Les Indo­-Européens et la domestication du cheval 4/6

[Ci-dessus : Peigne d’apparat en or de facture grecque représentant des guerriers scythes combattant à cheval et à pied. Découvert en 1913 dans la tombe kourgane (à tumulus) de Solokha (Ukraine). IVe s. av. JC. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg]

La découverte de mors

Mais pour les règles très sévères établies pour les recherches relatives à la domestication, les résul­tats de Woldrich ne sont pas suffisants pour ser­vir de preuves. En revanche, il existe des dé­couvertes provenant de sites relevant de la cul­ture de la céramique à bandeaux poinçonnés, dé­couvertes qui étayent mes interprétations de façon convaincante. Il s’agit de la découverte de 2 mors de bridon. Déjà en 1907, on en avait découvert une paire en bois de cerf poli dans un habitat à Goldbach près d’Halberstadt. Ces pièces auraient disparu. Je possède toutefois la publication originale avec photo. Le deuxième bridon provient de Zauschwitz près de Pegau en Saxe et se trouve au Musée de Dresde (9).

La découverte de mors de bridon, c’est pour la problématique que nous soulevons, une preuve beaucoup plus intéressante que la découverte d’ossements. Dans la plupart des cas, les indices de la domestication d’un animal n’apparaissent sur le squelette qu’après plusieurs siècles d’élevage. De plus, nous savons que l’objectif premier de la domestication est d’obtenir une ré­serve alimentaire. Les mors de bridon prouvent néanmoins que le cheval domestique primitif, petit de taille et dérivant de la sous-espèce “tarpan des forêts”, était déjà utilisé comme bête de somme. Tandis que les bœufs sont attelés au moyen d’un joug, aux chevaux, on mettait, à l’origine, un bridon léger en cuir. Celui-ci re­posait sur l’espace sans dents, entre les incisives et les molaires et avait besoin de mors latéraux. Par l’intermédiaire de rênes, le cheval pouvait aussi être guidé depuis l’arrière. C’était un grand avantage pour le charriage de troncs d’arbre, pour tirer des objets ou des pièces ou pour les traîner sur la neige ou la glace. L’invention du mors et de la bride a été une condition indispensable à l’invention du char et pour les techniques de cavalerie, plus récentes encore.

On ne pouvait pas monter ces premiers et faibles petits chevaux domestiques. On ne peut conclu­re, au départ de ces premières tentatives d’atte­lage, que les Européens de cette époque possé­daient déjà des véhicules à roues. Même à Su­mer, beaucoup plus tard, vers 3500 av. notre ère, on ne trouve que des traîneaux de bois, pas encore de chars à roues pleines. Ce que l’on peut concevoir de plus réaliste, c’est l’utilisation de traîneaux comme chez les Amérindiens et en Sibérie, où comme on l’a parfois revu en Europe récemment en période de détresse. Les traîneaux, pour les voyages sur glace ou sur neige, sont sans doute la deuxième étape dans les progrès de l’attelage. Quoi qu’il en soit, les indices récoltés dans les régions de Halberstadt, Pegau et Aussig proviennent du centre de la zone d’expansion des porteurs de la culture de la céramique à bandeaux et à poinçons, culture dans laquelle nous pou­vons situer les plus anciens éleveurs indo-euro­péens de chevaux.

Je voudrais brièvement rappeler ici que chez les porteurs de cette culture, on trouve, outre les haches de schiste en forme de semelles, des haches-marteaux à trous en pierre de roche. Mais la découverte la plus importante, après la do­mestication du cheval, se situe dans le domaine astronomique. À Leitmeritz, en Bohème du Nord, on a découvert une plaquette dans laquelle un calendrier lunaire avait été gravé (10). La disposition des traits gravés ressemble à un cercle de pieux de bois récemment découvert près de Quenstedt en Thuringe. Je rappelle au lecteur que, sur base de données établies grâce au C-14, nous nous trouvons entre –4800 et –4200. À la même époque, les premiers méga­lithes apparaissent en Bretagne et, en Bulgarie, les premiers rudiments de la métallurgie du cuivre et de l’or.

