L’invasion de l’Europe, conséquence ultime de la modernité

Ce qui nous arrive, l’invasion de l’Europe, est finalement une conséquence – peut-être même la conséquence ultime – du basculement intervenu à la fin du 18e siècle, en France puis en Europe : l’accession au pouvoir des idées des lumières et l’avènement de la société moderne.

La société moderne qui se met alors en place vise à remplacer la société traditionnelle dans tous ses aspects, et d’abord dans son ressort principal. Le ressort de la société moderne est l’individualisme : la société moderne promeut l’individu, égal aux autres à la naissance et libre de toute appartenance. Il est libre vis-à-vis de Dieu, vis-à-vis de toute hiérarchie préétablie, vis-à-vis de la tradition, vis-à-vis des structures collectives, vis-à-vis du pays dans lequel il naît. Au contraire dans la société traditionnelle, l’individu devait se soumettre aux hiérarchies et aux cadres sociaux traditionnels, la famille, la tradition, Dieu, et il était à leur service. En un mot, la société traditionnelle était collectiviste et centrée sur les devoirs de l’individu envers le groupe : la société moderne est individualiste, centrée sur l’individu et ses droits.

L’Europe est aujourd’hui envahie par des populations venues d’autres continents. Cette invasion est voulue et organisée par la classe dirigeante elle-même. De son côté la majorité de la population de souche choisit de ne pas réagir et de se soumettre au processus en cours. Tout cela est une conséquence directe de l’avènement de la société moderne : c’est en effet l’individualisme, comme nous allons le voir, qui explique et sous-tend les comportements des Français de souche, qu’ils se situent au pouvoir ou au sommet de la société, dans ses rouages intermédiaires ou dans les profondeurs du peuple.

L’universalisme est une autre caractéristique majeure de l’idéologie moderne. Il explique puissamment lui aussi l’attitude de la classe dirigeante et la soumission de la majorité de la population à l’invasion migratoire et à la mondialisation. Mais l’universalisme est lui-même une conséquence directe de l’individualisme, qui l’implique nécessairement : si tous les individus sont à la naissance libres de toute appartenance, la règle est nécessairement universelle et aucune frontière n’est légitime. C’est pourquoi, sur ce point là encore, les deux sociétés s’opposent radicalement. La société traditionnelle est enracinée : dans le terroir, dans la communauté villageoise ou paroissiale, dans la province et le royaume, dans la chrétienté. La société moderne, société d’individus libres, est universaliste.

  • L’individualisme des élites

Les membres de la classe dirigeante organisent, depuis plus de soixante ans maintenant, l’invasion de l’Europe. Dès la fin des années cinquante ils ont décidé l’immigration de travail, à la demande du patronat, pour limiter les hausses de salaires et éviter aux entreprises des investissements coûteux dans la robotisation. Au milieu des années soixante-dix ils ont décidé l’immigration familiale. Dans les années deux-mille ils ont résolu d’accueillir des centaines de milliers de demandeurs d’asile et de n’en renvoyer aucun ou presque, même lorsque ils n’obtiennent pas le statut de réfugié. L’immigration familiale et l’arrivée massive de clandestins ont permis de pourvoir à bas coût les emplois non délocalisables. L’immigration de masse permet en outre de conserver un nombre élevé de consommateurs solvables et des débouchés importants, dans des sociétés européennes où la population de souche se caractérise désormais par une faible démographie.

Pendant qu’elle organisait l’immigration massive, la classe dirigeante a également mis en oeuvre, à partir des années 90, la mondialisation et les délocalisations, afin là-aussi de réduire les coûts de production. Plus encore que l’immigration, la mondialisation lui a permis de s’enrichir dans des proportions inédites. La mondialisation permet en outre à la classe dirigeante d’accroître ses pouvoirs, en s’affranchissant des frontières et de l’autorité des Etats : tandis que le cadre national est trop étroit pour ses ambitions, la mondialisation permet à la classe dirigeante française et européenne d’intégrer une élite mondiale et d’être actrice du jeu planétaire.

L’enrichissement sans précédent historique de la classe dirigeante bénéficie également à ceux qui vivent dans son entourage et sa dépendance : politiciens locaux, médias, professions libérales, cadres supérieurs… C’est pourquoi l’ensemble de la classe supérieure approuve et appuie la politique de mondialisation et d’immigration. 

