Trois livres sur les relations germano-soviétiques de 1918 à 1944 2/5

Ci-contre : Deux personnages importants de la République de Weimar : von Papen et Kurt von Schleicher, ici en 1932, respectivement alors Reichskanzler et Reichswehminister, lors d’une commémoration militaire à Berlin. Von Schleicher constatera que son armée ne pouvait contenir les éléments communistes et nazis si ceux-ci unissaient leurs forces. Son objectif : maintenir le statu quo (réparations incluses) en demandant aux Alliés de pouvoir disposer de 300.000 hommes. Cette éventualité inquiétait les Soviétiques, car elle aurait pu déboucher sur une alliance franco-germano-polonaise. Le conflit entre von Schleicher voulant temporiser la situation socio-politique et l’ultraconservateur von Papen décrétant la loi martiale ne fera que rendre plus instable le gouvernement de Hindenburg.

Le rapport final qui lui est transmis le 2 décembre 1932 est alarmant : l’armée serait incapable de faire face à un putsch unissant les deux partis “extrémistes”. Ne disposant que de 100.000 hommes, elle est en infériorité numérique devant les 130.000 militants du Kampfbund [Ligue de combat] communiste, renforcés par les 30.000 adolescents de l’organisation de jeunesse, et des 400.000 SA et HJ de la NSDAP. De plus, la réussite du mouvement de grève conjoint dans les transports publics berlinois a démontré que les putschistes éventuels pourraient paralyser les chemins de fer, empêchant tout mouvement de troupes vers les centres insurrectionnels. Schleicher est dès lors obligé, pour sauver la République de Weimar aux abois, de faire des concessions aux Alliés pour que ceux-ci permettent à la Reichswehr de disposer de 300.000 hommes lors de la Conférence de Genève prévue pour 1933.

Poussé dans le dos par le Komintern, la KPD entonne des refrains aussi patriotiques que les nationaux. Le Komintern proclame le 10 janvier 1933 :

« Il faut combattre sans merci les oppresseurs de la nation ! Il faut lutter contre l’occupation de la Sarre, l’oppression des Alsaciens et des Lorrains, contrer la politique rapace de l’impérialisme polonais à Dantzig, lutter contre l’oppression des Allemands en Haute-Silésie, en Pomérélie et au Tyrol du Sud, contre la mise en esclavage des peuples et des minorités ethniques en Tchécoslovaquie, contre la perte de ses droits par le peuple autrichien ».

Mais Moscou continue à faire davantage confiance à la NSDAP.

Le 22 janvier 1933, les hitlériens projettent une manifestation provocatrice devant le quartier général communiste de Berlin. Les Soviétiques donnent l’ordre à leurs coreligionnaires berlinois de ne pas s’y opposer. Après la prise du pouvoir par Hitler, l’immeuble sera perquisitionné et la police y trouvera des “preuves” d’un projet de putsch communiste. Le Reichstag brûle le 27 février, apparemment par l’action d’un communiste hollandais, Marinus van der Lubbe. La KPD est interdite. À Moscou, les milieux gouvernementaux restent calmes et choisissent l’attentisme : il faut sauver les relations privilégiées entre l’URSS et l’Allemagne et ne pas les gâcher par une propagande anti-nazie irréfléchie.

Litvinov, Hitler et Rosenberg

Les Soviétiques refuseront de tenir compte des déclamations anti-communistes des dirigeants nazis. Litvinov avertit cependant Dirksen, ambassadeur du Reich à Moscou, que cette bienveillance cessera si l’Allemagne tente un rapprochement avec la France, comme l’avaient fait les sociaux-démocrates de Stresemann et vraisemblablement le Général Schleicher. Litvinov déclare que le gouvernement soviétique n’a pas l’intention de changer sa politique à l’égard de l’Allemagne mais fera tout pour empêcher une alliance germano-française. En échange, Litvinov promet de ne pas s’allier avec la France et de ne pas réitérer la politique d’encerclement de l’Entente avant 1914, l’URSS n’ayant pas intérêt à reconnaître les clauses du Traité de Versailles et l’existence de l’État polonais. Le 29 avril 1933, Hitler reçoit Khintchouk en présence du Baron Konstantin von Neurath, et promet de ne pas s’occuper des affaires intérieures russes à la condition expresse que les Soviétiques n’interviennent pas dans les affaires intérieures allemandes (en clair : cessent de soutenir les communistes allemands).

Pendant les premières années du régime hitlérien, les relations germano-russes sont donc restées positives avec toutefois une seule petite ombre au tableau : les activités d’Alfred Rosenberg, chef du bureau des Affaires étrangères de la NSDAP et rédacteur-en-chef de son organe de presse, le Völkischer Beobachter. Né dans les pays baltes, ayant étudié à Moscou, Rosenberg haïssait le communisme soviétique. Il rêvait d’une balkanisation de l’URSS et notamment d’une Ukraine indépendante. Hitler ne le nomma pas Ministre des Affaires étrangères du Reich, ce qui soulagea les Soviétiques. Des envoyés spéciaux laissaient sous-entendre régulièrement que si Rosenberg devenait Ministre des Affaires étrangères, les Soviétiques pourraient être amenés à reconduire leur alliance avec la France. La tragédie de la “Nuit des longs couteaux”, au cours de laquelle Schleicher est éliminé, satisfait Staline qui voyaient dans les victimes des instruments d’une politique d’alliance avec la France (donc avec la Pologne).