Le cheval comme animal domestique

La culture des céramiques à bandeaux et à poinçons a été remplacée par la culture des vases en entonnoirs (Trichterbecherkultur) ; le littoral de l’Allemagne du Nord et le Sud de la Scan­dinavie sont désormais inclus dans la zone néo­lithique agricole. À cela s’ajoute l’inhumation individuelle sous tumulus kourgan, avec ou sans bords de pierre : c’est en dernière instance une caractéristique archéologique des Indo-Eu­ropéens. Les tumuli du Groupe de Baalberg en Saxe/Thuringe sont plus anciens que les kour­gans en bordure de la Mer Caspienne. Au cours de la phase des tombes à couloir (-3200/-2800), dans les habitats le long du Lac Dümmer (Basse­-Saxe), le nombre d’ossements de chevaux dé­passe largement celui de tous les animaux à sabots (11). Chez les porteurs contemporains dé la culture de Bernburg (sur le territoire de la RDA), on a recensé une paire de mors de bridon fait dans des défenses de sanglier à Warn­stedt/Thale et des restes de crânes d’une race de petits chevaux domestiques près de Großquen­stedt.

On a également trouvé à Jordansmühl en Silésie des inhumations de chevaux datant de –3600/­3200 ; ces inhumations constituent les indices premiers d’une position cultuelle du cheval. Dans un site relevant de la culture de Baden en Basse-Autriche (–3200/–2800), on a retrouvé une pièce jugulaire en os provenant d’un mors. Le plus ancien point à l’Est, où l’on trouve trace d’une domestication du cheval, se situe en Ukraine occidentale. C’est dans cette région que la culture de Cucuteni-Tripolye, caractérisée par la présence de poteries peintes, a pris son envol à partir de –4200. Son origine doit être recherchée dans la plus ancienne des cultures de la cérami­que à bandeaux peinte dans les Balkans. Les os­sements de chevaux domestiques sont déjà pré­sents dans la phase de transition A/B, laquelle commence vers ± –4000 ; on les retrouve à côté de traîneaux dans un territoire situé au Nord-Est de la zone de la culture de Tripolye. Parce qu’ils négligent les découvertes provenant des cultures plus anciennes de la céramique à bandeaux et à poinçons, les défenseurs de la thèse postulant une origine ouralienne des Indo-Européens af­firment que ces vestiges constituent les preuves les plus anciennes de la domestication du cheval. Il est certain toutefois que les preuves les plus anciennes de la domestication du cheval entre 4800 et 3200 av. notre ère se limitent à l’espace entre le Lac Dümmer (Basse-Saxe) et le Dniepr.

L’apparition de la roue

Dès que l’élevage des chevaux se confirme, l’érection de tumuli s’étend à partir de –3800 depuis l’Ukraine occidentale jusqu’à l’espace sud-russe. Sur la base de signes écrits sumé­riens, on peut dater l’apparition des premières roues pleines en bois de –3300. D’après le tour de potier connu à Sumer depuis environ –4000, on pense que la roue est une invention des Sumériens. Même en tenant à cette théorie, on doit admettre qu’il soit étonnant que des roues pleines de bois, que l’on peut dater avec exac­titude de –3000, aient été trouvées en Hollande et au Jutland, tandis que dès –3200 on trouve trace de massues cylindriques à l’époque des tombes à couloir de la culture des vases en entonnoir. Les massues cylindriques que j’ai pu observer ne présentent aucune trace d’usure prouvant qu’elles aient été utilisées. On peut évidemment penser qu’il s’agit de massues de cérémonie. Leur forme, présentant à l’évidence un moyeu affûté, correspond de manière frappante à des disques d’argile datant de la même époque et découverts en Hongrie. Dans ce site, on a également découvert un modèle miniature com­plet de char en argile datant d’environ –3000. Trois roues de bois bien conservées d’un diamètre variant entre 73 et 78 cm, trouvées près de Herning dans le Jutland, prouvent l’existence de chars dès –2800. Un char de la même époque a également été découvert dans le Sud de la Russie.

À suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s