmosphérique, du butoir ultime d’environ quinze jours pour les prévisions météorologiques, impliquent pour la circulation océanique dont les temps caractéristiques se chiffrent en saisons, années, décennies, voire siècles, l’impossibilité d’établir la moindre prévision climatique à long terme » dit le Pr Leroux.

Un système idéologique bien rodé

La climatologie semble être de nos jours un des thèmes favoris des médias ; elle est devenue au fil des années, de manière croissante, une valeur sûre pour qui veut attirer l’attention. Bien sûr, tout le monde se soucie de l’environnement, et c’est justement par ce biais qu’un «lobby climatique» s’est mis en place. Le principe de mobilisation est relativement simple : entretenir une forte demande de sécurité, afin d’en faire accepter le prix. La cause apparente doit être juste : l’environnement et la nature le sont. Difficile à réaliser, l’objectif doit être clairement compris et intégré dans l’inconscient collectif et possible à atteindre, mais au prix de réels efforts collectifs. Et surtout, il faut entretenir l’espoir et la croyance dans le progrès, et donner des réponses graduées. Pour reprendre les termes d’Yves Lenoir, « fédérateur en amont (tous les phénomènes naturels interfèrent avec le climat) et omniprésent en aval (la plupart des activités productives ont des Conséquences climatiques), le problème climatique est lourd d’un pouvoir global,  »totalisant », sur l’avenir de nos sociétés ».

La science climatique mondialiste assied ainsi son pouvoir, comme seule détentrice de la vérité universelle, comme seule capable de bien «gérer la planète». Ce n’est pas un hasard si les plus grandes institutions climatiques sont internationales, car bien sûr, les catastrophes écologiques ne connaissent pas de frontières ; le nuage de Tchernobyl n’a-t-il pas atteint les côtes normandes ? Selon les chercheurs officiels, la planète est en grave danger, et le scénario catastrophe qu’ils ont établi a de quoi faire frémir : le deuxième rapport du GIEC, Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution des climats, est très alarmiste quant à l’adaptation actuelle des systèmes à l’évolution des climats et de la température qui devrait augmenter de 1,5°C à 5°C, suivant les théories. Ce rapport prévoit une modification de la composition et de la répartition géographique de nombreux écosystèmes – c’est-à-dire de l’ensemble des êtres vivants et des éléments non vivants -, à cause des réactions de diverses espèces à l’évolution de la température. Terres inondées, famines et épidémies sont inscrites au scénario. La lutte contre l’effet de serre a imposé une stratégie de réduction des émissions de C02 dont la première étape a été la convention cadre sur le climat, adoptée à Rio en juin 1992 par 178 Etats. Elle a imposé aux 35 pays industrialisés signataires de ramener, d’ici l’an 2000, leurs émissions de C02 et autres gaz à effet de serre à leur niveau de 1990. Mais lors du second sommet de la terre qui s’est déroulé à New York en juin 1997, force a été de constater l’échec du projet. En effet, si l’Europe consent à produire un réel effort, les Etats Unis arguent que ces mesures sont contraires à leurs intérêts économiques. La conférence de Kyoto qui se déroule actuellement tentera une fois encore de fixer un système de réduction des émissions de gaz au niveau mondial, avec toujours, comme toile de fond, le réchauffement du climat.

Le lobby des climatologues

La liste des différentes institutions est longue, qui existent en général sous le patronage de l’ONU. Le Conseil international des unions scientifiques (CSIU/ICSU) est à l’origine du Programme international géosphère-biosphère et travaille en liaison étroite avec l’OMM (Organisation météorologique mondiale), le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement) et l’UNESCO. Sous l’égide du CIUS, le Conseil international en sciences sociales (ISSC), le Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC/WCRP). Sous l’égide de l’UNESCO, le Programme MAS (Man and biosphère), le Programme international d’éducation relative à l’environnement (PIEE), le Programme hydrologique international (PHI/lHP), la Commission océanographique intergouvernementale (COI) ; le Programme de corrélation géologique international (PCGI/IGCP) pour la compréhension des facteurs contrôlant l’environnement global. Sous l’égide de la FAO (OAA : Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), le Programme-cadre de coopération internationale pour une agriculture et un développement rural durables (PCCl/ADRD), la Stratégie mondiale et les Programmes d’action associés pour l’aménagement et le développement des pêches ; le Programme d’action pour les forêts tropicales (PAFT), créé en commun avec la Banque mondiale et le PNUD (Programme des Nation unies pour le développement) traite de la conservation des ressources naturelles dans plus de 85 pays. Sous l’autorité de l’Alliance mondiale pour la nature (UICN/IUCN), l’Union internationale pour la conservation de la nature élabore et met en œuvre des stratégies nationales et internationales pour la protection de la nature et des espèces. Selon les termes de la Commission française du développement durable : « pour permettre aux décideurs et au grand public de mieux comprendre ce que les chercheurs ont appris, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’OMM ont créé en 1988 le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC/IPCC) ». Cet organisme est chargé d’évaluer l’état des connaissances du système climatique et ses changements, ses incidences environnementales, économiques et sociales, et les stratégies à envisager. En fait, les deux rapports du GIEC sur les changements climatiques sont particulièrement abscons. La liste est loin d’être exhaustive, elle comprend aussi des programmes européens, des organisations non gouvernementales (ONG), qui collaborent entre eux, ainsi que moult commissions, conventions, sessions extraordinaires. L’ensemble des ONG françaises est regroupé dans le Réseau Action Climat (RAC). Le Conseil de la Terre, coordonne, lui, les ONG internationales et les commissions nationales. Les subventions et aides diverses vont «en général» aux organismes respectueux du dogme.

Aux «valeurs sûres» de la climatologie qui véhiculent unanimement le discours de la terreur, s’opposent d’autres chercheurs, certes moins soutenus. mais dont les thèses présentent plusieurs avantages; en premier lieu, celui d’être relativement accessibles au commun des mortels ; en second lieu, celui de s’opposer au terrorisme de la pensée unique. Ces chercheurs ne contestent pas le réchauffement de la planète, mais affirment qu’elle ne subira qu’une augmentation de 0,5°C, qui ne peut être source d’inquiétude. Ils réfutent l’amalgame effet de serre-réchauffement-catastrophe.

Françoise Villar National Hebdo du 4 au 10 décembre 1997

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s