Etat d’exception et mort du politique

SOURCE : https://electomagazine.it/stato-deccezione-e-morte-della-politica/

Début 2020, quelques jours de vie avec le virus ont suffi pour faire passer l’Italie d’un état de droit à un « état d’exception » et la prolongation du confinement, la cinquième, jusqu’au 31 décembre 2021, a consolidé un état d’urgence qui a débuté le 31 janvier 2020; les décrets du Premier ministre visant à contenir le Coronavirus sont en fait une limitation de nos libertés.

Un Occident fragile et présomptueux s’est soudainement retrouvé face à un redde rationem et la question qui se pose maintenant est la suivante : jusqu’où ira l' »État d’exception » et jusqu’où ira-t-il ?

En 1922, Carl Schmitt a défini le souverain comme « celui qui décide en état d’exception », un terme qui indique les mesures exceptionnelles prises en temps de crise et qui doit être compris à la lumière de l’ancienne maxime selon laquelle « necessitas legem non habet ».

Cependant, nos Pères constituants n’ont pas pris cette hypothèse en considération, car il était impensable que le Premier ministre puisse devenir Souverain et cette hypothèse n’était pas non plus plausible pour le reste de l’Occident.

Au demeurant, c’est l' »état d’exception » du siècle dernier qui a accompagné les dérives qui ont conduit au totalitarisme.

Ce n’est pas un droit spécial, c’est la suspension plus ou moins modulée de la loi qui apparaît aujourd’hui comme une technique de gouvernement mise en œuvre avec l’extension toujours plus grande des pouvoirs de l’exécutif par l’émission de décrets et de mesures prises, justement, dans un « état d’exception ».

L’exercice de cette prérogative érode de fait la démocratie, une institution récente telle que nous la connaissons, qui est aujourd’hui également mise à mal par un virus.

L’activité législative du Parlement est de facto marginale, tandis que dans le pays, par le bas, le pouvoir de décision des conseils locaux est désormais un simulacre.

L' »État d’exception » s’est imposé sur la base d’un principe selon lequel la nécessité caractérise une situation singulière dans laquelle la loi perd son pouvoir et devient progressivement le fondement et la source du droit.

Le droit n’admet pas de lacunes et si le juge doit juger même en présence de vides législatifs, par extension, lorsqu’une lacune du droit public apparaît, le pouvoir exécutif a l’obligation d’y remédier: c’est l' »État d’exception » qui s’est soudainement installé.

Les lois non écrites, celles de la nécessité, l’emportent sur le droit, qui réagit en conséquence, mais se trouve dans une position défensive, dénonçant la fragilité qui caractérise l’Occident même sur ces fronts.

Dans l' »état d’exception », la décision suspend ou annule les normes, les rituels, les délais et les procédures qui, dans une démocratie, constituent la substance.

« Ce que l’arche du pouvoir contient en son centre, c’est « l’état d’exception » (Giorgio Agamben, 2003), et c’est une machine qui a fonctionné à travers le fascisme, le national-socialisme et les régimes communistes, nous atteignant de manière feutrée mais efficace, et qui se réaffirme aujourd’hui dans tout l’Occident à cause d’un virus.

« En temps de crise, le gouvernement constitutionnel doit être modifié dans la mesure où cela est nécessaire pour neutraliser le danger et rétablir la situation normale – …. – le gouvernement aura plus de pouvoir et les citoyens moins de droits… la démocratie est l’enfant de la paix et ne peut vivre sans sa mère » (C. L. Rossiter, NJ, 1948), des mots écrits dans l’immédiat après-guerre, mais toujours pertinents maintenant que l’État belligérant n’est pas nécessairement sanglant.

Brèves réflexions sur une question qui a refait surface avec ardeur dans un Occident caractérisé par une fragilité déjà évidente après le 11 septembre 2001, mais qu’il faut maintenant aborder, avant qu’elle ne devienne incontrôlable.

Les frontières mouvantes, à grande vitesse, s’instaurent à une cadence inouïe dans une Europe qui se voulait sans frontières, qui proclamait le droit de tous à la libre circulation…!

Une autre question est claire : le concept de « frontière » attaqué au début de ce millénaire est maintenant revenu avec toute son ancienne puissance pour marquer les cartes de différentes couleurs, à commencer par celle d’une Europe qui doit retrouver son âme, et ce qui s’est passé à Barcelone est un signe clair de fatigue.

L’obligation de rester chez soi, entre quatre murs, a également ravivé la signification du « mur » en tant qu’instrument de défense.

Un scénario complexe qui propose un défi à ramener dans la seule sphère possible, celle de la Politique, entendue comme l’art de rendre possibles les choses nécessaires.

La politique, cependant, est sans défense dans un état d’exception.

Mariano Allocco

http://euro-synergies.hautetfort.com/

Un commentaire sur “Etat d’exception et mort du politique

  1. Mes chers Amis,

    Il existe certaines maladies, si répandues dans le monde entier, dont l’origine est due à nos péchés, les miens

    compris. Elles se soignent par la prière, le jeûne, la pénitence, la mortification, le sacrifice, l’oubli de soi, l’élévation

    à Dieu, une complète humiliation, la haine de soi par l’amour de Dieu, etc…

    Fatima: le Saint Rosaire à outrance!

    Très humblement vôtre,

    Le pauvre pécheur que je sais être.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s