Démontant le système de Versailles pièce par pièce, Hitler rapatrie les usines d’armement disséminées en Russie. Les installations de Kama et de Tomka, où furent élaborés les premiers chars allemands et la tactique offensive de l’arme blindée, sont démantelées et reconstruites en Allemagne. Ensuite, c’est au tour du centre aérien de Vivoupal, matrice de la future Luftwaffe. Les usines avaient bien servi le Reich et l’URSS ; les deux puissances avaient pu moderniser leurs armées à outrance. Dans l’Armée Rouge et la nouvelle Wehrmacht, on retrouvera les mêmes armes modernes, supérieures à celles de tous leurs adversaires.

L’élimination de Toukhatchevski

Hitler, en annulant les effets de l’article 198 du Traité de Versailles, se rendait parfaitement compte que la Reichswehr avait créé l’Armée Rouge de Staline. Comment ôter aux Soviétiques l’atout que les relations privilégiées entre les deux armées leur avaient octroyés ? Gordon Lang décrit le rôle de Heydrich : celui-ci avait pu observer les purges contre les trotskistes et constater avec quelle rage paranoïaque Staline poursuivait et éliminait ses adversaires. Soupçonneux à l’extrême, le dictateur géorgien prenait assez aisément pour argent comptant les bruits de complot, vrais ou imaginaires. Heydrich en conclut qu’il suffisait de faire courir la rumeur que le Maréchal Toukhatchevski complotait contre Staline. Or une vieille haine couvait entre les deux hommes.

Lors de l’offensive soviétique contre la Pologne en 1920, Toukhatchevski marcha victorieusement sur Varsovie et donna l’ordre au deuxième corps d’armée soviétique, commandé par Vorochilov et Boudienny, de faire mouvement vers la capitale polonaise et de prendre en tenaille leur adversaire. Vorochilov et Boudienny, sous l’impulsion de Staline, alors commissaire politique aux armées, refusèrent de suivre cet ordre et marchèrent sur Lemberg, capitale de la Galicie. Weygand, commandant en chef des troupes polonaises, s’engouffra dans la brèche et battit tour à tour les armées de Toukhatchevski et de Vorochilov, Boudienny et Staline. Toukhatchevski n’avait jamais raté l’occasion de rappeler cette gaffe monumentale de Staline. En fabriquant de faux documents accablants pour le Maréchal, Heydrich savait que Staline sauterait sur l’occasion pour éliminer ce témoin gênant de sa faute politique majeure. L’élimination de l’état-major soviétique réduisit l’Armée Rouge à l’impuissance pendant plusieurs années. Parmi les rescapés des purges : Vorochilov et Boudienny…

Si Staline était indubitablement germanophile, Toukhatchevski, contrairement à la plupart des trotskistes épurés ou dissidents, l’était aussi. Lang reproduit un document intéressant de 1935 : les notes prises lors de l’entrée en fonction du nouvel attaché militaire allemand en URSS, le Général Ernst-August Köstring. Ces notes révèlent la volonté de Toukhatchevski de s’en tenir aux principes de von Seeckt. En 1936, Toukhatchevski conseille au Ministre des Affaires étrangères roumain, Nikolae Titulescu de ne pas lier le destin de la Roumanie à la France et à la Grande-Bretagne, États vieux et usés, mais à l’Allemagne, État jeune et dynamique. Pourquoi Heydrich a-t-il contribué à liquider un militaire compétent, ami de son pays ? Parce que la germanophilie de Toukhatchevski n’était pas inconditionnelle, vu le pacte Anti-Komintern : le Maréchal avait organisé des manœuvres et des Kriegspiele, dans lesquels l’Allemagne envahissait l’URSS et l’Armée Rouge organisait la défense du territoire. Ce fait dément les accusations d’espionnage au profit de l’Allemagne. Est-ce l’encouragement aux Roumains à s’aligner avec l’Allemagne qui a servi d’alibi aux épurateurs staliniens ? En effet, une Roumanie sans garantie allemande aurait été une proie facile pour l’URSS qui voulait récupérer la Bessarabie…

Le premier volume du livre de Gordon Lang s’arrête sur l’épisode de l’élimination de Toukhatchevski. Un autre historien, Karl Höffkes, dans

 Deutsch-sowjetische Geheimverbindungen : Unveröffentliche diplomatische Depeschen zwischen Berlin und Moskau im Vorfeld des Zweiten Weltkriegs,

[Veröffentlichungen des Instituts für deutsche Nachkriegsgeschichte : Band 15, Grabert Verlag, Tübingen, 1988, 298 p.] présente tous les documents relatifs au pacte germano-soviétique [dit Traité Ribbentrop-Molotov], signé le 23 août 1939.

Höffkes classe les documents par ordre chronologique, ce qui permet de suivre l’évolution des événements qui ont conduit au partage de la Pologne en septembre 1939. Il signale aussi que, vu la participation militaire active des Soviétiques au démembrement de la Pologne, à l’occupation des Pays Baltes et de la Bessarabie/Bukovine entre le 17 septembre 1939 et le 22 juin 1941, la culpabilité allemande dans le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale ne saurait être exclusive, indépendamment des raisons qui ont poussé les deux puissances à agir. Officiellement, les Soviétiques prétendent être rentrés en Pologne parce que l’État polonais avait cessé d’exister et que leur devoir était de protéger les populations ukrainiennes et biélorusses de Volhynie et de Galicie. Les Alliés avaient déclaré la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939 mais ne feront pas de même pour la Russie après le 17 septembre. Dans la Pravda du 29 novembre 1939, Staline lui-même justifie ses positions :

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s