Connaissez-vous les « Neet »?

Il paraît que le chômage va mieux ! On se demande par quel miracle. Ou quelle manipulation des chiffres…

En tout cas, cela n’empêche pas que, en France hors Mayotte, environ 1,5 million de jeunes âgés de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation ; ils sont communément dénommés « Neet » (pour « neither in employment nor in education or training »). Ces jeunes représentent 12,9 % des 15-29 ans et plus et un Français sur cinq entre 25 et 29 ans. C’est un drame qui paraît n’avoir aucune solution à court terme alors que la reprise de l’économie a entrainé une reprise spectaculaire des créations d’emplois.

Selon l’Insee, le taux de chômage atteint 8 % en France au 2ème trimestre 2021, il reste donc orienté à la baisse depuis le début de l’année et reviendrait à son niveau d’avant-crise du Covid, à la fin de l’année 2019. Le chômage des jeunes actifs diminue assez fortement tandis que celui des seniors, lui, continue d’augmenter. Mais, la proportion des « Neet » (Neither in Employment, Education or Training), ces catégories de jeunes qui selon cette expression anglo-saxonne, n’ont ni d’éducation, ni emploi, ni formation, reste très forte.

Pour ce qui est du chômage de longue durée, la tendance est donc à l’amélioration. Après une année assez catastrophique en 2020, perturbée par les confinements successifs et le manque de visibilité des chefs d’entreprises qui se retrouvaient complètement bloqués dans leurs projets, on est revenu, depuis le début de l’année, à une situation équivalente à ce qu’elle était à la fin de l’année 2019. 

Sur le dernier trimestre, le taux de chômage en France a reculé chez les 15-24 ans (-0,8 point) et chez les 25-49 ans (-0,2 point) mais il a progressé chez les 50 ans et plus (+0,4 point). « Par rapport à son niveau d’avant crise (fin 2019), il est inférieur pour les jeunes (-1,4 point) mais équivalent pour les personnes d’âge intermédiaire (-0,1 point) et les seniors (+0,1 point) », souligne l’Insee. 

Autre indicateur qui reflète la stabilisation du marché du travail, le taux de chômage de longue durée – qui recouvre les chômeurs déclarant rechercher un emploi depuis au moins un an – est également quasi-stable, à 2,4 % de la population active (-0,1 point). En hausse également le taux d’emploi des 15-64 ans qui frôle les 70 % (+0,1 point par rapport à son niveau d’avant crise), soit une proportion record depuis le début du suivi de cet indicateur par l’Insee, en 2003.

Ces chiffres indiquent que la catastrophe sociale, liée à une vague de faillites et par conséquent à un tsunami de chômeurs ne s’est pas produite (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2020/05/13/sous-la-crise-sanitaire-les-braises-de-la-crise-sociale-sechauffent/). La crise du Covid a bloqué l’activité économique mais les actifs ayant été protégés, il n’y a pas eu destruction du système de production qui est reparti dès que l’horizon s’est éclairci, avec la conviction que la vaccination pouvait enfin nous libérer de tous les risques. Tout est reparti : la consommation, les investissements et par conséquent, l’emploi. La poursuite du mouvement est donc directement liée à la capacité de la société à se protéger du Covid, et la seule solution qui existe aujourd’hui est la vaccination

Mais ces chiffres montrent aussi que les problèmes structurels qui existaient avant la crise n’ont évidemment pas disparu. Les entreprises qui étaient malades le sont toujours, celles qui ne sont pas préparées pour accompagner les mutations sont en risque de disparaître. 

Au chapitre de l’emploi, on assiste à une reprise forte des embauches, mais aussi à une explosion des offres d’emplois qui ne sont pas satisfaitesD’où des pénuries de main d’œuvre dans les secteurs qui pourraient redémarrer très fortement : le bâtiment, le commerce et particulièrement toutes les spécialités du e-commerce, la restauration, l’hôtellerie… des secteurs qui ont du mal à retrouver leurs effectifs d’avant-Covid. Beaucoup ont quitté le secteur pour s’orienter vers d’autres activités plus lucratives ou plus intéressantes. 

Derrière ce paradoxe, il y a certes un problème de formation, mais il y aussi un problème du côté des employeurs qui sont capables d’attirer les clients mais parfois très maladroits quand il s’agit de fidéliser leurs salariés. Ce n’est pas nouveau, mais la crise n’a pas arrangé la situation. Ceux qui peuvent changer d’emploi sont en train de changer d’emploi.  

Mais le vrai drame social, ce sont les « Neet ». Entre 2 et 3 millions de Français qui ont moins de 30 ans et qui n’ont jamais travaillé, qui n’ont ni éducation de base, ni formation. Ils vivent le plus souvent encore chez leurs parents ou en foyer, ou dans la rue. Et survivent matériellement avec des revenus sociaux ou quelques activités que « la loi et la morale réprouvent ». Ces catégories ont particulièrement souffert pendant le confinement parce qu’ils se sont retrouvés sans protection. Le chômage partiel qui a, tel un remède miracle, permis de sauver les contrats de travail, ne bénéficiait évidemment qu’aux salariés qui avaient déjà un travail. 

La situation des « Neet » est très souvent liée à la situation des parents, chômeurs eux mêmes,  mais pas seulement. Il y a aujourd’hui beaucoup plus de marginaux qu’avant dans les familles de cadres supérieurs. Leur situation est aussi liée parfois à des problèmes de santé, ils sont en situation de handicap, ce qui a entrainé leur échec scolaire et leur inadaptabilité aux règles de la vie en société. Inadaptation enfin aux obligations qu’impose la responsabilité individuelle et sociale. C’est le cas le plus fréquent. 

La crise du Covid a alourdi le nombre de personnes marginalisées : beaucoup de jeunes ont été déscolarisés et ont disparu du système ; la crise a aussi restreint beaucoup d’opportunités de formation dans les entreprises qui ont fermé. C’est pour tous ces « Neet », les oubliés de l’économie moderne, que l’Union européenne tente de définir les conditions minimales d’assistance applicables dans tous les pays. De son côté, le gouvernement français réfléchit à un système de revenu minimum universel. 

Mais la vraie solution passerait sans doute par une réforme du système d’éducation et d’apprentissage dans les entreprises. L’Allemagne en donne depuis longtemps l’exemple et pourtant peine encore à inverser durablement cette courbe des « Neet« . Sachant qu’une particularité de ces jeunes est que, en leur sein, la proportion de ceux qui sont issus de l’immigration et de familles peu ouvertes à la culture comme aux outils du progrès est considérable. Témoignant ainsi de l’échec total de l’intégration et, plus encore, de l’assimilation.

Il s’agit là d’un fardeau terrible pour nos sociétés, sans aucun bénéfice pour qui que ce soit. Il serait urgent d’en prendre la mesure si celle-ci n’oeuvrait pas à contre-courant de la pensée conforme et obligatoire des temps présents. Nous finirons hélas par le payer très cher.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2021/08/17/connaissez-vous-les-neet/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s