Trois livres sur les relations germano-soviétiques de 1918 à 1944 5/5

Ci-contre : Deux personnages importants de la République de Weimar : von Papen et Kurt von Schleicher, ici en 1932, respectivement alors Reichskanzler et Reichswehminister, lors d’une commémoration militaire à Berlin. Von Schleicher constatera que son armée ne pouvait contenir les éléments communistes et nazis si ceux-ci unissaient leurs forces. Son objectif : maintenir le statu quo (réparations incluses) en demandant aux Alliés de pouvoir disposer de 300.000 hommes. Cette éventualité inquiétait les Soviétiques, car elle aurait pu déboucher sur une alliance franco-germano-polonaise. Le conflit entre von Schleicher voulant temporiser la situation socio-politique et l’ultraconservateur von Papen décrétant la loi martiale ne fera que rendre plus instable le gouvernement de Hindenburg.

Cette “guerre préventive” se déclenche donc le 22 juin 1941. Les Allemands avancent rapidement. Après 4 jours, toute la Lithuanie tombe entre leurs mains ; vers la mi-juillet, ils sont aux portes de Leningrad. Le Reich se trouve désormais confronté à une mosaïque de peuples slaves et non slaves, aux frontières floues, disséminés sur un territoire immense, qu’il s’agit d’administrer, d’abord pour faciliter les opérations militaires, ensuite pour créer les bases d’un avenir non soviétique. Les avis divergeaient considérablement : les uns souhaitaient imposer un régime dur de type colonial dans l’espace balte, ukrainien, biélorusse, russe et caucasien ; les autres estimaient qu’il fallait se mettre à l’écoute des aspirations des peuples occupant ces pays, canaliser ces aspirations au profit du reste de l’Europe et atteler leurs potentialités humaines et économiques à un grand projet d’avenir : l’espace indépendant de la Grande Europe, de l’Atlantique à l’Oural et au-delà.

Le Professeur Alfred Schickel, Directeur de la Zeitgeschichtliche Forschungsstelle d’Ingolstadt (Bavière), a exhumé six mémoranda du Prof. Theodor Oberländer mobilisé pendant la guerre avec le grade de Capitaine (Hauptmann) dans l’Abwehr. Oberländer était un adversaire résolu des plans de type colonial pour l’espace slave ; professeur de sciences politiques et d’agronomie, il avait effectué plusieurs voyages dans le Caucase comme conseiller agricole à l’époque du tandem germano-soviétique sous Weimar, avant de devenir Doyen de l’Université de Prague en 1940.

Ami de Canaris, Oberländer fut, tout au long du conflit, un chaleureux partisan de la coopération entre les peuples de l’Est et l’Allemagne ainsi qu’un avocat passionné de la mise sur pied d’unités militaires composées de ressortissants des divers peuples d’URSS. Les éditions Mut (Asendorf) ont récemment publié [en 1987, 144 p.] les textes intégraux de ses 6 mémoranda sous le titre :

 Der Osten und die Deutsche Wehrmacht : Sechs Denkschriften aus den Jahren 1941-43 gegen die NS-Kolonialthese

Le premier mémorandum (octobre 1941) concerne le Caucase, région bien connue du Professeur Oberländer. Outre une description géographique, ethnographique et historique de la région, le texte comporte une esquisse des événements qui ont conduit à la bolchévisation du Caucase et un plan suggéré aux nouvelles autorités allemandes. Ce plan prévoit :

• un nouvel ordre agricole, comprenant un démantèlement des kolkhozes et adapté à chaque ethnie et à chaque type de culture ou d’élevage ;

• une administration autonome, gérée par des élites autochtones ;

• la liberté religieuse et culturelle, qui permettra d’enthousiasmer les Caucasiens pour l’idée d’une Europe continentale libre et indépendante. Oberländer souligne l’importance stratégique de la région, plaque tournante entre la plaine ukrainienne et les plateaux iranien et anatolien, surplombant les champs pétrolifères irakiens. Si le bloc continental européen doit voir le jour, il importe que le Caucase puisse y jouer un rôle capital et que les populations qui le composent se sentent intimement concernées par la création de la Nouvelle Europe et lui apportent la richesse de leur diversité culturelle et leur pétrole.