Ces politiques d’immigration et de mondialisation sont des politiques de trahison. Elles trahissent les intérêts de la majorité de la population, victime au quotidien de la dégradation des conditions de vie liée à l’immigration et victime des conséquences des délocalisations. Elles trahissent les intérêts de nos descendants, qui naîtront privés de leur pays. Elles trahissent les intérêts de la nation elle-même, désormais menacée de disparition. Or, et c’est ce que nous voulons ici souligner, cette trahison est une conséquence directe de la modernité et de l’individualisme. Les membres de la classe dirigeante, en effet, sont des modernes : ils sont individualistes et athées. Ils ne sont donc plus arrêtés ni même freinés par les interdits moraux qui existaient dans la société traditionnelle chrétienne. Dans la société moderne, les dirigeants ne reconnaissent plus aucun frein moral, plus aucune limite, plus aucun devoir envers la collectivité. Ce sont des jouisseurs et leur horizon est celui de leur propre vie personnelle. De même ils n’ont plus aucun lien avec la notion d’intérêt national puisqu’ils sont internationalistes. Les politiques d’immigration et de mondialisation sont bien, on le voit, une conséquence directe de la modernité.

  • L’individualisme des catégories intermédiaires

Le Système mondialiste et immigrationniste repose sur l’obéissance, le conformisme et le zèle de tous ceux qui constituent les rouages de l’administration et des structures publiques ou parapubliques : fonctionnaires de divers niveaux, juges, responsables des associations para publiques, intellectuels, enseignants, publicitaires, journalistes… Sans l’obéissance et le zèle quotidien des fonctionnaires et agents publics, les lois et décisions prises par les dirigeants ne pourraient s’appliquer. Sans l’appui qu’apportent les intellectuels, enseignants, journalistes et gens de culture, la propagande mondialiste et immigrationniste ne serait pas relayée et diffusée. Toutes ces personnes qui jouent un rôle de relai portent donc une part de responsabilité directe et personnelle dans les politiques de mondialisation et d’immigration.

La plupart des personnes qui sont les rouages du Système adhérent pleinement aux idées modernes : elles sont, elles-aussi, athées, laïques et internationalistes. Toutefois une partie des fonctionnaires, juges, et membres des milieux enseignants et culturels appliquent ou relaient la politique décidée par la classe dirigeante moins par adhésion que par souci de préserver leurs intérêts de carrière, leur statut social, leur réseau relationnel. Ils n’en pensent pas moins et ont clairement conscience de ce que la mondialisation et l’immigration constituent des catastrophes : la preuve est qu’ils cherchent à se protéger pour eux-mêmes des conséquences des politiques qu’ils contribuent à mettre en œuvre, en habitant dans un quartier privilégié ou en scolarisant leurs enfants dans des établissements protégés. De nouveau, on le voit, c’est l’individualisme qui commande ces comportements de collaboration avec les politiques décidées par la classe dirigeante.

  • L’individualisme de la majorité du peuple

Les sondages le montrent. Les Français moyens de souche sont pessimistes, tout à fait avertis des conséquences catastrophiques de l’immigration et tout à fait conscients du chaos qui s’annonce. Pourtant ils ne sont qu’une minorité à voter pour le seul parti qui mette l’arrêt de l’immigration à son programme. La plupart continuent soit à voter pour les partis du Système, qui mettent en œuvre la mondialisation et l’immigration depuis 50 ans, soit à s’abstenir.

Pourquoi cette attitude paradoxale ? Parce que ces Français moyens de souche veulent préserver à court et moyen terme la situation qui est la leur et qui est généralement correcte. Ils ont souvent plus de cinquante ans. Ils sont propriétaires de leur logement. Ils perçoivent ou s’apprêtent à percevoir une pension de retraite suffisante. Ils disposent d’une épargne appréciable. Ces Français moyens font le calcul qu’en votant pour le parti anti immigration, ils risqueraient de provoquer le déclenchement d’une guerre civile et le basculement dans le chaos, qui bouleverseraient leur situation personnelle. Ils préfèrent dès lors préserver le statu quo le plus longtemps possible, pour espérer être épargnés, à titre personnel et pendant le temps qu’il leur reste à vivre, par la catastrophe que chacun sait inéluctable (voir cette chronique).

Là encore cette attitude résulte d’un pur individualisme. Ces Français moyens de souche préfèrent sacrifier l’avenir de leur pays et des générations futures au nom d’un raisonnement simple : après moi le déluge.

La fin probable de la civilisation européenne, nous y reviendrons prochainement, a plusieurs causes, qui se cumulent : l’épuisement inévitable des civilisations ; la colonisation, dont l’une des conséquences est l’explosion démographique de l’Afrique ; la seconde guerre mondiale et la domination américaine, qui ont définitivement inhibés les Européens.

L’événement déclenchant reste cependant le basculement idéologique et sociétal intervenu il y a deux cents ans. Ressort principal de la société moderne, l’individualisme est un ferment de délitement et de destruction de la collectivité, du corps social, des normes et des cadres sociaux structurants et finalement de la civilisation elle-même. En un mot la modernité débouche sur la destruction de la nation et de la société.

Voir également ces chroniques :

L’invasion de l’Europe est avant tout une guerre civile

Pourquoi la classe dirigeante nous a trahis

La guerre civile française : Les valeurs de la modernité

https://leblogdepaysansavoyard.wordpress.com/2021/07/28/linvasion-de-leurope-consequence-ultime-de-la-modernite/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s