Auguste Comte

Auguste Comte est né le 19 janvier 1798 à Montpellier (Hérault). Il perd la foi à l’âge de 14 ans. Admis à l’âge de quinze ans à l’Ecole Polytechnique, où il fut surnommé Sganarelle ou le philosophe par les élèves, il ne la fréquentera pas longtemps car la promotion fut dissoute suite à une révolte. Il vit à Paris de quelques leçons de mathématiques et fait la connaissance de Saint-Simon vers 1817. Il sera son collaborateur jusqu’en 1825. Saint-Simon (1760-1825), parent du mémorialiste, eut une grande influence sur lui. Acquis aux idées à la mode, converti à la vision du monde de la bourgeoisie, Saint-Simon participa à la guerre d’Amérique aux côtés de La Fayette.

Il est marqué par cette  expérience d’une nouvelle société, où les mérites personnels comptent plus que les titres, et renoncera à son titre de noblesse. Sous le Directoire, il s’habille comme un sans-culotte, mais est servi par vingt domestiques et possède un des meilleurs cuisiniers de Paris. Après 1802, il liquidera ses affaires et deviendra philosophe, menant une existence précaire, et développant son idée-force : les industriels sont désormais les détenteurs de la force temporelle tandis que des savants émane la force spirituelle. Les disciples de Saint-Simon travestiront ses idées en une sorte de religion. Mais revenons à Auguste Comte. Il se passionne, comme Saint-Simon et beaucoup de ses contemporains, pour les questions de réorganisation sociale. Il voudrait terminer la Révolution.
Il est convaincu que l’esprit du monde moderne, fondé sur la critique et la discussion, a profondément ébranlé la société, qui vit dans l’instabilité et l’agitation. Il faut mettre fin à l’anarchie intellectuelle. Il va proposer deux moyens : tout d’abord, une réorganisation générale des sciences, que viendra couronner la sociologie, dont il est un des « inventeurs », et la création d’un « pouvoir spirituel » qui sera confié à des savants, et chargé de se prononcer souverainement sur le bien et le mal, le vrai et le faux. Auguste Comte élabore sa célèbre loi dite des « trois états ». Pour lui, l’esprit humain emploie successivement trois méthodes : la méthode théologique par laquelle il peuple l’univers de dieux, puis la méthode métaphysique qui consiste à remplacer les dieux par des catégories intellectuelles, et enfin la méthode qui consiste à s’attacher rigoureusement aux faits. Cette philosophie positive sera la doctrine fixe et définitive de l’humanité et la société sera organisée scientifiquement. L’étude du passé permettra de comprendre le passé et de deviner l’avenir. Il s’agira de saisir les lois de l’évolution, puis de les devancer. Pour Auguste Comte, le progrès ne peut sortir que de l’ordre, d’où sa devise, que le Brésil fera sienne : « Ordre et Progrès ». Pour lui, l’anarchie tenait la société presque entière. Mais il constate que l’anarchie ne règne pas dans les sciences : « Il n’y a pas de liberté de conscience en astronomie, en physique, en chimie, en physiologie même. » Il va jusqu’à hiérarchiser les sciences. Il propose l’ordre suivant : les mathématiques, l’astronomie, la physique, la chimie, la biologie et enfin la sociologie. Chaque science dépend des précédentes sans que celle-ci soit sous son influence. Par exemple, les corps vivants sont, comme ceux inorganiques, soumis aux lois des mathématiques, de la physique et de la chimie, mais vont, de plus, se conformer aux lois de la biologie.

Comte sera amené à définir une morale, qu’il fonde sur l’ordre, le progrès et l’altruisme. Il vise le bien de l’humanité, définie comme « Grand Être », et dont il serait le « grand prêtre ». Au XIXe siècle, le positivisme inspirera très largement le camp républicain. Mais au XXe siècle, c’est Charles Maurras qui s’en inspirera, surtout pour les idées d’ordre et les idées sociales qui caractérisent cette philosophie. Auguste Comte avait cherché à résoudre les problèmes sociaux par l’organisation sociale. Il écrivit : « Savoir pour prévoir, prévoir pour pouvoir. » Pas étonnant que Charles Maurras se soit intéressé à la pensée d’Auguste Comte…

Auguste Comte meurt le 5 septembre, à Paris, à l’âge de 59 ans. Voici quelques-unes de ses pensées : « Les vivants sont toujours, et de plus en plus, dominés par les morts » ; « L’humanité se compose de plus de morts que de vivants » ; « Les morts gouvernent les vivants » ; « Il n’y a qu’une maxime absolue, c’est qu’il n’y a rien d’absolu » ; « Nul ne possède d’autre droit que celui de toujours faire son devoir. »

R.S. Rivarol du 30 mars 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s