Le second mémorandum (28 octobre 1941) avait pour objet de donner des directives au haut commandement afin d’assurer l’approvisionnement des armées en marche et de garantir l’acquisition d’un maximum de surplus en substances alimentaires sur les terres ukrainiennes. Articulé en cinq volets, le texte décrit notamment l’atmosphère dans les villes et villages ukrainiens au moment de l’entrée des troupes allemandes. À l’Ouest de l’ancienne frontière polono-soviétique, les Allemands furent d’emblée reçus en libérateurs et l’on attendait d’eux qu’ils contribuent à réaliser les aspirations du nationalisme ukrainien. À l’Est de l’ancienne frontière, les Allemands rencontrèrent une population attentiste, inquiète, amortie par deux décennies de terreur communiste mais non directement hostile aux nouveaux occupants. Cette population était prête à accepter un régime d’occupation très dur car elle était parfaitement habituée à des traitements d’une incroyable rudesse.

Pour Oberländer, ce fatalisme ne devait pas induire les autorités allemandes à profiter de cette sinistre flexibilité mais au contraire à offrir généreusement des libertés afin de susciter les enthousiasmes. Le paysannat, qui n’avait pas oublié les rigueurs staliniennes de 1933, devait pouvoir espérer un régime plus favorable voire un avenir radieux, sur les terres les plus fertiles en blé d’Europe. Le gouvernement militaire devait dès lors prévoir la distribution de graines, le démantèlement graduel du système kolkhozien par l’octroi de primes à la production, éveiller l’initiative personnelle à tous les niveaux, engager des ingénieurs autochtones pour surveiller et maximiser la production, mettre sur pied une Croix-Rouge ukrainienne, offrir à l’Ukraine toute sa place dans la Nouvelle Europe à égalité avec les autres nations de l’Axe, recruter une police et une armée ukrainiennes. Pour parfaire cette politique, il importait d’éviter les bavures ; en filigrane, on perçoit une dénonciation véhémente des erreurs psychologiques déjà commises par les militaires et les administrateurs allemands.

Le troisième mémorandum d’Oberländer (automne 1942) signale le phénomène des partisans à l’arrière des lignes allemandes. Les partisans sont peu nombreux, signale Oberländer ; beaucoup d’entre eux ne sont pas des habitants de la région mais des troupes soviétiques parachutées. Mais la déception de certains Ukrainiens nationalistes, d’abord prêts à collaborer avec les Allemands contre les Staliniens, grossira indubitablement leurs rangs. En conséquence, il faut prévoir et favoriser une politique allant dans le sens des intérêts nationaux ukrainiens, créer les conditions d’un État ukrainien pleinement souverain. Le quatrième mémorandum formule les mêmes desiderata de manière quelque peu plus formelle.

Le cinquième mémorandum consiste en 24 thèses sur la situation militaire à la mi-mars 1943. Comme le signale les éditeurs, ces 24 thèses constituent une sévère critique de la politique menée par le gouvernement allemand dans les territoires occupés mais, vu la censure, contiennent des éléments de phraséologie nationale-socialiste, évoquant, entre autres, le « génie du Führer ». Ce texte est d’une importance capitale : il révèle une vision grandiose du destin de l’Europe, quoiqu’encore marqué d’un catholicisme impérial que l’on retrouve chez Carl Schmitt. Oberländer part d’un éventail de faits historiques connus : les peuples dominants ont de tous temps fondé des Empires et assuré une paix intérieure aux territoires qu’ils dominaient.

Les événements de la guerre en cours prouvent que les techniques modernes, réduisant les pesanteurs du temps et de l’espace, ont rapproché les peuples et favorisé les projets d’unification européenne. Dans la thèse troisième, Oberländer pose l’équation “Allemagne (le Reich auquel il accorde une dimension spirituelle et non raciale) = Continent européen”, exactement comme l’avaient propagée les théoriciens de la géopolitique Kjellén et Haushofer.

« Thèse 3 : l’Allemagne et son continent sont inséparables. Le moment est enfin venu, de transformer en réalité politique ces faits naturels, c’est-à-dire de créer le Großraum [Grand Espace] européen, sous la direction de l’Allemagne (Oberländer reprend ici le jargon national-socialiste). La situation qu’occupe l’Allemagne est défavorable en ceci : nous avons, en l’espace de très peu d’années — donc simultanément si l’on veut parler en termes d’histoire — voulu parfaire deux tâches historiques s’excluant l’une l’autre sur le plan pratique :

