Les Indo­-Européens et la domestication du cheval 5/6

[Ci-dessus : Peigne d’apparat en or de facture grecque représentant des guerriers scythes combattant à cheval et à pied. Découvert en 1913 dans la tombe kourgane (à tumulus) de Solokha (Ukraine). IVe s. av. JC. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg]

Le char, instrument de l’expansion indo-européenne

Dès que le char a été connu, il a dû se répandre en 300 ans de Sumer à l’Europe du Nord-Ouest. Le contact a dû indubitablement s’établir dans le Caucase. Les intermédiaires ont dû être ces Indo­-Européens qui, à partir de –4200, ont quitté leur patrie originelle de l’Europe Centrale pour traverser l’Ukraine et buter contre les montagnes du Caucase.

Dans les régions du Sud de la Rus­sie, l’organisation économique se transforme : elle passe d’une structure de paysannerie nomade à l’élevage, avec une plus grande mobilité et une densité de population réduite. J’estime que c’est une erreur entachée d’idéologie de croire que ces tribus sont opposées et différentes, sur les plans de la langue et de la race, de leurs congénères paysans d’Europe Centrale. Hérodote nous rap­pelle pourtant que les Iraniens de son temps se répartissent en tribus d’élite paysannes et no­mades. Sachons aussi que les farmers et les cow-boys d’Amérique représentent des types humains dérivés d’une même matrice, retrouvant sans doute les mêmes réflexes que leurs plus lointains ancêtres des steppes russo-ukrai­niennes. D’après les preuves chronologiques que l’on a pu rassembler, les guerriers de l’Est, armés de haches de combat et dressant des tumuli pour leurs morts, ne sont ni les premiers Indo-Européens ni les inventeurs de la domesti­cation du cheval. Ils sont certainement des Indo-­Européens de la première heure, qui possédaient des chevaux et des chars ; ils ont assuré une diffusion rapide des ethnies et des langues indo-européennes de l’Atlantique à la Mer d’Aral.

Les Sumériens aux yeux bleus

J’aimerais évoquer encore le processus de transmission de la roue et signaler un état de choses que j’ai été le premier à mettre en évi­dence et à exploiter scientifiquement. On peut constater sur les reproductions photographiques de nombreux ouvrages illustrés que, dans le groupe de statuettes d’argile dit des “hommes en prière”, ainsi que pour d’autres figures sumé­riennes, datant de –2700, un bon tiers des personnes représentées, appartenant aux castes supérieures ont un iris bleu incrusté en lapis-­lazuli. Les 2 autres tiers ont un iris brun. La pierre de couleur bleue devait être importée d’Afghanistan. Personne ne se serait donné tant de mal si des hommes aux yeux bleus étaient in­connus. Par hétérozygotie, ce gène récessif ne survient que dans le phénotype. Les mutants de cette caractéristique n’étaient pas installés au départ dans les zones subtropicale et centre-­asiatique. Les yeux bleus ne sont qu’un phé­nomène connexe sans valeur sélective naturelle dans le processus général d’éclaircissement des pigments. Les spécialistes ne s’entendent pas entre eux pour dire que les yeux bleus sont apparus au plus tard au début du néolithique en Europe centrale et en Europe du nord-ouest. Les éléments à yeux bleus dans les castes nobles de Sumer ne peuvent avoir immigré que d’une région située à l’Ouest. Lorsque je vis pour la première fois en 1979 la statuette du tronc d’un prince d’Ourouk, j’eus immédiatement l’impres­sion d’avoir en face de moi un conducteur de char. Archéologues et historiens de l’art ne pourront jamais expliquer la position des mains, s’ils persistent à croire que ce prince est en prière. Plus tard, je pus apprendre, dans la Propyläen-Kunstgeschichte, que dans les or­bites de cette figure, de 500 ans plus ancienne, on a découvert des restes de lapis-lazuli dans un noyau en coquillage blanc (12).

Grâce à cette découverte, je me suis convaincu que dès –3200 une première caste de conducteurs de chars a déboulé en Orient, exactement de la même façon que vers –1650 les Mitanniens indo­aryens surgiront en Syrie. Évidemment, il s’agissait encore de chars primitifs, dotés de roues de bois pleines, dont les chevaux n’étaient encore guère accoutumés au climat subtropical. Pour cette raison, ces tribus attelèrent des ona­gres. Mais il est possible de parler dès cette épo­que d’un contact culturel reliant Sumer à la Mer du Nord.

Peu après apparaissent également de riches tumuli érigés par des Indo-Européens orientaux dans la région du Kouban. À partir de cette ré­gion, des tribus s’élancent vers la Sibérie et vers l’Altaï, où se crée alors, au IIIe millénaire av. notre ère, un second centre de domestication du cheval. Déjà en Russie, l’espèce, de taille plus grande, qu’est le tarpan des steppes, s’était croi­sée avec le cheval domestique. Aux temps histo­riques, les étalons tarpans séduisaient et enle­vaient des juments domestiques, ce qui a con­duit, au siècle passé, à l’extermination des der­niers tarpans de Russie. Le tarpan oriental a pu se croiser en Mongolie avec des chevaux do­mestiqués. En Europe les chevaux de fjord nor­végiens constituent les derniers vestiges d’une forme ancienne de cheval domestique retournée à l’état sauvage et dérivée du tarpan des forêts. Ces chevaux sont toutefois plus forts et capables de meilleures prestations que les premiers che­vaux domestiques.

Les racines linguistiques des mots signifiant “chevaux”

En langue indo-européenne primitive, le mot commun pour désigner le cheval est *ekvos. En tokharien, il prend la forme de yakvé et celle-ci se retrouve jusqu’en Chine. Chez les Indo-ar­yens, le mot devient asva, à cause de la mutation consonantique qui transforme le k en s. La mu­tation iranienne, laquelle se retrouve également dans les nom de personnes en Thrace, donne aspa. Les Illyriens et les Celtes, originaires d’Europe Centrale, transforment le groupe con­sonantique kv en p. C’est ainsi que le cons­tructeur du Cheval de Troie se nomme Épeios et que la déesse chevaline gauloise s’appelle Épo­na. Cette forme s’est maintenue dans certains dialectes allemands et en grec ancien. Le terme allemand Mähre, que l’on retrouve dans le vo­cable péjoratif Schindmähre (rosse, carne), est dérivé du vieil-haut-allemand merila, signifiant jument. La racine de ce mot est mongole (*mörin). On peut penser que ce sont les Huns qui nous l’ont transmis. Le mot Pferd (nl : paard) dérive, quant à lui, du moyen-latin para­veredus, qui désignait les chevaux de la poste gallo-romaine. Le mot ouralique *kaväl nous est venu d’Asie centrale via le finnois et le slave. L’origine de *kob-moni n’est pas encore tout à fait élucidée. De ce mot dérive le terme greco-la­tin kaballe/us, que l’on retrouve â côté de hippos et equus. Nous l’avons conservé dans les mots français “cavalier” (Kavalier) et “cavalerie” (Kavallerie). La racine *mandus est westique-méditerranéenne : on la retrouve chez les Basques et les Étrusques. Celtes et Italiques utilisent le mot mannus pour désigner le poney.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s