  1. Créer la Grande-Allemagne (Großdeutschland), ce qui a suscité la désapprobation de tous les peuples limitrophes, directement concernés, et la méfiance de bon nombre d’autres nations ;
  2. Parfaire l’unification européenne, tâche pour laquelle nous devons transformer les mêmes peuples hostiles en alliés et les gagner à notre cause. C’est pourquoi il est important de prendre systématiquement en compte tous les réflexes psychologiques, en tous les domaines de la politique européenne. Fuir cette tâche serait de la trahison ; non seulement à l’endroit de l’Europe mais aussi à l’endroit de notre propre peuple. Car tout peuple appelé à exercer le leadership mais qui cherche à se soustraire à sa tâche, sombre dans l’insignifiance spirituelle et politique, comme le prouve l’exemple historique des États grecs de l’Antiquité. »


Les points suivants du mémorandum d’Oberländer constituent un réquisitoire contre les diverses formes de matérialisme massificateur : l’Europe de l’avenir doit se baser sur des valeurs de personnalité collective, propres à chaque peuple. La garantie accordée à ces innombrables personnalités devait, pensait Oberländer, susciter une synergie à l’échelle continentale. Les pays “occupés” ne devaient plus être nommés de cette façon : il fallait systématiquement, surtout à l’Est, parler de “territoires libérés”.

Au centre de la problématique néo-européenne, Oberländer place la “question slave”. C’est cette question qui a déclenché la Première Guerre mondiale. L’Allemagne doit apparaître comme la puissance libératrice des peuples slaves soumis à la Russie et/ou au bolchévisme, non comme une nouvelle puissance coloniale, comme la manipulatrice d’un nouveau knout. Les Slaves de l’Ouest et de l’Est doivent être mobilisés pour la construction de l’Europe Nouvelle, à l’instar des Bulgares, des Slovaques et des Croates. L’Europe ne peut se passer d’eux : ni sur le plan géopolitique-stratégique ni sur le plan économique (complémentarité des richesses minières et agricoles des pays slaves avec l’infrastructure industrielle de l’Europe occidentale).

Dans cette optique, Oberländer critique les thèses anti-slaves à connotations racistes : la composition ethnique des peuples russe, ukrainien et biélorusse englobe un solide pourcentage de “sang nordique”, donc la thèse d’une radicale différence somatique entre Slaves et Germains ne tient pas debout. La question de l’accroissement du territoire national allemand, des zones de peuplement allemand, doit se résoudre raisonnablement, sans raidir l’ensemble des peuples slaves : Allemands et Ukrainiens doivent trouver un modus vivendi, peut-être au détriment de la Pologne.

Dans son sixième mémorandum (22 juin 1943), Oberländer précise sa pensée quant au grand-espace européen. La Petite-Europe, c’est-à-dire l’Europe sans l’espace slave, n’est qu’un appendice péninsulaire de la masse continentale asiatique, comparable à la Grèce au sein de l’Empire romain. Pour éviter cet handicap et pour inclure les potentialités des peuples slaves, ce qui signifie, du même coup, agrandir et consolider la charpente de la Grande Europe, l’Allemagne doit pratiquer une politique de la main tendue, favoriser des réformes agraires pour s’allier le paysannat ébranlé par le communisme, recréer des strates d’artisans indépendants dans la population, etc.

Les propositions d’Oberländer sont restées lettre morte. La disgrâce de Canaris provoqua son éclipse des rangs des décisionnaires allemands.

À l’heure de la perestroïka, des remaniements multiples en Europe centrale et orientale, à l’heure d’une volonté générale mais confuse de modernisation, de l’abandon des chimères étriquées et obsolètes du marxisme-léninisme, il importe de connaître tous les éléments des complicités et des inimitiés qui ont marqué l’histoire des peuples russe, allemand, polonais, balte, ukrainien, caucasien, etc. La construction d’un ensemble solide ne peut reposer sur les sables mouvants des proclamations idéologiques. L’histoire tragique, mouvementée, glorieuse ou sanglante, représente un socle de concrétude bien plus solide…

Les amateurs de terribles simplifications, les spécialistes de l’arasement programmé de tous les souvenirs et de tous les réflexes naturels des peuples, partent perdants, sont condamnés à l’échec même s’ils mobilisent des moyens colossaux pour se hisser momentanément sous les feux de la rampe. Construire la “maison commune”, c’est se mettre à l’écoute de l’histoire et non pas rêver à un quelconque monde sans heurts, à un paradis artificiel de gadgets éphémères. Les adeptes soft-idéologiques de la “gorbimania” tombent sans doute dans le panneau, mais au-delà des promesses roses-bonbon du gorbatchévisme, veillent les gardiens de la mémoire historique.

Luc Nannens (pseud. RS), Vouloir n°56/58, 1989.

http://www.archiveseroe.eu/histoire-c18369981/4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s